AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 quelque part en Acadie, Canada

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: quelque part en Acadie, Canada   Sam 21 Aoû 2010 - 13:47

7 H 30. Il faisait froid et sec un temps idéal pour partir à la pêche. édéas chargea son vélo, les lancets bien attachés, un sac sur le dos prêt à partir.

" a tout à l'heure grand père "

lança t-il vivement avant de filer, direction l'étang du père Raymond. Un amis de son grand père, un peu bourru sur les bords mais ayant un fond très sympathique. Ce dernier laissait quiconque lui demandait pécher dans son étangs.

Quelques kilomètres de vélo plus tard, Edeas arriva en vu de l'étang, il s'installa tranquillement, mis à l'eau ses lancets, puis une canne à pêche dans la mains, il attendit patiemment le poisson.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Sam 21 Aoû 2010 - 17:05

[Bonjour et bienvenue sur AX. Je m'occuperai de ta phase courtier et donc du décor, des PNJ et de l'action. N'oublier pas de lier ta feuille de perso dans ta signature et... bon jeu !]

Edeas attendait désespérément que cela morde depuis déjà une bonne heure... Mais aujourd'hui le poisson ne semblait pas réellement au rendez-vous ! En fait, chose très étrange, l'étang semblait être parfaitement calme. Comme si la faune avait décidé de prendre des vacances. Aucun bruit : les oiseaux ne chantaient pas, les herbes aux alentours de ne bruissaient pas et même, dans l'eau, il n'y avait pas ces petites ridules tout à fait symptomatiques de la présence du poisson tant convoité...

Étrange, étrange.

Alors qu'Edeas allait pour s'en aller bredouille, il entendit les herbes bruisser enfin derrière lui. Se retournant, il vit qu'il ne s'agissait pas d'un lièvre ou d'une petite musaraigne mais bel et bien d'un homme.


Ce dernier observa Edeas d'un air parfaitement neutre avant de regarder la canne à pêche. Là, inexplicablement, l'homme fondit en larmes, comme s'il était un gosse de quatre ans qui avait perdu son goûter...

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Sam 21 Aoû 2010 - 17:41


[ Hrp: signature ajouté ]

Edéas commençait à se demander s'il n'aurait pas mieux fait de rester au lit ce matin au lieu de venir pêcher. Après tout il était encore tôt il pourrait toujours se réinstaller confortablement dans son lit.

Au moment ou il pensa cela et donc décida qu'il valait mieux rentrer chez lui, Edéas s'aperçut du calme environnant. Pas un seul bruit, pas même ces petits oiseaux qui aimait lui tenir compagnie.

c'est alors qu'il entendit un bruit derrière lui. Quelle ne fut pas sa surprise de voir un homme à l'air étrange. La surprise passée édéas s'apprêtait à lancer un bonjour timide lorsque l'homme fondit en larmes.

Edéas pris au dépourvu et peu habitué à ce genre de situation, mit un moment avant de s'approcher à une distance toutefois respectable de l'homme et de lui demander doucement:

" bonjour, quelque chose ne va pas ? je peut vous aider ? "

Edeas se demandait vraiment ce qui avait bien pu arriver pour que cet homme pleure ainsi, en était-il responsable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Sam 21 Aoû 2010 - 17:46

[Nickel ^^]

L'homme observa le jeune mutant un instant, puis retira ses lunettes révélant des yeux gris cendre embués de larmes.

"Ce n'est rien, petit. Ce n'est vraiment rien..."

Il remit ses lunettes de soleil avant de lancer d'une voix inexpressive :

"Tu as un beau matériel de pêche. J'aurai aimé en avoir un comme ça quand j'étais petit. Oui, j'aurai aimé..."

Edeas remarqua qu'il y avait quelque chose dans le maintien général de l'homme qui ne collait pas. Peut-être sa raideur ? Ou bien sa voix monocorde et plate ? Quoi qu'il en fut, l'inconnu fit quelques pas dans la direction du mutant et commenta :

"Comment peut-on trouver du plaisir à vendre des babioles et de la camelote devant un tel spectacle ? Quel intérêt à être artiste quand la nature offre, de bon cœur, des joies aussi simples et aussi belles ?"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Sam 21 Aoû 2010 - 18:28

l'homme s'arrêta de pleurer Edéas remarqua ses yeux gris, une couleur bien étrange. peut être avait-il des lentilles de couleurs. Sa soeur était revenue un jour de l'école avec des yeux rouges/bordeaux une amie les lui avait données. Sur le coup Edéas avait bien crut que sa mère allait la tuer tellement elle avait criée. Edéas secoua les épaules, puis répondit à l'homme:

" vous êtes sur que sa va aller ?"

Ce dernier repris, commentant le beau matériel de pêche d'édéas qui s'empressa d'acquiescer. Après tout c'était celui que son grand père lui avait donné.

l'homme se remit à parler Edéas ne comprit pas grand chose, de plus quelque chose d'indescriptible le gênait. Mais il ne savait pas trop quoi. L'homme s'avança de quelque pas. Edéas se dit qu'il devait être en présence d'un fou ou de quelqu'un de dérangé et mieux ne valait pas montrer devant lui qu'il avait peur. Aussi resta t-il parfaitement immobile répondant seulement d'une voix timide :

" vous avez raison cet endroit est vraiment beau. Vous êtes artiste monsieur ?"

il ne comprenait vraiment pas ce que l'homme disait et un noeud d'anxiété commençait à naître dans le ventre d'Edéas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Sam 21 Aoû 2010 - 18:55

L'homme n'avait pas l'air agressif ou quoi que ce soit dans ce genre. Juste très étrange. Il ne fit rien pour effrayer Edeas et n'avança pas d'un seul pas supplémentaire.

Il se racla la gorge et lança :

"Oui, oui, je t'assures petit que ça va aller..."

Mais quelque chose sur son visage laissait pressentir qu'il était fort préoccupé. Il se frotta les tempes et rectifia :

"A la réflexion, non pas réellement... Tu as raison, petit, je suis artiste. Artiste contemporain. J'aime les... expériences totales. Et..."

Retournant les poches de son pantalon qu'il avait fort vide, l'homme ajouta :

"... ce n'est pas la meilleure profession qu'il soit. Les nourritures de l'esprit n'ont jamais rassasiée le corps. Bref... Je n'ai ni logement ni situation stable. Et je vais de ville en ville en espérant pouvoir créer l'œuvre qui saura marquer les esprits"

L'homme marqua une légère pause. Puis reprit :

"Demain, je fais une animation en supermarché. Bien sur, il s'agit de faire vendre des boites de conserve et de la nourriture pour chat mais... J'aimerai que cette animation soit bien faite. Artistiquement parlant. Et que les gens reconnaissent qu'il y a du talent derrière et que... Je suis un artiste. Un vrai"

Il fit une drôle de moue et un pas de côté. Comme quand quelqu'un est vraiment très gêné de devoir demander quelque chose...

"J'ai juste un peu peur qu'il n'y ait personne ou presque... Cela me ferait tellement plaisir d'avoir un peu de public..."

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Dim 22 Aoû 2010 - 14:53

Voyant que l’homme, bien qu’étrange n’avait pas d’attitude agressive, Edéas se calma. Il était toujours comme cela avec les étrangers, la faute à sa mère qui lorsqu’il était petit le sermonnait toujours sur le fait de ne pas parler aux inconnus et maintenant voila le résultat d’une maman trop protectrice.

A écouter l’homme parler Edéas comprit peu à peu qu’il se trouvait en présence d’un artiste un vrai avec tout l’excentricité qui semblait aller avec et le décalage avec la réalité. Bien que tous cela dépassait un peu Edéas, il trouva au final l’homme sympathique et comprit qu’il av ait un besoin important de reconnaissance, et de sublimer son art au-delà d’une simple vente de pâtées pour chats. A tel point qu’Edéas avait envie de faire quelque chose pour cet homme.

« Si cela vous fait plaisir je peux essayer de venir vous voir demain qu’en dites vous »

Puis Edéas eut une idée aussi tandis qu’il s’asseyait dans l’herbe il dit :

« Vous savez le meilleur moyen d’avoir un public et de faire connaître et reconnaître votre art c’est de le jouer devant un public. Aujourd’hui je suis votre public, demain oublier les pâtées pour chats et montrer ce que vous savez faire dans un lieu public, devant de vraie personnes prêtes à vous regarder. Qu’en pensez-vous ? »

Assis Edéas attendit la réponse de l’homme, intrigué par le potentiel que ce dernier pourrait avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Dim 22 Aoû 2010 - 17:58

L'homme sourit aux paroles d'Edeas.

"Mon petit, tu as très bien parlé. C'est ainsi qu'un artiste doit se comporter. Oui, il doit se comporter ainsi. Ma vie pour l'art ! Et pas l'art tiède mièvre ou commercial... L'art total !"

Il fouilla dans sa poche et en extirpa une petite carte de visite.

Au recto figurait un nom :

Daniel M. von Caremus

Et au verso, l'adresse d'un petit supermarché situé non loin en dehors de la ville. Il n'était guère éloigné de chez Edeas et il pourrait s'y rendre assez rapidement à pied ou même à vélo.

L'artiste ajouta :

"Je donnerai tout pour mon public. Je t'en fais la promesse, petit... Mais quel est ton nom ? Tu viens de comprendre le mien, j'imagine, mais j'ignore toujours le tien..."

Von Caremus avait l'air fébrile. Comme si la perspective d'oeuvrer devant un public le transportait d'émotion. Il se passa la main dans les cheveux et termina :

"Cela commencera vers 9h00. Demain matin. Je compte sur toi, petit. Oui, je compte sur toi"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Dim 22 Aoû 2010 - 21:02


Edeas fut content de voir que l'homme semblait ravi par ses paroles. Ce dernier lui tendit une carte de visite au dos de laquelle Edéas pu lire le nom de l'homme "Daniel M. Von Caremus." En la retournant il vit l'endroit ou Daniel faisait sa représentation. En effet le supermarché n'était pas loin de chez lui, il pourrait s'y rendre rapidement.

Daniel semblait vraiment transposé, ce qui fit énormément plaisir à Edéas de le voir ainsi. Daniel lui fit d'ailleurs la remarque qu'il ne connaissait pas son nom, Edeas se chargea vite de corriger cela:

"Enchanté monsieur Von Caremus, moi c'est Edeas, Edeas cruge, ravi de vous connaître."

Tout en disant cela Edeas tendis sa main en direction de Daniel. maintenant Edeas était tenu de venir le voir le lendemain, il attendait cela avec impatience. Le spectacle serait surement grandiose.

" Oui monsieur, je vous le promet demain matin 9 h je serais là "

Edéas était vraiment de lui, il avait le sentiment d'avoir réalisée sa bonne action de la journée. Finalement ce n'était pas si grave que le poisson ne veuille par mordre, il fallait persévérer. Edeas décida donc qu'avant de plier il allait rester un peu plus longtemps à attendre le poisson..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Dim 22 Aoû 2010 - 21:45

"Edeas Cruge, tu es un petit de parole, j'en suis sur. Eh bien, Edeas Cruge, je te promets un spectacle inoubliable. Oui, inoubliable. Foi de Daniel M. von Caremus" lança l'artiste en serrant vigoureusement la main du jeune mutant.

Puis, il s'éloigna, laissant Edeas à ses activités de pêche, la main un peu endolorie par la poignée de main.

*
**

Quelques heures plus tard et toujours pas de poisson... Edeas remballa son matériel et alla pour partir quand...


... il vit où était le poisson. Ils étaient tous morts. Tous morts et ils flottaient lamentablement à la surface de l'étang. Il y avait quelque chose d'anormal dans tout cela... Et nul besoin d'être devin pour savoir ce qu'il était également advenu des oiseaux.

*
**

Edeas, après cette vision terrible, rentra chez lui et passa le reste de la journée sans qu'il se produise quoi que ce soit. Le lendemain, après s'être préparé, il se rendit au supermarché en question.

8h55. A en croire les horaires affichés à l'entrée de la supérette, le magasin devait être ouvert depuis une bonne demi-heure... Pourtant, à l'intérieur, un truc clochait...

Il n'y avait ni caissiers, ni personnel de sécurité, ni qui que ce soit qui travaillait normalement ici.

Déambulant dans les rayons, Edeas se rendit compte qu'il ne semblait pas y avoir de clients non plus... Finalement, arrivant au rayon Hi-fi, il découvrit deux jeunes gens et un adulte non loin d'un téléviseur éteint. Ils avaient tous les trois une petite carte de visite à la main.


La première était une adolescente qui devait avoir à peu près l'âge d'Edeas. Elle lançait ses grands yeux intelligents à la recherche de quelque chose... Ou de quelqu'un. Mais de qui ?


Le deuxième était un autre adolescent à la mine pincée et à l'air préoccupé. Il se tenait raide comme un piquet et lui aussi semblait attendre quelque chose.


Enfin, le dernier, était un homme dans la force de l'âge. Voyant Edeas arriver, il lui lança :

"Hey, p'tit ! Dit moi, t'es là pour l'invitation aussi ? Parce qu'on dirait bien qu'on nous a posé un beau lapin..."

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Dim 22 Aoû 2010 - 22:07


Edeas se leva de bonne heure ce matin, il ne souhaitait pas rater la représentation de Daniel. Cependant Edeas ne pouvait se sortir de la tête une mauvaise impression, une sorte de malaise. Il ne cessait de repenser à ce qui c'était passé la veille, à l'étang. Que c'était-il donc passé, pourquoi tout ces poissons était mort. Perdu dans ses pensées, il arriva devant le supermarché.

Ce sentiment de malaise le reprit alors. Le magasin semblait être ouvert depuis un moment, pourtant personnes se semblait ce trouver à l'intérieur. Les caisses étaient vides et il n'y avait aucune trace de client. Intrigué Edeas entra dans le bâtiment.

Ce n'est seulement qu'au rayon Hi-Fi qu'il trouva une présence humaine. Trois personnes semblaient attendre deux jeunes dans ses ages et un homme d'un certain age. Ce dernier lui demanda lui aussi avait une invitation, il remarqua dans les mains de la jeune fille une carte de visite similaire à celle que Daniel lui avait donnée.

« Bonjour, oui je vient voir Daniel vous aussi ? C'est normal qu'il n'y ait personne d'autre dans le magasin ? »

Edeas commençait à comprendre qu'il c'était fait flouer, cependant il ne comprenait vraiment pas ce qui ce passait, pourquoi il n'y avait personne d'autre dans le magasin, qui était ces gens et surtout a quel jeu jouait Daniel c'était-il vraiment moqué de lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Dim 22 Aoû 2010 - 23:58




Le noir opina vigoureusement du chef.

"Ouais un drôle de gars ce Daniel... Il commence à papoter alors que j'étais en train d'acheter des articles pour bébés et il se lamente sur sa pauvre existence d'artiste maudit. Mince ! On a papoté avec ce type, l'a pas l'air bien net, il a même chialé quand je lui ais parlé de ma fille qui vient de me donner un p'tit fils... Enfin bref, il m'a fait peine et je suis venu... Mais je pensais qu'il serait là, quoi" lança-t-il dans un grand sourire.

"Ou qu'il y aurait un peu plus de monde. Comme des caissières ou d'autres clients" ajouta le jeune homme à l'air taciturne.

La jeune fille frissonna et demanda d'une petite voix :

"Vous croyez que c'est la caméra cachée ? Ou un gag pour la télévision ? Je l'ai trouvée bien insistant ce M'sieur von Caremus pour que je vienne... Alors bon..."

Nouveau silence dans la vaste pièce du supermarché. Le noir reprit au bout de quelques instants :

"Bon, vu qu'on attend tous le même bonhomme, je propose qu'on se présente. Moi c'est Robert Gaffney, je suis vendeur de journaux, pas très loin d'ici et... Je sais toujours pas ce que je fiche ici"

L'adolescente sourit timidement au noir et lança :

"Je suis contente de vous connaître, M'sieur Gaffney. Moi c'est Agnes Mooreson. Je suis collégienne et... M'sieur von Caremus m'a aperçue en train de pleurer au cimetière... Je pense qu'il ma donné sa carte pour me changer les idées mais..."

Le jeune homme se racla la gorge et se présenta :

"Johnson. Bernard Johnson. Je suis..."

Il parut hésiter.

"... auxiliaire de police en quelque sorte. Et cet individu m'a tenu la grappe juste après que je me sois disputé avec ma petite amie... Enfin, pour résumer..."

Bernard s'arrêta là. Un autre homme venait d'arriver.


Il portait un attache-case et avait l'air très pressé. Il regarda d'une manière méprisante Edeas et ses trois compagnons. Puis lança de manière hautaine :

"Où est ce M. von Caremus ? Je suis très pressé. Je suis très pressé et je déteste les gens en retard aux rendez-vous. S'il ne veut pas de sa police d'assurance c'est son problème, mais qu'il ne me fasse pas attendre..."

Comme pour justifier ses paroles aux yeux des autres, il leur tendit sa carte professionnelle. Visiblement il travaillait pour une compagnie d'assurance et s'appelait Craig Dallas.

"Grands Dieux, quand je pense que je suis venu me farcir un spectacle artistique pour vendre un contrat et que l'artiste n'est même pas là ! Et pourtant il est neuf heures..."

Craig Dallas eut à peine le temps de prononcer ces dernières paroles que l'écran de télévision s'alluma brusquement.


Le visage de Daniel M. von Caremus venait d'apparaître. Puis sa voix retentit dans les haut parleurs du supermarché.

"J'aime le cinéma. J'aime le cinéma et j'aime filmer. J'aimerai que mes yeux soient des caméras et mes oreilles des magnétophones. La vie est art. La vie est de l'art en mouvement. Vos vies. La mienne. Il est 9h00 dans un supermarché de banlieue. Plusieurs personnes sont là et attendent qu'il se passe quelque chose. 6 personnages..."

La voix marqua une pause.

"... correction : 5 personnages en quête d'auteur. La vieille dame est en retard et l'action ne peut tolérer aucun retard. L'action veut démarrer. Et entrer dans le vif du sujet : l'horreur, la banalité de la vie moderne. La quatrième dimension demande son du..."

Tout le monde avait l'air stupéfait. Et la jeune fille n'arrêtait pas de trembler.

"Le jeu c'est la vie. Bienvenue dans l'arène moderne : le vidéodrome"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Lun 23 Aoû 2010 - 18:08

L’homme prénommé robert sembla prendre les choses en main, il se présenta puis les deux autres jeunes firent de même. Apparemment tous avait l’air d’avoir une histoire plus ou moins différentes avec Daniel, mais tous avaient eu rendez vous ici pour assister à son spectacle. Edeas se présenta alors à son tour :

« Moi c’est Edéas et j’ai rencontré Monsieur Von Caremus alors que j’étais à la pêche, il semblait triste et m’a convaincu en quelque sorte de venir le voir ce matin. »

Décidément ce monsieur Daniel semblait avoir rencontré tous ces gens dans des endroits si différents. Tout à coup Edeas se demanda pourquoi précisément ces personnes et pas d’autres et pourquoi dans des endroits aussi différents. Après tous il y avait peu de chance que quelqu’un vienne le voir à l’étang hier. Les réflexions d’Edeas furent interrompues par l’arrivée d’un autre homme visiblement pressé. Lui aussi semblait s’être fait avoir par ce Daniel cependant Edeas n’en fut guère attristé cet homme semblait si désagréable.
C’est alors que l’écran s’illumina et que Daniel apparut tenant toujours un discours plus ou moins incompréhensible. Au fur et à mesure Edeas commençait à ressentir de la peur, il regarda la jeune fille, elle aussi semblait apeuré. Plus pour s’encourager Edeas se rapprocha d’elle discrètement et lui dit :

« Ne t’inquiété il ne va rien arriver, tous va bien se passer.»

Tous en disant cela Edéas sentait qu’il disait cela plus pour chasser sa peur que pour rassurer la jeune fille. Le vidéodrome, l’arène moderne qu’est ce que Daniel entendait par cela ?

« Monsieur qu’est ce que vous voulez dire, pourquoi nous avoir rassemblé ici ? »

Tout en disant cela Edeas jetta un coup d’œil vers la sortie en était-il loin pouvait-il sortir d’ici rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Lun 23 Aoû 2010 - 21:12

Agnes mit sa petite main dans celle d'Edeas et la serra fortement. Elle transpirait. Et ses grands yeux tristes ne manquaient pas de montrer qu'elle était terrorisée.

"Merci... Tu sais, j'ai terriblement peur..." lança-t-elle dans un chuchotement étouffé.

La question formulée par le jeune mutant recueillit l'approbation silencieuse de Bernard et de M. Gaffney. Seul Craig Dallas crut bon d'en rajouter une couche :

"Espèce de timbré ! Ça te fait marrer de nous mater à travers ta télé ? Pauvre gars ! Tu crois qu'on va te regarder patiemment pendant que tu débites tes sornettes ? Moi je vais me barrer ! Oui, me barrer ! Et le directeur du supermarché entendra parler de moi, je te le promets ! Pauvre type ! Impuissant !"

Caremus sourit et parut l'espace d'un instant un peu gêné. Il reprit de sa voix monocorde :

"Je vous propose de vous enlever à vos pathétiques existences. Je vous propose de vous soulager de la pesanteur du quotidien pour vous plonger dans... l'étrange et le mystérieux. Tout simplement. Quant à la question de vouloir partir, Monsieur Dallas, je vous suggère de regarder ce qui ne va pas manquer d'arriver sous peu..."

Du bruit se fit entendre du côté de l'entrée du supermarché.


Une dame âgée était en train de regarder à travers la vitrine pour voir s'il y avait quelqu'un. Puis, souriant à la petite troupe et leur faisant un signe de la main, elle se dirigea vers la porte automatique.

Cette dernière la laissa passer et, à peine eut-elle mis le pied dans le magasin qu'elle s'écroula au sol, inerte, alors qu'Agnes et Monsieur Gaffney poussaient un cri de surprise.

Caremus reprit :

"Mademoiselle Lauren Coppola était en retard. Et comme je l'ai dit : l'aventure n'attend pas les retardataires"

Tout le monde commença à protester devant l'écran. L'artiste sourit à nouveau et annonça tout de go :

"Vous ne pourrez sortir comme vous êtes entrés. L'expérience a commencé et elle doit être conduite jusqu'à son terme. Ce sera tout pour le moment..."

Et l'image de von Caremus disparut de l'écran. Sans autres explications. Plus personne ne parlait.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Lun 23 Aoû 2010 - 22:51

Edeas serra lui aussi fortement la main d'Agnès, à la fois rassuré et encouragé par ce contact.
L'homme pressée ne put s'empêcher de parler, Edeas lui lança un regard noir, vraiment ce n'était pas en énervant un fou que les choses allait se réglées.

La réponse de Daniel était comme toujours empreint d'un zeste d'incompréhensibilité, dont le sens profond échappait à Edeas. Apparemment les autres avaient la même idée que lui sortir de ce lieu au plus vite. Cependant Daniel ne semblait pas l'entendre de cette façon. La veille dame, retardataire arriva et l'effroi s'empara alors d'Edéas lorsqu'il la vit s'écrouler. Edeas revit alors l'étang, les poissons mort, la nature évanouie, était cela l'art de Daniel la nature morte , cet homme était-il lui aussi comme Edéas ? Le pouvoir de tuer de cette façon existait-il ? Allait-il lui aussi mourir ainsi?

La peur, l'effroi, l'horreur s'empara alors d'Edéas, seul le contact de la main délicate d'Agnès ne le fit pas sombrer. Il devait se reprendre, il ne devait pas céder à la panique

* Edéas reprend toi, soit courageux, qu'a t-il dit il faut suivre ces règles et aucun de nous ne mourras *

Alors qu'Edéas s'apprêtait a demander des explications concernant les dernières paroles de Daniel l'écran devint noir.

Il regarda les autres, étaient-ils eux aussi porteur d'une mutation ? Serait- il possible que cet homme ne s'intéresse qu'a cela ? Edeas décida donc de prendre la parole.

« est ce que quelqu'un parmi vous comprend ce que cela veut dire ? »

Edeas scruta ensuite l'endroit à la recherche d'un détail de quelque chose qui pourrait peut être l'aider a comprendre comment sortir d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mar 24 Aoû 2010 - 0:00

Tandis qu'Agnes restait sur place non loin d'Edeas et de sa main protectrice, Bernard et Gaffney se ruèrent vers la vieille dame.

Craig Dallas, quant à lui, marchait en rond, marmonnant et fulminant des choses que le jeune mutant n'arriva pas à entendre...

Jetant un coup d'œil aux alentours, Edeas ne remarqua rien de bien particulier. Il s'agissait d'un banal supermarché de quartier avec tout ce que cela signifiait en termes de provisions, de matériels et de babioles... A l'exception du fait qu'il n'y avait ni clients, ni personnels, tout avait l'air normal.

Plus pragmatiquement, il y avait la sortie située droit devant lui où la vieille dame s'était effondrée et où s'affairaient maintenant Gaffney et Bernard dans une tentative de premiers secours. Une porte coulissante au fond du magasin devait donner sur l'entrepot et une autre, non loin des caisses, devait donner sur les bureaux de la direction et de la sécurité. Rien de plus. Rien de moins.

Gaffney et Bernard revinrent. Le premier avait l'air effondré alors que le second tenait à la main un portefeuille, assurément celui de la vieille dame.

Gaffney secoua la tête : cela ne pouvait que dire que la dame était morte. Bernard, quant à lui, ouvrit la pièce de maroquinerie et en fit mentalement l'inventaire.

"Elle avait 83 ans. Était veuve et avait une pléthore d'enfants et de petits-enfants. Visiblement, elle vivait en maison de retraite et elle avait comme nous une invitation..."

A la question d'Edeas, tout le monde demeura un instant silencieux. Puis les réponses fusèrent dans tous les sens...

"Je crois bien que c'est pas la caméra cachée comme le suggérait la jeune Agnes" commença Gaffney. "Je crois qu'on est tombé sur un pervers psychopathe comme ceux de la télévision. Bordel, je comprends pas trop comment il a fait pour tuer la dame mais il faut absolument qu'on se barre d'ici..."

Agnes enchaîna sur une note plutôt pessimiste :

"Mais comment ? Il nous parlait via l'écran de télévision... Il doit donc nous surveiller. Même si je sais pas comment il fait mais... J'veux pas mourir, M'sieur Gaffney. J'ai peur..."

Gaffney serra la jeune fille contre lui tandis que Craig Dallas éructa :

"C'est un fichu mutant ! Voilà ce que c'est ! Un fichu mutant tordu comme toutes les saletés de mutants ! Il nous faut..."

Il sembla cogiter.

"Il nous faut... Il nous faut des ARMES. Voilà ce qu'il nous faut ! Ce type est un fichu mutant pervers du diable..."

Bernard coupa net Craig dans ses élucubrations par un simple :

"Ridicule"

L'homme d'affaires le fusilla du regard mais le jeune homme poursuivit :

"Ce ne peut être un mutant. J'en ai rencontré beaucoup et aucun n'avait ce pouvoir. Ce ne peut être possible. Il y a un truc derrière tout ça. Un complice peut être ? Ou bien un moyen scientifique quelconque mais il n'est pas rationnel qu'il soit mutant..."

Bernard semblait complétement catégorique.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mar 24 Aoû 2010 - 15:05

En observant la tête de Gaffney et Bernard, cela confirma bien les craintes d’Edeas la veille dame était bel et bien morte. La tristesse s’empara alors d’Edeas, c’était une mort triste et inutile que de mourir de la sorte.

Tout le monde réagissait plus ou moins bien à la situation, la réponse de Craig Dallas énerva fortement Edeas qui se sentit blessé dans son amour propre. Après tout il était lui-même une saleté de mutant comme Craig se plaisait à le dire. Edeas s’apprêtait à répondre lorsque Bernard le coupa net.

Edeas était intrigué par ce jeune homme il semblait si calme, presque sur de lui. Il répondit tout d’abord à Craig tout en lui lancant un regard noir.


« Il a raison vous êtes ridicule, les mutants ne sont pas tous à mettre dans le même panier et franchement regardez vous, vous feriez mieux de vous calmer. »


Puis Edéas se tourna vers Bernard.

« Vous êtes dans la police c’est cela ? C’est pour cela que vous affirmer qu’il n’est pas rationnel que cet homme soit un mutant ? vous travaillez sur des affaires en rapport avec les mutants ? vous savez quelque chose sur Daniel ? »

Edeas s’arrêta puis tout en faisant quelque pas se mit à réfléchir, une idée tournait dans sa tête peut etre qu'il se trompait mais après tout... Il reprit donc :

« Videodrome, cet homme est un artiste, je pense que nous sommes les acteurs de son art, une scène vivante, est ce que cela vous parle ? »

Dit-il tout en observant Bernard, après tous il avait peut être entendu parler d’une affaire similaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mar 24 Aoû 2010 - 20:09

Craig Dallas fusilla du regard Edeas, leva la main comme s'il allait le frapper mais, devant les mines réprobatrices de Gaffney et Bernard, préféra se raviser.

Il s'éloigna de la petite troupe en hurlant :

"Il me faut un flingue !"

Tandis que Craig disparaissait au détour d'un rayonnage, Gaffney lança :

"Vous savez moi les mutants, j'en pense rien... Y a des braves gens et des types pas trop fréquentables. Comme partout... Alors ce Daniel, qui a peut être tué une vieille dame on-sait-pas-trop-comment juste pour s'amuser, c'est peut-être un mutant. J'en sais rien. Mais le problème c'est pas les mutants, juste ce... Daniel"

Bernard opina du chef et entreprit de répondre aux questions d'Edeas :

"Je ne suis pas réellement dans la police. En fait, je leur prête main forte sur les affaires ayant trait aux mutants. Parce que..."

Il se mordilla la lèvre avant de dire à voix basse, comme s'il espérait que Craig - où qu'il soit - ne l'entende pas :

"Je suis moi même mutant. Je suis le chef d'une équipe appelée les Canadian WonderKids et je suis plus connu sous le nom de Cap'tain Canada. Je suis télékinésiste. En gros... Je peux soulever des objets ou voler par la seule force de ma pensée"

Bernard marqua une petite pause avant de reprendre à voix plus haute :

"De tous les mutants que j'ai cotoyé personne n'avait ce pouvoir. Si ce Daniel est un mutant, je suis sur qu'il bénéficie d'une aide quelconque. Que ce soit technologique ou humaine. Il ne peut pas à la fois nous surveiller, nous parler et tuer quelqu'un à distance. Cela me semble... farfelu... Même si tuer à distance n'est pas impossible... Je crois qu'on peut tuer par empathie notamment. En tout cas je n'ai jamais entendu parler avant hier de ce Daniel"

Réfrénant des larmes de terreur, Agnes ajouta :

"Moi, les mutants ça me fait un peu peur... Mais je te fais confiance Bernard, comme à Edeas et à M'sieur Gaffney... Et même ce Craig Dallas, il a... juste peur, j'imagine. En tout cas j'ai jamais entendu parler de Vidéodrome mais... La scène vivante, je crois bien que c'est nous... Même si je n'ai pas compris la teneur exacte de ce jeu... J'ai l'impression qu'il veut nous faire mariner... Et que c'est à nous de trouver la sortie, quelle qu'elle soit..."

Gaffney toussota et annonça :

"Bon, quelqu'un a un plan ? Craig semble être parti s'armer alors faudrait peut-être qu'on se bouge les fesses... Genre dans ce supermarché, j'suis sur qu'il y a plein de matériel, plein de pièces à explorer... On est quand même 5 en comptant ce lourdaud de Craig, faudrait peut-être se répartir les tâches avant que ce Daniel ne décide à nous parler à nouveau ?"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mar 24 Aoû 2010 - 21:18

Edéas soutint le regard noir de Craig, il le vit lever sa main, Edeas ferma les yeux et attendit le choc, qui heureusement ne vint pas. Le détestable homme préféra partir en quête d'une arme à feu. Edeas se demanda vraiment ce qu'il pourrait faire d'une arme se rassurer peut être, les mettre tous en danger surement.

Edéas fut ensuite rassuré des commentaires de chacun, le vieux ne semblait pas avoir de préjugé envers les mutants. Bernard était lui aussi un mutant d'un groupe dont Edeas n'avait jamais entendu parler. Ce jeune mutant avait l'air d'en connaître un rayon sur le domaine, Edeas se maudit sa propre bêtise, bien que lui même mutant il connaissait tellement peu de chose sur le domaine. Edeas hésita entre leur dévoiler qu'il était lui même un mutant, malgré le fait d'être en compagnie de gens plutôt tolérant voir même amical, Edeas avait du mal à accepter sa condition de mutant. Aussi préféra t-il se taire pour le moment.

Cependant Bernard semblait persuader que Daniel agissait de concert avec quelqu'un, peut être était-ce vrai cependant Edeas se devait de mettre les autres au courant.

« Hier, lorsque j'ai rencontré Daniel j'étais en pleine nature au bord d'un étang, lorsque cet homme Daniel est arrivé, la nature sembla se taire. Ce n'est qu'après son départ que j'ai remarqué que l'étang était recouvert de poisson mort, et il n'y avait plus un seul bruit même pas celui des oiseaux. C'est pour cela que même s'il est accompagné je pense qu'il faut rester vigilant. »

le vieil homme proposa alors de partir à l'exploration du magasin, Edeas trouva alors l'idée bonne, Gaffney avait raison il ne fallait pas rester la a attendre si on souhaitait se sortir d'ici. Edeas proposa alors :

« Nous n'avons qu'a nous séparer et explorer le magasin. Peut être que nous trouverons des choses ici, nous n'avons qu'a faire deux groupes de deux? Craig devrait se débrouiller seul. J'ai remarqué une porte près des caisses je propose de commencer par la et l'autre groupe se charge de l'arrière du magasin nous nous retrouvons ici dans une heures maximum et on met en commun nos recherches. »

puis Edéas se tourna vers Agnès et lui tendit sa main:

« tu viens avec moi ? »

une fois les groupes fait Edéas partit en direction de la porte près de la caisse peut être qu'il découvrira quelque chose d'intéressant à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mar 24 Aoû 2010 - 23:34

"Alors cet homme est un monstre !" laissa échapper Gaffney, en proie à une panique sourde.

Bernard opina une fois de plus du chef.

"Il ne nous laissera aucune chance. Si je ne connais pas la nature exacte de ses pouvoirs ni même s'il en a, en tout cas une chose est sure : nous avons affaire à un pervers psychopathe. Craig Dallas n'avait peut-être pas tort : il va nous falloir nous armer avec les moyens du bord. Et tenter de trouver une sortie. Attention, tant que nous ne savons pas comment la dame est morte, toute sortie est potentiellement dangereuse. L'affaire est sérieuse. Excessivement"

Agnes se pelotonna tout contre Edeas, buvant les paroles de Bernard comme s'il s'agissait d'autan de conseils de survie élémentaires.

"Quoi qu'il arrive..." poursuivit Bernard. "Quoi qu'il arrive, il ne faut pas le provoquer ni se moquer de lui. Avec les gars dans son genre, ça peut aboutir à une démonstration de force. Bon gré, mal gré, nous allons devoir rentrer dans son jeu en attendant qu'il commette un faux pas ou qu'il baisse sa garde..."

Jetant un coup d'œil suspicieux aux alentours, l'adolescent alla rapidement au rayon papeterie situé non loin de là et en ramena un calepin et un stylo. Il écrivit fébrilement sur une feuille, l'arracha au reste du carnet et la tendit aux autres pour qu'ils puissent en prendre connaissance.

Je pense qu'il nous surveille et nous écoute

Il rangea rapidement la feuille dans la poche de son pantalon et acquiesça à la répartition des troupes. Ainsi, il fila en compagnie de M. Gaffney vers l'arrière du magasin.

*
**

Une fois seul avec Agnes, Edeas se dirigea vers la petite porte près des caisses. La poussant, il déboula sur un petit couloir qui donnait sur deux pièces.


La première était un petit poste de sécurité, à la façon d'une loge pour un surveillant. L'écran de l'ordinateur affichait la page d'accueil de l'intranet du magasin.

Agnes serra la main d'Edeas.

"Je suis contente d'être avec toi. Tu as l'air si... Normal. Bernard est gentil mais sa froideur et son calme m'affole. J'dois être une sacrée trouillarde mais... J'arrive pas contrôler mes nerfs. J'veux dire : j'ai à peine 16 ans et ma vie est déjà un désastre. On dit que la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit mais... Ce n'est pas vrai..."

Elle baissa tristement les yeux en direction de ses chaussures.


La seconde pièce semblait être celle réservée à la direction. Les étagères au fond de la pièce étaient dérangées. Dans le mur opposé se trouvait la porte d'un placard. Et l'écran de l'ordinateur affichait un quelconque site pornographique... Visiblement, le directeur du magasin aimait se prélasser ici, comme en témoignaient la présence de boissons entamées et de magasines à peine feuilletés... Agnes fit la grimace. Tout était tellement en vrac. Et...

"Tu trouves pas que ça sent bizarre ?" lança la jeune fille.

Et en effet, la pièce dégageait une odeur abominable. Qu'Edeas eut du mal à identifier.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mer 25 Aoû 2010 - 12:51

Edéas se demandait vraiment s’il avait bien fait d’informer les autres de ce qui c’était passé hier lors de sa visite avec Daniel. Cela ne fit qu’augmenter la tension et la peur que certains ressentait et gérait à leur façon.

Edéas écouta attentivement les recommandations de Bernard, il était impressionné par le contrôle de soit et les bons conseils que le jeune homme leur donnait. En effet il avait raison il fallait rester calme et ne pas provoquer Daniel. Bernard fit encore une fois la preuve de sa perspicacité en écrivant sur un bout de papier qu’il devait être surveillé et surtout écouter. Edéas acquiesça signe qu’il avait compris. Puis les deux groupes se séparèrent afin d’explorer le magasin.

Edéas en compagnie d’Agnès se dirigea vers la porte près de caisse. Cette dernière donnait sur un petit couloir et deux autres portes étaient visibles. Edéas franchit la première porte et tomba dans un tout petit réduit, vraisemblablement un poste de sécurité, à part l’ordinateur, il n’y avait rien d’autre d’intéressant. Agnès lui parla ensuite, Edéas ressentait une grande tristesse au fond de cette jeune fille. Il esquissa une grimace lorsqu’elle lui dit le trouver normal si elle savait, il n’entrait plus vraiment dans les carcans de la normalité. Il se devait donc par honnêteté de s’en ouvrir à elle.

« Moi aussi je suis content d’être avec toi. En effet moi aussi Bernard m’étonne il a un sacrée contrôle de soit. Et je te rassure je te trouve très courageuse. »

Edeas fit alors une pose comme cherchant ses mots puis repris.

« Tu sais pour moi aussi les choses sont difficiles depuis quelque temps…il y 2-3 ans j’ai appris que j’étais comment dire… moi aussi un … un… mutant………………donc je ne suis pas vraiment ce que l'on appeler quelqu'un de normal.Et toi que t’es t-il arrivé ? À part se retrouver dans un magasin contrôler par un fou ? »

Edéas esquissa un sourire sur sa dernière remarque, un sourire également encourageant la jeune femme à parler.

Tout en parlant ils explorèrent l’autre pièce, le bureau du directeur apparemment, la pièce était dans un Bazard monstrueux aux yeux d’Edéas. Il se retourna vers Agnès elle aussi avait sentit une odeur désagréable.

« En effet on ne peut pas dire que cela sente bon »

Puis un doute pris Edéas et si cette odeur c’était ……dans le doute il valait mieux se préparer au pire.

« Agnès tu ne veux pas aller voir dans la première pièce l’ordinateur fouiller un peu dessus peut être que tu pourras trouver quelque chose d’intéressant je vais fouiller cette pièce et je te rejoints lorsque j’aurais terminé. »

Edéas attendit qu’Agnès partie, il souhaitait lui éviter de voir l'éventuelle présence d'un cadavre. Il fouilla donc méthodiquement la pièce à la recherche tout d’abord d’un corps qui pourrait être responsable de l’odeur, puis à la recherche de toute information qui pourrait l’aider papier ou sur support vidéo peut être que le directeur possédait des caméras de surveillance relié à son ordinateur…..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Mer 25 Aoû 2010 - 22:04




Agnes resta muette quelques instants suite à la révélation de son compagnon d'infortune. Puis, se passant la main dans les cheveux, elle lâcha :

"Bah, c'est bien qu'on ait un peu discuté avant... J'veux dire, maintenant, j'sais que tu me feras pas de mal et... Peut-être que c'est le bon Dieu qui vous a envoyé ici, Bernard et toi, pour nous sauver..."

La question personnelle la plongea dans une profonde tristesse. Elle sembla refouler un sanglot avant de répondre d'une petite voix qui se voulait posée :

"J'suis orpheline en fait... Ma mère est morte quand j'étais toute petite et mon père a été renversé il y a quelques mois par un chauffard qui n'a jamais pu être identifié... Depuis, je vis chez mes grands-parents et je comprend toujours pas pourquoi le sort s'acharne sur moi... J'veux dire... C'est comme si mon existence ne devait être que souffrance et... Je dois te paraître bête à dire tout ça mais... C'est si dur..."

Pendant qu'Edeas explorait la pièce du regard, Agnes ajouta :

"Enfin, je dois pas être bien normale non plus. C'est bien. Comme ça on se sent moins seule. Toi et Bernard vous êtes des mutants. M'sieur Dallas semble avoir perdu la raison. Moi je pleurniche tout le temps... Il n'y a que M'sieur Gaffney mais qui sait ? Il a peut être aussi sa bizarrerie..."

La jeune fille essuya ses larmes et partit en direction du poste de sécurité.

"J'vais faire ça. Merci de m'avoir écoutée, Edeas. Et j'suis sure qu'on va s'en sortir. Ouais, j'suis sure..."

Le jeune homme put se diriger vers ce qui semblait être l'origine de l'odeur en toute quiétude, à savoir le placard. Son pressentiment se vérifia : un homme obèse était ligoté et maculé de sang. Mort.

Visiblement il devait s'agir du directeur du magasin comme en témoignait sa tenue plutôt chic pour un employé. Petite particularité : ses lèvres avaient été cousues et il y avait un petit papier qui dépassait de sa poche, comme si l'assassin avait voulu qu'on le découvre.

Il y était inscrit :

Citation :
Vidéodrome

Programme du spectacle

9h00 Ouverture des portes et accueil des joueurs
9h30 Un chauffard bien chauffant
9h45 La jeune fille, l'amoureux transi et la mort
10h00 Le choix de Sophie
10h15 Histoire d'Abraham, un Isaac moderne

Attention : certains actes ne seront joués que sous réserve de la survie des acteurs

Edeas regardant sa montre constata qu'il était déjà 9h15... L'ordinateur, quant à lui, ne permettait pas de contrôler ni de visualiser les vidéos de surveillance. Néanmoins, une fois le site pornographique fermé, le jeune mutant put lire les derniers fichiers ouverts. Le Directeur avant de se retrouver mort dans un placard avait au préalable licencié tout son personnel, résilié l'abonnement téléphonique du magasin et mis un terme à tous les contrats de sécurité... Cela avait été fait quelques jours avant le funeste rendez-vous de Caremus. En revanche, nulle mention de ce dernier dans l'ordinateur.

Pendant que le mutant s'affairait, il entendit la petite voix d'Agnes :

"J'ai accès aux caméras de surveillance ! Je ne vois pas de traces de Daniel mais M'sieur Dallas est quelque part dans le rayon des alcools, accroupi au sol, et armé d'un flingue. Quant à M'sieur Gaffney et Bernard, ils sont dans l'entrepôt en train d'ouvrir la porte qui donne sur le parkingt. Tu crois qu'ils vont réussir à sortir ?"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Jeu 26 Aoû 2010 - 20:40

L'histoire d'Agnès était triste, Edeas, compatissant sentit ses yeux devenir moite. Il se dit qu'il avait au final beaucoup de chance. Il était un mutant certes mais il avait encore ses parents, des parents aimant qui plus est. Honteux, Edéas esquissa un petit:

« désolé, tu n'est pas bête, loin de la au contraire même tu es courageuses tu à vécu des épisodes difficiles dans ta vie. D'autre ne se serait pas relevé, alors que toi tu es la, debout. Tu es plus forte que tu ne le crois »

Edéas laissa Agnès sécher ses larmes puis lui répondit:

« oui on va s'en sortir il n'y a aucun doute possible »

Une fois Agnès partie, Edeas commença par chercher l'origine de cet odeur putride. Il ne mit pas longtemps à trouver le cadavre de ce qui devait être le directeur de ce magasin. Edeas resta perplexe la bouche de l'homme était cousus. Dans quel intérêt l'assassin avait réalisé cela. Puis Edéas remarqua un petit papier dépassant de sa poche, il le sortit et le lu et le conserva avec lui.

Apparemment cela correspondait au programme des festivités que leur cher « ami » Daniel leur avait préparer. Edeas regarda sa montre dans quinze minutes cela commencerait avec le premier Acte. Cependant ce qui préoccupait le plus Edeas était la dernière remarque* selon la survie des acteurs * cela ne lui inspirait pas confiance.


Edeas regarda ensuite l'ordinateur du directeur, apparemment tout les employées avait été licencié, et tous semblait fonctionner comme si l'objectif était de rendre désert ce magasin. Tout cela confirma que tout avait été réalisé avec préméditation.

Alors qu'il continuait de fouiller Agnès interpella Edéas apparemment elle avait un accès aux caméras de surveillance. Craig était en train de cuver dans l'alcool, et les deux autres semblait avoir trouvé une sortie donnant sur le parking.

* Craig est armé et boit ….., un chauffard bien chauffant......, mon père est mort renversé par un chauffard non identifié..... un homme pressé, vendeur d'assurance, un commercial, qui conduit donc vite.. non ce n'est pas possible. La porte....... *

tout un tas de pensées se bousculèrent dans l'esprit d'Edéas, ce n'était pas possible si Craig était ce chauffard, si chacun deux avait un rôle à jouer dans les différentes actes de part leur histoire? Était-ce possible ? La porte les autres ne devaient pas sortir.

Edeas sortit en courant de la pièce se dirigea vers le poste de contrôle dit à Sophie :

« surveille les et rejoint moi au caisse dans 5 minutes »

Puis fonça vers les caisses et l'accueil du magasin à la recherche d'un micro afin d'empêcher les autres de sortir et de les enjoindrent à le rejoindre en caisse . Il en allait de leur survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Jeu 26 Aoû 2010 - 20:48

Edeas trouva Agnes assise derrière l'écran de l'ordinateur ouvrit la bouche. Elle aurait voulu en savoir plus sur l'empressement de son camarade mais devant les paroles résolues du jeune mutant s'abstint.

Ce dernier trouva rapidement près des caisses ce qu'il cherchait : un micro qui lui permit de faire une annonce dans le magasin.

Puis, il n'y avait plus qu'à attendre... Quelques longs instants plus tard, la porte de l'entrepôt s'ouvrit, laissant apparaître Monsieur Gaffney et Bernard qui se dirigeaient vers lui en courant.

Une fois qu'ils furent devant le jeune mutant, Bernard demanda tandis que Gaffney reprenait son souffle :

"Que se passe-t-il ? Nous avions trouvé une sortie et... Qu'as tu voulu entendre par une question de survie ?"

Avant qu'Edeas ne puisse répondre, Agnes déboula hors du poste de contrôle, annonça d'une petite voix :

"M'sieur Dallas n'a pas réagi à ton annonce... J'crois qu'il veut pas bouger de l'endroit où il est..."

L'horloge du magasin indiquait maintenant 9h20.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edeas Cruge
LeX
LeX
avatar

Age : 24
Equipe : Lex
Nom de code : Maker
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   Ven 27 Aoû 2010 - 10:50

Edeas vit Gaffney et Bernard s'approcher. Il avait peu être été quelque peu alarmiste dans son message, mais l'heure n'était plus a tergiverser sur cela. Agnès arriva elle aussi indiquant l'état de Craig.

« Merci Agnès »

Edeas regarda l'heure 9 h 20, il lui fallait être efficace dans les 10 minutes restante.

« je vous ait demandé de revenir car Agnès vous a vu grâce au système de surveillance, bien que vous ayez trouvé une sortie. J'ai eu peur que si vous tentiez de sortir vous mourrez immédiatement, comme la vielle dame. Car si Agnès a pu vous voir, il est fort possible que Daniel est également accès au système de surveillance. »

Edeas s'arrêta regardant la réaction de ses camarades puis reprit.

« De plus en fouillant le bureau du directeur j'ai trouvé celui-ci mort... »

Edéas raconta ensuite tout les détails de ce qu'il avait pu récolter dans le bureau, dont le petit papier contenant les différentes scènes qu'ils étaient censés jouer.

« voilà vous savez tout, ou presque »

Edeas regarda Agnès «  dans 10 minutes la première scène commence : un chauffard bien chauffant Agnès je ne pense pas que cela soit une coïncidence, tu dois envisager la possibilité que Craig soit ce chauffard »

Puis se retournant vers les deux autres.

« Je pense que chacune de ses scènes dont nous sommes les acteurs, nous ne le sommes pas par hasard et que ces scènes sont issus de notre vie, de nos histoires personnelle et mieux les comprendre devrait nous permettre de comprendre ce que Daniel veut nous faire jouer et devrait augmenter nos chances de survie »

Edeas regarda donc ensuite chacun de ses camarades, sentant qu'il avait comme jeté un coup de froid.

« Enfin tout cela est ce que j'en pense, il est possible que je me monte un film »

Tout en disant cela Edeas souri et se gratta le dos histoire de dégivrer l'atmosphère, puis il regarda l'heure il fallait se dépêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: quelque part en Acadie, Canada   

Revenir en haut Aller en bas
 
quelque part en Acadie, Canada
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Gavalda, Anna] Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
» Quelque part dans le temps
» Quelque part en Anatolie
» [Anna Gavalda] Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
» QUELQUE PART EN EUROPE DE L'EST.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academy X :: Reste du monde :: Amérique-
Sauter vers: