AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Desde el Perú hasta el Ecuador

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Desde el Perú hasta el Ecuador   Sam 4 Sep 2010 - 17:14

Voyant Johan se lever en se dirigeant vers lui, Michael sortit avec empressement un papier de sa poche et prononça du mieux qu’il le put la phrase inscrite :

-Gratouleraire mette taguenne et tendit le billet sur lequel était inscrit, de son écriture carrée,
petit bout de papier froissé a écrit:
Gratulerer med dagen
depuis il ne savait plus combien de temps.

Voilà déjà quelques semaines que leur projet d’aide humanitaire était terminé et que les deux amis avaient décidé de suspendre leurs études pour voyager à sac à dos en Amérique du Sud. Après que l’autrichien ait vigoureusement refusé de passer par les immenses montagnes ensablées des Andes, craignant que son pouvoir ne se déclenche involontairement et qu’il se retrouve pulvérisé à jamais au milieu de toutes ces particules de silicium, ils avaient finalement décidé de se rendre en Équateur après avoir passé Noël avec leur famille d’accueil respective. Ils voyageaient donc par eux-mêmes, marchandant tantôt services et tantôt monnaie contre quelques denrées ou un gîte lorsqu’ils arrivaient à un village. D’ailleurs, la carte indiquait qu’ils en trouveraient un derrière la prochaine colline, à quelques kilomètres à peine.

Reprenant dans un espagnol académique teinté d’inclinaisons locales, Michael se leva et fit la distance le séparant de son comparse pour passer le bras derrière son dos et lui prendre l’épaule.

-Joyeux anniversaire, ami. C’est le seul cadeau que j’ai pour toi. Me suis-je trompé de jour ?

Après tout, la mémoire pouvait toujours faire défaut. Il tendit néanmoins la carafe qui habillait ce matin le rôle de théière (luxe qui soulignait bien le côté "spécial" de la journée, étant donné la simplicité dans laquelle ils avaient choisi de voyager) pour en offrir une tasse à son camarade. Après avoir bu ce thé et mangé quelques pains dont la fraîcheur n’était plus que relative, Johan et Michael reprirent la route.

Arrivé aux abords du village, Michael soupira. À moitié parce que ce qu’il avait à dire le rebutait : le sujet avait déjà été largement abordé, et à moitié parce qu’il serait préférable qu’ils discutent en anglais, ce qui l’irritait particulièrement. En effet, il considérait l’anglais comme une langue simplifiée et neutre qu’il qualifiait parfois de simplement utilitaire ou d’artificielle, selon ses humeurs. Une langue qui le répugnait et qu’il tentait toujours d’esquiver le plus possible, en somme.

-Je crois vraiment que tu devrais retourner en Europe terminer tes études plutôt que rester ici. Ça ne te sert à rien, tu as encore toujours un avenir là-bas.

Même si ça lui faisait mal au cœur, il devait bien s’admettre qu’étant donné son "état", son avenir n’était guère aussi brillant qu’il l’avait vu quelques années auparavant. Ce qui le faisait déprimé depuis quelques temps était principalement l’idée que, outre l’expérience de vie incroyable qu’elle lui avait permis d’acquérir, l’Amérique du Sud lui serve également de cachette.

-Je suis assez grand pour me débrouiller seul, c’est comme cela. conclut-il par l’un de ses idiomes purement germanique, à l’intention du viking, tout en cherchant le bureau des postes du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Jeu 9 Sep 2010 - 9:40

Johan avait été ému que son ami se souvienne de son anniversaire en un lieu si éloigné de leur quotidien européen. Et le petit-déjeuner de fête avait réchauffé le cœur des deux amis.

Après avoir repris leur route, Michael et Johan arrivèrent, sacs sur le dos, aux abords d'un village à l'allure misérable. C'est là que le norvégien tortilla du nez et émit un grognement.


"Et si j'ai pas envie de te laisser te débrouiller tout seul ? Toi et moi, c'est à la vie, à la mort..."

Et comme pour donner plus de consistance à ses paroles, Johan prit la main de son ami dans la sienne.


Le village, quant à lui, avait l'air plutôt désert en dépit de l'heure matinale. Un type somnolait en faisant mine de garder des moutons et le bureau des postes...


... du moins le bâtiment qui semblait avoir fait office, un jour, de bureau des postes semblait fermé. Après un rapide examen de la façade, Michael remarqua une inscription : "Ministère de la nationalité". Elle avait été mal peinte et juste à côté, encore visible en dépit de tentatives pour l'effacer, on pouvait encore lire "Poste".

Mais les fenêtres et les portes étaient closes.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Ven 10 Sep 2010 - 0:53

Très certain de ne pas apprécier le contact de leurs mains, Michael se sentit mal à l'aise, mais ne dit rien. Il y avait tout de même une différence entre une accolade et celà... Oh, son bras s'était très certainement tendu, inconsciemment. Il laissa passer un petit attroupement d'anges avant de reprendre, non sans soupirer ostensiblement :

-Baliwernes! Ca risque de se terminer pas mal tôt alors. Tu as entendu ce que ma famille autant que la tienne ont raconté sur... tout ça. imagea-t-il en faisant un vaste mouvement inutile de la main, désignant ainsi la mutanité.

Et puis, Michael n'aimait pas qu'on le contrarie. Même pas ses proches. Pas qu'il avait toujours raison, il savait bien que non, mais il s'agissait simplement du bon sens, voyons! Pourquoi quelqu'un qui avait la vie devant lui, et aucune tare particulière, voudrait-il s'accrocher à un condamné comme lui? C'était carrément illogique.

-Je vais te botter le derrière dans un awion si il le faut, mais c'est certain que tu pourriras pas ici à cause de moi. Et puis, il avait toujours l'option, sinon, de disparaître au beau milieu de la nuit.

Désireux de changer de sujet, il opina du chef en direction de l'édifice si accueillant face à eux et lança, mi-frustré, mi-amusé :

-Quand* les postes se sont transformées en douanes, je serais bien surpris de pouwoir enwoyer un message électronique à Laura.

Tentant tout de même sa chance (il ne serait pas dit qu'il louperait une occasion de communiquer avec sa cousine préférée), il laissa tomber la main de Johan et s'approcha du berger en faisant bien gaffe de ne pas effrayer les moutons. Il demanda alors, dans un espagnol qui n'était pourtant ni académique, ni madrilène, ni péruvien ; en mal d'identité, quoi :

-Bonjour, señor. Avez-vous un instant? Mon ami et moi cherchons les postes, mais elles ne semblent plus se trouver ici.

Et il lui offrit un sourire poli pour compenser le désagrément.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Ven 10 Sep 2010 - 16:49

Johan eut l'air chagriné par les paroles de son ami et par le fait que ce dernier lui lâche la main. Il grogna quelque chose que Michael n'entendit pas et ajouta, d'une petite voix triste :

"Mais... On s'en fout de ce qu'elles disent, ta famille et la mienne... J'veux dire, toi et moi on est... potes. Et..."

Il semblait hésitant. Finalement, il reprit d'une voix plus forte et dynamique :

"Et puis mince ! Ça sert à rien que je fasse de l'humanitaire si je suis même pas capable de soutenir mon meilleur ami ! Je fais pas dans l'humanitaire en pantoufles, moi !"

Johan eut un petit rire sonore puis reporta son attention sur le berger qui venait de se réveiller.


Le vieil homme ne semblait pas bien frais. Il répliqua à Michael d'une voix un peu fatiguée :

"Mes p'tits, le bureau de poste, pourquoi faire ? Pour transmettre des messages à l'ENNEMI ?"

Il ricana en se levant péniblement.

"Je suis le ministre de la défense de cette ville-état. Et, conformément, à ma position je me vois dans l'obligation de vous demander de décliner vos identités et la raison de votre présence ici ! A défaut, je serai tenu de recourir à la force militaire à votre encontre !"

Et comme pour accompagner ses paroles, il désigna les moutons qui traînaient dans la ruelle sale.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Dim 12 Sep 2010 - 18:34

Michael s'en fichait bien, de se que sa famille d'accueil pensait, c'était certain. Mais il avait pris leurs mots très aux sérieux, quand, au détour des conversations, les mutants venaient sur le sujet. Ça n'était jamais duré bien longtemps, en raison d'un adage populaire voulant que ce soit en parlant du diable qu'il s'infiltre chez les gens, mais le mutant avait pu glaner assez de renseignements pour savoir qu'il devrait faire gaffe. Il aurait dû s'exiler en Australie, plutôt. Entre la mer, la jungle et le désert, avec des animaux assoiffés de sang humain. Le paradis!

Voyant Johan s'emporter sur ses habiletés à faire de l'humanitaire et du para-humanitaire, Michael lui envoya un sourire conciliant en haussent vaguement les épaules, l'air de dire qu'il n'y pouvait rien.

À la réponse du berger, Michael resta interdit un instant, puis il en vint à la conclusion qu'il n'avait pas toute sa tête. Mais comme il ne semblait pas dangereux non plus, avec son armée de moutons, Michael ne songea même pas à mentir sur leurs identités. Il voulut simplement se montrer flatteur envers le vieil homme, pour éviter les conflits.

-Emh? En fait, nous voulions simplement écrire à nos familles, pas à l'ennemi. Je m'appelle Michael Käferböck et voici mon ami Johan Nilsen. Nous sommes ici...

Il lança un rapide regard à Johan, à moitié pour le supplier de lui venir en aide, à moitié pour lui dire qu'il maîtrisait parfaitement la situation.

-Parce que nous n'avons entendu que du bien de votre cité et nous pensions que notre voyage ne serait pas complet sans un passage ici.

Et il se retourna de nouveau vers le Norvégien, avec un grand sourire, pour lui montrer qu'il se débrouillait parfaitement seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Lun 13 Sep 2010 - 0:51

Johan opina vigoureusement du chef à tout ce que son ami racontait au berger / ministre de la défense / malade mental. Il semblait d'ailleurs ne pas trop savoir sur quel pied danser : entre le fou rire légitime et la peur de s'en prendre une dans la tronche de la part du vieux psychotique, Johan était partagé !

Mais avant que le viking ne puisse ajouter une quelconque parole laborieuse au petit speech de Michael, le "Ministre de la défense" reprit :

"Bien, bien des touristes ! Vous êtes venus admirer notre ville... Bien, bien ! Et témoigner ? Oui ! Témoigner de notre grandeur à toutes et à tous... C'est bien, très bien, très très bien..."

En fait, l'homme semblait vivre quelque peu dans un monde à lui. Mais ce n'était pas le pire :

"Valeureux guerriers ! Mettez-vous en rang pour la parade d'honneur !" ordonna-t-il à ses moutons... sans grand succès.

Le ministre hocha tristement des épaules et lança :

"Bon, c'est leur jour de repos. Après tout, on ne peut pas brouter de l'herbe et défendre une place forte en même temps. C'est ce que dit tout le temps notre Guide Suprême, le Grand Duc de Parmoc..."

Il s'éloigna quelque peu en direction du centre du petit village. Le berger fit signe à Johan et Michael de le suivre :

"Laissez-donc mes troupes brouter, je vais vous présenter au Grand Duc. Peut-être même qu'il vous signera un autographe..."

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 14 Sep 2010 - 2:04

S'efforçant de ne pas regarder Johan, Michael ne put s'empêcher d'afficher un sourire de circonstances en répondant au vieillard.

-Nous témoignerons et raconterons certainement notre séjour ici quand nous retournerons à la maison.

Fronçant les sourcils en voyant la tentative de faire parader les moutons, Michael n'eut pas à faire tant d'efforts pour prendre un air mal à l'aise -ça devenait sincèrement n'importe quoi... et lui qui voulait simplement envoyer un courriel à Laura!- en faisant semblant de se montrer humble :

-Oh, vous savez, nous ne méritons pas quoi que ce soit d'honorifique! C'est trop beaucoup pour nous...

Il alla jusqu'à remercier les brebis d'avoir désobéi à l'ordre avant de se relever (il s'était penché pour être à leur hauteur) prestement : un duc? Ici? Le délire du vieillard était-il étendu au village entier ou alors... il n'y avait pas de ou qui tienne en fait.
Amorçant le mouvement pour suivre le pauvre homme, Michael lança tout de même un coup d'oeil à Johan pour avoir une idée de ce qu'il en pensait.

-Nous ne voulons pas déranger son altesse, vous savez...

Et pourtant, il suivait le pas du vieux berger. Quelle idée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 14 Sep 2010 - 9:00

Après avoir suivi le berger / ministre / malade quelques minutes à travers les rues du village, Johan et Michael furent finalement introduits dans une petite maison sur laquelle était marquée "Palais du Grand Duc"...

A l'intérieur, c'était sobrement meublé. Visiblement quel que soit le degré de noblesse de l'occupant, ce dernier menait tout de même une existence fort modeste.

Le berger resta debout alors qu'il faisait signe aux deux amis de prendre une chaise et de s'asseoir devant la grande table rectangulaire qui prenait bien la moitié de la pièce.

Des bruits de pas se firent entendre. Quelqu'un descendait l'escalier de la maison et se dirigeait dans leur direction.


"Des visiteurs ! J'espère que vous n'êtes pas inspecteurs de l'hygiène ? Auquel cas, non, ce n'est pas la peine de quémander. Vous n'aurez pas d'invitation pour la convention des pétunias !"

L'homme fumait un gros cigare et avait une moustache peinte plutôt qu'une vraie. Comme le berger faisait à l'homme une révérence distinguée, Michael et Johan purent conclure qu'il devait s'agir du Grand Duc.

Ce dernier resta debout et fit les 100 pas autour de la table, tout en parlant :

"Mon ministre, mon brave ministre, qui sont ces gens là ?"

Le berger répliqua rapidement :

"LORDJULIUS,ILS'AGITDEMICHAELKÄFERBÖCKETDESONAMIJOHANNILSEN,LORDJULIUS"

Le Grand Duc se figea, tira sur son cigare et jeta un regard de connivence aux deux amis :

"Je crois que je devrais inscrire mon ministre au championnat du monde d'apnée..."

Continuant à tirer sur son cigare, le noble ajouta :

"Et que faites vous là ? Vous êtes là pour LE TRAVAIL ? Je l'espère, il s'agit d'un bon travail, bien payé, avec de forts acquis sociaux..."

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mer 15 Sep 2010 - 17:05

Michael suivit les indications du berger en se disant qu'il avait été bête et impoli de ne pas lui demander son nom et s'assit donc sur la chaise qui lui était désignée, sans pouvoir s'empêcher d'observer la pièce sobre.

Le dos droit, ne trahissant aucunement son inquiétude, Michael écouta les bruits de pas qui se rapprochaient en se demandant qui avait peint les noms sur les bâtiments. Le seul berger ou toute la population du village? Se pouvait-il qu'ici tout le monde soit dément?

L'homme qui venait de descendre fumait un cigare et portait la moustache. Rien d'exceptionnel en soit, si ce n'était que Michael dû retenir son dégoût face au tabac et son étonnement, également, lorsqu'il s'aperçut que la moustache était fausse. Définitivement, ils étaient tombés sur un nid de coucous. Et si le jeu lui avait semblé drôle au départ, il commençait à l'inquiéter. Cherchant à se rassurer, Michael étira sa jambe pour que son pied entre en contact avec celui de Johan, mais oublia totalement de montrer une quelconque forme de révérence au Duc.

Bien que la boutade lui sembla vraiment drôle, Michael ne parvint qu'à esquisser un sourire crispé en songeant au pauvre ministre auquel le Duc tiendrait la tête sous l'eau pour évaluer la qualité de l'apnée.

Le travail? Ah non non! Cela signifiait de devoir rester, et Michael avait de plus en plus envie de quitter ce guêpier. Il tenta donc de répondre sur un ton poli mais tout de même autoritaire :

-En fait, L... Lord Julius, nous sommes ici comme de simples touristes. Nous n'avions pas pour ambition de travailler, mais seulement de visiter votre cité avant de poursuivre notre chemin pour raconter à tous sa magnificence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Jeu 16 Sep 2010 - 1:19

"Hum comme des sortes de commerciaux ?" marmonna Lord Julius, pensif, tout en tirant sur son cigare.

Il se gratta la tête et ajouta :

"Alors, vous voulez devenir mes ministres du tourisme, des sports, des loisirs et des conventions annuelles des pétunias ?"

Johan secoua la tête. Visiblement, il n'avait pas l'air bien à l'aise dans cette ambiance de folie furieuse.

"Non, Grand Seigneur, nous ne sommes que des étrangers de passage. Nous sommes là, en fait, pour faire de l'humanitaire dans la région et nous repartirons aussi tôt que nous aurons pu nous ravitailler en eau et en vivres..."

Lord Julius monta sur la table et s'écria :

"De l'humanitaire ! C'est formidable ! Vous voulez donc aider votre prochain ? C'est très très bien... Alors il va falloir assurer ma sécurité car j'aimerai ne pas être assassiné avant d'avoir pu participer à la convention des pétunias. Après, cela m'est bien égal, je n'ai rien à mon agenda..."

Johan, pris de court, ne sut que répondre. Aussi, il se contenta de baisser les yeux et de regarder ses chaussures.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Dim 19 Sep 2010 - 6:02

Des commerciaux? Voilà qui était insultant! Rabaissé à cette caste de voleurs, Michael se renfrogna légèrement et n'osa plus piper mot. Surtout que cette histoire de Ministère des bégonias lui avait scié les jambes! Jamais il n'aurait cru qu'il existait une convention annuelle pour un type de fleurs particuliers, mais encore moins un ministère pour ces conventions. L'idée, malgré son décalage avec la réalité, possédait toutefois un charme qui plaisait en quelque sorte à l'amant de la nature.

Plus terre à terre, Johan eut la brillante idée de ramener la conversation à un niveau maitrisable, et réaliste. Quoique le Duc, comme pour parer ce nivellement "par le bas", sauta sur la table, rappelant vaguement à Michael un souvenir d'enfance comportant un lièvre, une souris et un homme coiffé d'un chapeau étrange. Et il leur offrait d'être des gardes du corps? Ils n'avaient clairement ni le tempérament ni aucune autre aptitude pour ce métier. Probablement plus que le berger-ministre, mais encore... Sentant le malaise de son voisin de tablée, Michael lui tapa gentiment l'avant-bras et patina :

-Euhm oui, en effet, nous sommes dans l'humanitaire... mais plutôt le communautaire... je ne veux pas dire que... enfin, hum... quand aura lieu le... la convention des b... pétunias?

Étrangement, il sentit que se tromper de nom de fleur aurait pu être fatal. Mais pire, en se fermant le clapet, il se rendit compte qu'il était en train d'accepter d'aider le Grand Duc. Tentant de gagner du temps, il observa les issues de la pièce -peut-être devraient-ils prendre la fuite- et demanda à l'illustre personnage toqué :

-Vous avez beaucoup d'ennemi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Dim 19 Sep 2010 - 9:50

Lord Julius redescendit de sa table et se remit à mâchonner son immonde cigare.

"D'ici trois jours. Ce sera quelque chose de formidable. Mon Ministre des Postes a déjà envoyé toutes les invitations. Ça sera vraiment très très bien. Enfin, si personne ne m'assassine... Même si ça m'économiserait un divorce, tomber par le fil de l'épée le jour de mon mariage m'enchante à peu près autant qu'une rage de dents..."

Le Grand Duc fit un signe à son Ministre de la Défense qui opina du chef et sortit une lettre. Il commença à en donner lecture :

"Très estimé et vénérable Lord Julius, Duc de Parmoc et Grand Maître de l'Amérique du Sud, je vous confirme par la présente que je serai bien là à la Convention des Pétunias et que j'ai hâte d'officialiser notre union devant votre peuple réuni. Par ailleurs, je viendrai accompagnée du fameux Cap'tain Lloyd dont je vous ai parlé dans ma précédente correspondance..."

Julius secoua la tête.

"Pas celle-là. Je n'ai pas peur d'être ASSASSINE par ma future femme. Sinon, je ne l'épouserai pas.... L'AUTRE lettre"

Le berger / ministre rougit de son erreur, rangea la lettre de la fiancée de Julius et en sortit une autre :

"Je suis l'ombre de tes pas, je suis l'épine dans ta meule de foin, je suis la goutte d'eau qui fait déborder ta tasse, je suis partout et nulle part, je serai la main qui tiendra le couteau qui te percera le flanc. A la Convention des Pétunias nous nous verrons au dernier moment. Et quand, vil tyran, ton sang et tes tripes se répandront au sol, tu me reconnaîtras et je rirais devant ton agonie ! Mort au traitre !"

L'homme marqua une pause et lut la signature :

"L'œil dans la pyramide"

Il rangea la lettre, attendant que Lord Julius donne ses instructions. Ce dernier se gratta la tête et commenta :

"J'avais d'abord pensé que c'était une charade et qu'en fait, c'étaient mes fesses qui avaient écrit cette lettre mais maintenant je doute un peu... Quoi qu'il en soit, dans trois jours, j'épouse une jeune fille qui veut devenir la Duchesse de Parmoc et me rendre heureux. Et je n'annulerai pas ça pour faire plaisir à mes ennemis. Mais... Dans trois jours, il y a au moins une personne qui veut ranger un couteau dans ma poitrine pour se rendre heureuse, l'égoïste ! Enfin, j'aurai aimé des gens de talents pour organiser la Convention des Pétunias..."

Lord Julius désigna du doigt Johan et Michael en leur souriant largement.

"Par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous nomme tous les deux Co-Ministres du Tourisme, des Sports, des Loisirs et des Conventions Annuelles des Pétunias..."

Il se racla la gorge alors que Johan était en train de se décomposer.

"Décret ducal 08/234, article le premier : Les Co-Ministres du Tourisme, des Sports, des Loisirs et des Conventions Annuelles des Pétunias (plus loin désignés sous le sobriquet de "Comiques") sont chargés par le Grand Duc (plus loin désigné sous le sobriquet de "le Très Grand Duc") d'organiser la Convention des Pétunias de 2108 (plus loin désignée sous le sobriquet de "la Grosse Fête")"

Le berger / ministre de la défense / malade mental était devenu maintenant scribe, alors qu'il notait sous la dictée de Julius.

"article le deuxième : Pour bien organiser la Grosse Fête, les Comiques devront trouver un lieu pour recevoir 200 invités, étant entendu que les services entiers du Ministère de la Défense seront à la disposition des Comiques pour toute question ou demande d'aide"

Julius toussota et regarda si le scribe notait bien. Il sourit et reprit :

"article le troisième : Une Grosse Fête réussie est une Grosse Fête qui finit avec des invités heureux d'avoir pu voir le Très Grand Duc épouser sa Très Belle Épouse sans finir pour autant comme un nain agonisant dans son propre sang. Aussi, les Comiques seront personnellement responsables de la sécurité du Très Grand Duc et devront choisir le lieu en conséquence"

Le Grand Duc avait l'air content de lui. Johan commençait à claquer des genoux et des dents.

"article le quatrième : Si le Très Grand Duc est assassiné, les Comiques seront licenciés et chassés de la ville avec du goudron et des plumes. Si le Très Grand Duc n'est pas assassiné, les Comiques auront une photographie dédicacée du Très Grand Duc, le droit de s'isoler pendant une heure (pas plus) avec la Collection de Cartes Postales Coquines Mexicaines du Très Grand Duc et de l'argent pour se rendre à la destination de leur choix"

Julius relut le décret et approuva la copie de son Ministre. Puis, observant une dernière fois Michael et Johan, leur lança :

"Bon courage mes ministres. Si vous avez besoin de moi, je serai dans ma chambre"

Et il se retira. Laissant Johan et Michael avec une lourde tâche... Le Ministre de la Défense se tenait devant eux en souriant. Il leur flanqua une tape dans le dos.

"Alors collègues ? On est contents les nouveaux collègues ?"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Dim 19 Sep 2010 - 19:09

Regrettant de n'avoir appris ni l'allemand ni l'italien à Johan alors qu'ils vivaient ensemble -ils auraient pu communiquer plus subtilement dans cet hospice de fous-, Michael se tourna néanmoins vers le Norvégien et murmura d'un ton soulagé

-Trois jours, ça nous donnera un peu de temps pour relaxer au moins!

Mais c'était sans compter la suite des événements. Apparemment, ils s'étaient déjà engagé à jouer le rôle de gardes du corps... et de ministres également? Oula! Cela devenait un peu trop compliqué à gérer pour le linguiste. En plus, la convention était finalement un mariage!

Sans oser couper le Duc, Michael écouta les proclamations du maître sans vraiment tout assimilé, trop occuper à jongler entre la tentative de fuite et le questionnement relié à la santé mentale de la future épouse. Il ne fut pas assez rapide pour le retenir, malheureusement. Michael aurait bien aimé lui demander qui pourrait accuser ainsi le Grand Duc de trahison. Et de quel genre de trahison?

Répondant d'un ton maussade au berger, Michael profita de sa présence pour l'interroger un peu plus même si il ne prendrait sûrement ses réponses qu'avec un grain de sel...

-Content est un bien grand mot... Dites-moi, qui est la fiancée de Lord Julius? Et ce capitaine Lloyd, c'est le ministre de la marine? Qui pourrait en vouloir à notre maitre? Nous devons savoir cela, si nous voulons mieux le protéger! Également, vous n'auriez pas un endroit à nous proposer pour la convention? Vous connaissez bien mieux la région que nous!

Il fit ensuite discrètement signa à Johan d'approuver ses propos et de se montrer flatteur : un plan commençait à s'esquisser dans son esprit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Lun 20 Sep 2010 - 1:58

Le Ministre de la Défense fit un signe en souriant, disparut un instant à la cuisine, et revint avec un pichet de vin et trois verres qu'il remplit à ras bord.

"Je vois, chers confrères, que vous prenez déjà votre tâche à cœur. C'est bien. Je vais essayer de vous aider du mieux que je le peut..."

Il ricana avant de reprendre :

"La fiancée de notre Duc bien aimé est une jeune américaine prénommée Kay. Selon la description qui en a été faite par le puissant Comte de Los Angeles qui nous l'adresse, elle est délicieuse, pleine d'esprit et d'une beauté qui n'a d'égale que la splendeur de notre Duc bien aimé..."

L'homme leva son verre et le vida d'une traite. Ceci fait, il poursuivit :

"Non, ce n'est pas le ministre de la marine. Lord Julius ne l'a d'ailleurs, lui non plus jamais vu. En fait, Cap'tain Lloyd est un ami du Comte de Los Angeles que notre Duc bien aimé compte adopter pour en faire non seulement son fils mais également notre représentant à l'extérieur. Un peu comme un ministre des affaires étrangères. Cap'tain Lloyd parlera à la place de Lord Julius devant les nobles de ce monde. C'est une grande et belle chose qui lui arrivera. Être le représentant de notre Duc bien aimé à l'étranger. Il pourra d'ailleurs remercier le Comte de Los Angeles de l'avoir adressé à nous pour accomplir un si beau destin... Enfin, nous avons beaucoup de chance aussi. A en croire le Comte de Los Angeles, Cap'tain Lloyd est courageux, grand, beau et très fort. Un vrai héros !"

Le berger ministre se resservit à nouveau à boire tandis qu'il continuait :

"Notre Duc bien aimé a pris le pouvoir dans notre belle ville de Parmoc en nous offrant des biens précieux. Comme ce vin..."

Il leva le verre et le vida à nouveau.

"Comme ce vin délicieux que nous buvons en abondance. Nous avons acheté, dans un premier temps, notre ration quotidienne en vendant tous nos biens. Maintenant que tout, ici, appartient à notre Duc bien aimé, nous nous sommes vendus à lui. Et c'est ainsi que tout le monde ici travaille pour Lord Julius, ce qui est un destin des plus flatteurs... Nous lui lavons les pieds, nous roulons ses cigares sous nos aisselles, nous lui racontons des histoires pour qu'il s'endorme... Nous pourvoyons à tous ses caprices et besoins. Quel plus grand destin que de servir ainsi un tel homme ? Non... L'œil dans la pyramide ne peut être qu'une personne bien ingrate pour ne pas apprécier les belles choses que notre Duc bien aimé nous a apporté. Comme..."

Le berger se remplit un nouveau verre de vin et le leva :

"Comme un sens à nos pauvres vies !"

L'homme but encore une fois de plus. Rota bruyamment et termina :

"D'habitude nous l'organisons dans un champ en dehors de la ville, non loin de la jungle. Mais sinon il y a les rues de la ville ou le grand sous-sol qui se trouve sous la demeure de Lord Julius..."

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 21 Sep 2010 - 18:07

Ne touchant pas sa coupe de vin et ne sourcillant pas aux allusions achronique telles que le comte de LA -à moins que les États-Unis soient devenus monarchiques au cours des six derniers mois-, Michael écoutait avec attention les réponses du berger. Le visage impassible, il s'efforçait de retenir le mieux possible les noms qu'il entendait et ce qu'ils faisaient, hochant ostensiblement de la tête et pinçant les lèvres pour ponctuer le discours du vieillard. Si l'adoption du Cap'tain Lloyd semblait bien étrange, il était encore plus surprenant de lui donner un tel rôle de ministre des affaires étrangères sans l'avoir jamais vu. En fait, ce n'était pas pire que de nommer deux jeunes touristes ministres du tourisme et tout le patacla. Surtout que la description du Capitaine correspondait plus à celle d'un héros de contes pour fillettes qu'à une réelle personne. Tout comme la fiancée, en fait...

Tout en écoutant parler le ministre de la défense, Michael avait fini par approcher sa main de la coupe de vin et il s'apprêtait à la prendre lorsque leur narrateur parla justement du vin de Parmoc. Tout vendre pour ne s'abreuver que de vin? Voilà qui était plus que déraisonnable. L'autrichien retira prestement sa main, se demandant si ce vin n'avait pas une capacité décuplée à faire perdre la tête et à rendre dépendant. Il regarda également en direction du verre de Johan, pour s'assurer qu'il n'était pas entamer, et lui prit l'avant-bras, pour lui partager ses soupçons face à ce vin possiblement empoisonné.

En fait, c'était même pire que cela. Quel meilleur honneur que de servir le duc de Parmoc? N'importe quoi, pardi! Et puis le Duc de Parmoc ressemblait désormais plus à un gourou qui joue les fous qu'à un vrai psychotique. Était-ce là aussi le vin qui faisait perdre le jugement de la population du village? Michael et Johan auraient-ils laisser tomber la fin de leur voyage si ils avaient bu de ce vin? Une chose était certaine : il ne voulait pas rester ici guère longtemps. Mais le berger revenait à la charge avec les terrains exploitables pour la fête. Tant mieux, son plan pourrait commencer à se mettre en branle. Il se leva donc et s'excusa.

-J'aurais bien aimé goûter ce très certainement délicieux vin, mais je suis allergique. Nous allons inspecter les choix qui s'offrent à nous, maintenant. Merci beaucoup pour tout.

Le jeune européen entrepris alors de quitter la demeure pour se diriger vers le champ en bordure de la jungle, en traînant Johan derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mer 22 Sep 2010 - 1:02

Le Ministre de la Défense les salua d'un geste très respectueux de la main et quitta la demeure de Lord Julius pour aller s'occuper de ses troupes moutons.

Tandis que les deux garçons se dirigeaient en direction du champ, à la sortie du village, Johan saisit à nouveau la main de Michael :

"Mon ami, je me demande si nous ne sommes pas les victimes d'un show télé. Ils ont l'air tous d'être tellement à fond dans leur délire ! Je me demande à quel point tout cela est-il vrai..."

Le Duché de Parmoc n'était en fait rien qu'un petit village éloigné de toute civilisation. Michael et son ami en sortirent donc plutôt rapidement, ne croisant que quelques paysans de ci, delà, tous très occupés à ne rien faire, à paresser au soleil et à ricaner bêtement en biberonnant une quelconque bouteille. Johan remarquant les pratiques alcooliques des autochtones ajouta :

"Je crois qu'on a bien fait de pas goûter à leur vin. Il y a quelque chose de pas net dans tout ça..."

Et comme pour corroborer les dires du viking, à peine les deux garçons furent-ils arrivés en lisière du champ où se tenait habituellement la Convention des Pétunias qu'ils comprirent quel genre de plantations alimentait l'économie locale... du chanvre. C'était un champ de chanvre !

Un minuscule édifice se trouvait planté au milieu du champ. Cela ressemblait par la taille à une sorte de cabine, comme celle que l'on utilisait pour se changer à la plage... Et à l'intérieur...


... il y avait une fille en lévitation !

Remarquant l'arrivée des deux garçons, elle leur sourit paisiblement et lança :

"Bonjour vous deux. Vous êtes nouveaux dans la région ?"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Dim 26 Sep 2010 - 17:34

Michael réfléchit quelques temps à la question de Johan, en pressant légèrement sa main, comme on le fait à un enfant inquiet, puis il trancha :

-Je ne crois pas que ce soit un show téléwisé. Quand ils attendaient des touristes pour une sorte de caméra surprise, ils auraient pu attendre très longtemps. Quand ils tournent leur propre émission, nous ne serions certainement pas les bienvenus...

L'autrichien observait les tendances alcooliques de leurs hôtes sans rien dire, même si son attitude décontenancée devait trahir sa pensée, et alors qu'il se demandait comment un village entier, aussi petit soit-il, pouvait sombrer ainsi dans l'alcoolisme, il hocha de la tête en réponse à Johan. Quelques instants plus tard, il s'exclama, surpris :

-C'est comme cela l'explication!

Nul besoin d'être un consommateur de drogues ou un botaniste expérimenté pour reconnaître les plantes cultivées ici... Et au milieu du champ, la cabine leur fournirait peut-être des explications, si elle ne contenait pas que des outils de labours... Michael avait la conviction qu'ils y trouveraient un alambic où une quantité impressionnante d'alcool était frelaté, mais il dû s'avouer choqué en trouvant plutôt une femme en lévitation. L'alcool devait être plutôt frelaté au palais... C'était bien logique pourtant!

Restant interloqué quelques instants, Michael peina à répondre :

-Oui. Hum. Nous sommes les nouveaux Co-Ministres du Tourisme, des Sports, des Loisirs et des Conventions Annuelles des Pétunias. Êtes-vous... êtes-vous la... êtes vous réellement en train de léviter? Comment vous faites?

Et tant pis pour trouver les responsables du champ. Ce que la fille faisait était beaucoup trop étrange!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Dim 26 Sep 2010 - 22:21

La jeune fille redescendit doucement sur son coussin, déplia ses jambes et se leva, un sourire doux aux lèvres :

"Je suis une mutante tout simplement. Vous avez déjà vu des mutants quand même ? Et je médites pour canaliser ma colère intérieure et toutes les émotions négatives dont je peux être la victime..."

Elle eut un léger rire sonore et ajouta :

"Je m'appelle Wei Wu Wei. Je suis chinoise mais les hasards de la vie ont fait que j'ai atterri ici, à Parmoc, où j'ai été adoptée par Lord Julius. Je suis sa première fille. Et vous, au-delà de votre titre ronflant vous avez des prénoms et des noms ?"

Attrapant son coussin à deux mains, elle alla le ranger sur une petite étagère posée à même le sol dans l'un des coins de la cabine. Toujours aussi souriante, elle demanda :

"Alors, vous avez décidé où vous alliez faire la Convention des Pétunias ? Je dois admettre que j'ai hâte d'y assister ! Julius m'en a tellement parlée que je suis réellement impatiente !"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Lun 27 Sep 2010 - 5:59

-Oh! fit simplement Michael en hochant simplement les épaules à la question de la chinoise. Évidemment qu'il connaissait un mutant, mais bien que ça lui brûlait de prendre sa jeune compatriote dans ses bras -c'était la première qu'il rencontrait-, l'étrange aura entourant Parmoc et les environs le retint. Il demanda juste naïvement, espérant en apprendre plus sur sa capacité :

-Et tous les mutants léwitent?

Sourire gêné, regard en biais vers Johan, haussement discret de sourcil en apprenant que Wei Wu Wei était la première fille adoptive du Duc Julius, et présentation de son comparse et de lui-même, appuyant ses propos de sa main libre :

-Michael et Johan. Enchantés.

C'était sec, mais il semblait que la situation lui faisait perdre la relative aisance qu'il avait gagnée au Pérou. La chinoise semblait tout aussi affectée que les autres, bien qu'elle faisait étrangement moins peur à l'autrichien. Elle avait quelque chose de plus doux et normal...

-Nous avons très hâte aussi. Ce sera un wéritable succès, mais nous devons encore visiter les sous-sols du Palais.

Il resta songeur un instant puis poursuivi :

-Au fait, Lord Julius ne nous a pas beaucoup parlé de sa famille. Vous avez des frères et soeurs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Lun 27 Sep 2010 - 9:11

La fille s'inclina respectueusement quand Michael se présenta et présenta son ami.

"Je vous souhaite la bienvenue, alors, Michael et Johan. La bienvenue dans cette terre de liberté. Même si..."

Elle marqua une pause. Comme pour chercher ses mots.

"Même si tout ceci doit vous sembler terriblement étrange, Parmoc est une ville-nation où il fait bon vivre. Ici, tout le monde est libre de faire ce qu'il veut. Le travail est facultatif et personne n'est exploité. Lord Julius est parfois... Difficile à suivre mais... C'est un bon leader et un bon père"

Wei éclata de rire à la question sur les mutants.

"Bien sur que non ! J'ai connu bien d'autres mutants et aucun autre ne lévitait ! Il existe toutes sortes de pouvoirs et tous sont des cadeaux du ciel. Il est important en revanche de s'en servir et de s'en servir pour le bien. Comme j'essaye de le faire ici ou comme les gens de l'Institut Xavier le font"

Évoquant les sous-sols du Palais, Wei quitta la petite cabine et se dirigea vers la ville, à travers champs...

"Je vais vous montrer où c'est... Suivez-moi"

Quelques minutes plus tard, Michael, Johan et la jeune fille se trouvaient dans un grand sous-sol. Il y avait un groupe électrogène au sol et un système de cablages pour l'électricité. Un coup de balais et quelques efforts en décoration seraient néanmoins nécessaires si la fête devait se tenir là. Sinon, il n'y avait qu'un seul et unique accès au sous-sol, depuis la maison de Julius.

C'est à ce moment que Wei choisit de répondre à la dernière question de Michael :

"Julius a une autre fille adoptive. Theresa. C'est une vraie peste. Il compte également adopter un certain Cap'tain Lloyd et se marier avec une certaine Duchesse de Los Angeles à la Convention des Pétunias et... Il y a bien sur son Ministre de la Défense que Julius a adopté pour en faire son père. Mais... Julius n'en parle jamais, à vrai dire..."

Puis, un sourire apparut à nouveau sur le visage radieux de la jeune fille :

"Alors, le champ ou le sous-sol ? C'est à vous de voir à vrai dire, les deux solutions sont possibles !"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 28 Sep 2010 - 1:07

Décidément, Wei semblait avoir beaucoup plus le contrôle de sa tête que les autres habitants du village. Elle posait des jugements critiques et semblait honnête. Peut-être ne consommait pas les mêmes "denrées" que le reste des habitants... Pourquoi donc alors était-elle venue ici et avait-elle accepté d'être adoptée? À la mention de l'usage de ses pouvoirs pour le bien, Michael hocha solennellement de la tête, et quand Wei mentionna l'institut Xavier, il pressa légèrement la main de Johan. C'était cette pension dont il lui avait parlé jadis!

La mutante lévitante les entraîna alors jusqu'au sous-sol du palais, gratifiée au passage d'un "Merci". Admirant la salle sale, il fut surpris d'avoir une réponse à sa précédente question. D'un air étonné, il relança alors Wei :

-Comment Lord Julius choisit-il sa famille? A-t-il des critères? Est-ce que Johan ou moi pourrions également être adoptés?

En fait, il se demandait si, par hasard, le grand Duc ne s'entourait pas que de mutants. S'étant libéré de la main de Johan lors de leur déplacement, Michael se gratta ensuite le nez d'un air songeur et parla à mi-voix à Johan, pour faire semblant de le consulter :

-Le sous-sol me semble moins sécuritaire, avec une seule sortie. Et une Fête des Pétunias, c'est certainement mieux dans un champ, qu'en penses-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 28 Sep 2010 - 9:07




"Oh..."

La question sur les raisons des choix de son père adoptif troubla Wei. La jeune femme patienta quelques instants avant de fournir une réponse.

"Je ne m'étais, à vrai dire, jamais posée la question. Mais... Disons que Julius a sa façon bien à lui de penser. A mon avis, il adopte les gens qui en ont besoin. Oui, c'est ça. Des gens qui, d'une certaine façon, seraient un peu perdus sans lui. Bien sur, on pourrait dire aussi qu'il n'adopte que des mutants : je suis une mutante, Theresa est une mutante, Capt'ain Lloyd à ce que j'en ai entendu est un mutant... Même la Duchesse de Los Angeles est une mutante ! Il n'y a, au fond, que son Ministre de la Défense qui est un humain. Mais ça, il l'a adopté il y a longtemps... Quand il est arrivé à Parmoc et que les mutants n'étaient pas encore connus... Et comme je le disais aussi, Julius ne semble plus considérer le Ministre de la Défense comme son père... Je ne sais pas ce qui s'est passé mais il s'est passé quelque chose !"

La jeune femme paraissait troublée. Elle sembla vouloir changer de sujet quand elle termina, empêchant au passage Johan de fournir la moindre réponse :

"Le champ, c'est une bonne idée. Je pense que cela plaira à Julius. Je vais prévenir tout le monde qu'on le fera dans le champ... Oui. Il va falloir monter le chapiteau mais ce sera très bien..."

La mutante partit en toute hâte du sous-sol... Comme pour esquiver la suite de la conversation...

*
**

Les jours suivants se passèrent sans que rien de significatif ne se passe. Michael et Johan, en qualité de co-ministres, se retrouvaient consultés pour beaucoup de choses : les plans de tables, le genre de musique qu'il faudrait jouer pendant la soirée, le nombre de ballons à gonfler, ce genre de petits détails.

La vie en Parmoc, par ailleurs, n'était pas si horrible que ça. Les gens, certes, avaient l'air de pas mal boire. Mais dans l'ensemble, ils ne semblaient pas oppressés par Lord Julius qu'ils considéraient tous plus ou moins comme un père. Et les propos de Wei furent confirmés : la plupart des habitants ne fichaient rien de la journée à part dormir, boire et vaquer à leurs loisirs.

Le soir de la Convention des Pétunias, le grand chapiteau était monté. Il se trouvait non loin du champ que Johan et Michael avaient traversé pour aller à la rencontre de Wei. Tout le village était là (ce qui faisait environ 200 personnes) et les co-ministres avaient été présentés aux invités d'honneur.


La Duchesse de Los Angeles tout d'abord : une femme au maquillage extravagant, aux vêtements entièrement en cuir et à l'attitude hautaine et méprisante. Elle allait épouser bientôt Lord Julius. Et ne prêta pas spécialement attention à Michael et Johan qu'elle traita comme elle traitait le reste de ce qu'elle appelait le "petit personnel".


Cap'tain Lloyd (en bleu) et Bunky (en blanc). Le premier devait devenir le fils adoptif de Lord Julius et semblait se prendre pour un super-héros. Il parlait beaucoup pour ne rien dire et ne disait que des choses extrêmement confuses. Son "coéquipier", Bunky, quant à lui, ne disait rien mais n'en pensait pas moins : il avait toujours l'air consterné des propos et de l'attitude de Cap'tain Lloyd.

La soirée était déjà bien entamée quand Michael et Johan purent trouver quelques instants pour souffler. Ils étaient au centre du chapiteau et, ainsi, pouvaient observer tout ce qui se passait.

Lord Julius était en grande conversation avec la Duchesse de Los Angeles.

Cap'tain Lloyd et Bunky avaient quitté la fête pour aller chercher de l'alcool.

Wei était en grande discussion avec le Ministre de la Défense.


Et... Une jeune fille avec un chapeau de sorcier les observait avec attention depuis un canapé.

Elle lança à son ami moustachu :

"Voilà les deux balourds que "Papa" a engagé pour qu'il ne se fasse pas assassiner. Je parie ce que vous voulez qu'à la fin de la soirée, je dirige Parmoc !"

Avant que Michael ne puisse répondre, Johan lui toucha l'épaule et lui montra l'entrée du chapiteau : Cap'tain Lloyd et Bunky venaient de rentrer avec un type qui portait le même déguisement que Lloyd, les antennes en moins...

[Maintenant Pablo joue également dans ce sujet. Bon courage à vous deux !]

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 28 Sep 2010 - 17:17

Bien qu'il s'était demandé à plusieurs reprises ce qu'il fichait là, Michael avait tout de même organisé la grande fête des Pétunias avec Johan et Wei. La fête battait désormais son plein et Michael s'arrêta au milieu de la place, avec Johan. Il lui lança d'abord un regard qui signifiait qu'il pensait à la même chose qu'à chaque fois qu'il avait eu un peu de repos ces derniers temps : pourquoi le Duc de Parmoc tenait-il à s'entourer d'autant de mutants? Était-ce par insécurité, par fantaisie ou au contraire pour cacher quelque chose de plus gros? De toute manière, ce ne devait pas vraiment être le temps d'y réfléchir. Aussi fit-il rapidement le tour de la salle du regard, vérifiant que les principaux invités allaient bien et que les paresseux s'amusaient. Il arrêta son attention un instant sur une petite sorcière pour s'apercevoir qu'elle parlait de Johan et lui-même à son voisin. Légèrement surpris, il porta plus attention à ses dires et fut carrément interloqué. La sécurité de Lors Julius, il l'avait totalement oubliée!
Il s'apprêtait à aller voir la fillette pour lui toucher deux mots, quand Johan attira son attention sur un trio de nouveaux arrivants (ou revenants), qui devait être le petit frère ou le fan incontesté du Cap'tain Lloyd, le Cap'tain lui-même et son fidèle acolyte Bunky. Michael leur offrit tout simplement un signe de tête en guise de salutations et retourna à ses préoccupations.

-Tu crois qu'elle considère son chapeau comme une pyramide? Parce qu'à proprement parler, ce serait plutôt un cône... fit l'autrichien à voix basse, en souriant poliment à la sorcière.
Après une courte réflexion, Michael prit le poignet de Johan et l'avertit :
-Viens avec moi et joue le jeu!

Il se dirigea ensuite d'un pas décidé vers la fillette et lui dit, de but en blanc :
-Mon ami se demande comment vous vous appelez. Il vous trouve très mignonne et j'ai bien remarqué que vous lui avez également adressé quelques regards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Somoza
JustiX
JustiX
avatar

Age : 27
Equipe : JustiX
Nom de code : Rapunzel
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Mar 28 Sep 2010 - 21:18

Pablo entra à la suite de ses deux nouveaux compagnon, il s’était tellement concentré et c’était tellement infligé ses images qu’il était chaud comme la braise et s’il ne se calmait pas un peu, il sauterait sur Kay comme un loup sur un agneau. Il la chercha des yeux dans la pièce et la trouva rapidement. Il ne fit pas attention aux autres invités, ni au fait qu’il portait la tenue la plus ridicule de la pièce, ni aux deux jeune gens qui les ont salués à l’entrée, ni même à la femme qui volait dans les aires. Il ne pensait qu’à sa cible, à l’aventure qu’il avait vécu avec et à ce qu’il pourrait vivre de nouveau.

Il avait pris quand même le temps d’évincer l’avocat et son nouvel ami Larry.
"Cap’taine, je pense que je dois m’occuper de la sécurité de Kay, l’institut Xavier ne me connaît pas, ils auront de la peine à me repérer. Tes hauts faits d’arme t’ont donné une notoriété sans pareil, ils pourraient se méfier. Je te propose d’aller voir s’ils n’ont pas empoisonné les boissons du bar, je suis sûr qu’ils n’auront aucun effet sur toi, mais pourrait être dangereux pour les invités. Je t’ai vu à l’oeuvre hier soir avec Bunky, vous avez tous les deux beaucoup d’expérience, ça ne fait pas de doute." Il lui rajouta une frappe sur l’épaule bien plus physique que ce qu’il avait reçu pour le tourné vers le bar.

[Seulement si l’avocat se laissait avoir !] Puis, il s’approcha d’elle, il avait essayé de se calmer un peu et de ne pas bousculer tout le monde au passage et surtout d’arriver devant elle de façon classe et distinguée, pas comme un chauffeur de camion qui drague une vendeuse de charme. Il se présenta devant elle comme un gentleman, lui avait offert un sourire charmeur, puis avait plongé ses yeux dans les siens, lui avait pris sa main, s’était penché pour y déposer un baisé et l’avait salué. Il se voulait sur de lui et la bombardait d’image salace de leur nuit passée et espérait qu’elle se laisse avoir à son jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   Jeu 30 Sep 2010 - 0:54

Cap'tain Lloyd s'était mis au garde à vous quand Pablo eut fini de lui parler.

"Oui, Soldat Inconnu ! Je vais surveiller le buffet et le bar pour voir si rien n'est empoisonné ! Avec Bunky, nous allons goûter la moindre goutte d'alcool pour que rien n'arrive à la Duchesse ! Oui, Soldat Inconnu, c'est ce que nous allons faire !"

Et attrapant "Bunky" par les oreilles de lapin, le lourdaud dérangé alla trouver son bonheur au buffet.

Ainsi, Pablo put réaliser son petit ménage auprès de Kay, sous les yeux amusés du type avec qui elle causait... Lord Julius, le Duc de Parmoc.

"Dis moi fils... Un autre que moi pourrait penser que tu es en train de draguer ma future épouse ? Ou alors tu es chargé de ma sécurité et tu comptes bien vérifier qu'elle n'est pas empoisonnée avant que je puisse l'essayer ?"

Kay gloussa. Lord Julius l'amusait et... Elle semblait avoir capté les pensées du mutant. Elle lança tout simplement :

"Je ne pensais pas que Cap'tain Lloyd t'aurait proposé de venir jusqu'ici... Mes aventures sont toujours brèves en principe mais puisque tu es là... Tu as peut être quelque chose à me dire ?"

*
**

Johan ne saisit pas du premier coup l'allusion à la pyramide... Néanmoins, la petite fille tira une drôle de tête quand Michael parla ainsi de son chapeau. Elle croisa les bras et perdit son sourire. Elle était fâchée.

Planté en compagnie de Michael devant la gamine, Johan lança d'une voix hésitante :

"Oui, vous êtes troublante... Et je serai ravi d'être votre chevalier servant..."

La petite fille ricana, retrouvant soudainement sa bonne humeur :

"Désolée mais tu es un peu trop gras pour moi. Ton ami est plus à mon goût. Quant à mon prénom c'est Theresa. Et si je vous regardais... Eh bien je me demandais de quelle manière vous alliez vous y prendre pour rater votre mission !"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Desde el Perú hasta el Ecuador   

Revenir en haut Aller en bas
 
Desde el Perú hasta el Ecuador
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [JEU] HASTA LA MUERTE : Survival [Payant]
» Hasta la victoria siempre...
» Les chansons engagées
» "Las Tolas estate" ?
» [Mahou] Hisoka Kaneda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academy X :: Reste du monde :: Amérique-
Sauter vers: