AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [29 mai 2109]

Aller en bas 
AuteurMessage
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: [29 mai 2109]    Ven 29 Avr 2011 - 14:05

Arrow Perron

Grégoire s'arrêta devant le café Chez Valérie, qu'il connaissait pour y être venu une ou deux fois depuis son arrivée aux Etats-Unis.

"Ca te convient ?", demanda t-il à Micheal.

Un peu trempé, Grégoire espérait vite entrer à l'intérieur afin d'être plus au chaud mais aussi au plus près de Micheal. Il s'avança vers la porte du café mais n'entra pas. Il se décala afin de laisser passer Michael devant lui, accompagnant le déplacement de son ami d'une main dans le dos. Une fois dans le café, Grégoire s'ébouriffa les cheveux afin de leur redonner un peu d'ordre.

Des canapés étaient libres et il espérait que Micheal choisirait ce coin, acollé à la fenêtre afin de peu-être partager un breuvage chaud.

"Je te laisse choisir ta place. Je vais aller nous commander quelque chose. Qu'est-ce que tu veux ?"

Une chose était sûre: ce garçon plaisait à Grégoire, beaucoup. Aussi étonnant que cela pourrait paraître à tous ceux qui connaissaient Grégoire avant son arrivée à l'Institut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Sam 30 Avr 2011 - 3:05

Michael n'avait pas parlé beaucoup. Il n'était pas de nature très bavarde, et en plus il préférait ménager son souffle pendant qu'il courrait. Tout de même, avoir de la compagnie, une présence à ses côtés, était loin d'être désagréable. Grégoire l'avait guidé jusqu'à une petite boutique de thé que Michael ne connaissait pas. Il hocha de la tête pour confirmer que le choix du français lui allait.

Les cheveux collés contre son front par la pluie, les joues rougeoyantes par l'effort, l'Autrichien n'était probablement pas à son meilleur, mais il était au moins souriant -et en forme-! Il remercia en bonne et due forme son partenaire, lorsque celui-ci lui ouvrit la porte, avant de passer devant lui et de ressentir comme une chaleur dans le dos, là où Grégoire avait appuyé. Une chaleur réconfortante qui se dissipa trop rapidement pour laisser place à la chaleur calfeutrée du café.

Grégoire lui offrit alors de choisir une place pendant qu'il allait chercher leurs consommations. Michael hésita un instant, puis se dit que s'il y avait une chose que l'on trouvait dans tout endroit digne de ce nom, c'était bien :

-Un chocolat chaud, s'il-vous-plaît!

Il détourna la tête, pour bien visualiser la pièce, puis il la retourna, lunatique, en direction de son acolyte, pour le regarder se diriger à la caisse, avant de se diriger lui-même vers un canapé un peu en retrait, et sur lequel deux énormes coussins laissaient tout juste assez de place pour deux personnes, à moins de les mettre ailleurs.

Maintenant stratégiquement positionné, Michael observa les autres clients et la décoration, un instant, en se disant qu'ils faisaient probablement tache, un tantinet, avec leurs habits de jogging. Reportant son attention sur son camarade, le regard oscillant entre les épaules et le postérieur de l'aérokinésiste, le Germain songea qu'il était charmant. Il ne comprenait pas comment le jeune homme pouvait le rendre aussi fébrile qu'il tentait de le dissimuler maladroitement. Habituellement, c'était pour des filles -et pas les plus masculines!- qu'il devenait niais et qu'il attrapait des coups de soleil au moindre commentaire. Peut-être comprenait-il mal les signaux que son corps lui envoyait? C'était certainement cela. Grégoire avait toujours été d'agréable compagnie, un coéquipier sympathique et... et, en fait, ils ne se connaissaient pas tellement. Oh! Comme pour tout le monde, Michael savait d'où il venait (une ville en France... Rennes? Rheims? Quelque chose du genre), son pouvoir (forcément) et, plus ou moins quelques petites généralités sur sa vie. Il n'avait que vaguement entendu parlé de ce qui l'avait amené à l'institut, et ne comptait pas lui demandé, parce que lui-même préférait oublier sa propre arrivée. La boisson chaude serait le meilleur moment pour commencer à faire connaissance, songea le Tyrolien alors que son ami revenait avec les boissons.

Michael n'était pas trop sûr d'avoir cessé de fixer l'aérokinésiste avant qu'il ne se retourne pour le rejoindre, mais il fit comme si de rien n'était et accueillit l'approche du tant convoité chocolat avec un sourire publicitaire. Tapotant la place libre à ses côtés pour inviter Grégoire à prendre place, il étira ensuite ses bras pour prendre sa boisson, en demandant :

-Ca fait longtemps que tu as cette boucle d'oreille?

Avant que le Français n'ait le temps de répondre, il sursauta, s'étant aperçu de son impolitesse, et redemanda, d'une voix un peu gênée :

-C... combien je te dois?

Il avait déjà libéré une de ses mains pour aller chercher son portefeuille dans sa poche, mais n'osait plus croiser le regard de Grégoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Sam 30 Avr 2011 - 13:39

Réchauffés par l’ambiance de ce café qui mêlait chic et décontraction, les deux jeunes gens étaient sur le point de savourer un moment de tranquillité loin de la tension de l’Institut.

« Je t’apporte ça tout de suite. Va t’installer, je te rejoins. »

Il aurait pu parier que Michael aurait choisi ce breuvage. Ainsi, il refréna un sourire et se dirigea vers le comptoir. Une charmante jeune femme prit sa commande. Un chocolat chaud donc, et un cappuccino. Il n’avait pas hésité à demander à la serveuse d’ajouter à coté de la tasse de chocolat deux petits marshmallows, ne sachant si Michael les aimait fondus dans la boisson. Il espérait que cette attention plairait à son ami.

Discrètement, il prit une serviette en papier présente sur le comptoir et s’essuya le visage afin de paraître plus frais et moins dégoulinant de pluie. La mission suivante s’avéra la plus difficile de l’après-midi : apporter le plateau de bambou jusqu’à la table sans renverser quoi que se soit. Après avoir payé et remercié l’hôtesse, Grégoire prit son courage à deux mains et empoigna le plateau en direction de la table et de Michael. Est-ce qu’il venait de croiser le regard de l’autrichien qui regardait dans sa direction ?

« Voilà pour toi ! », dit-il en posant le plateau sur la table.

Michael invita Grégoire à s’asseoir à coté de lui et cela tombait plutôt bien dans la mesure où l’aérokinésiste ne voyait aucun autre endroit où il pourrait être mieux. Il s’enfonça dans le canapé qui, on devait le reconnaître, était ce que se faisait de mieux en terme de canapé-tellement-moelleux-que-l’on-sait-comment-y-entrer-mais-plus-en-ressortir.

Lorsque Michael questionna Grégoire sur l’anneau qu’il portait à l’oreille, le français eut le réflexe de porte la main à cette dernière. Mais Michael ne lui laissa pas le temps de répondre et proposa tout de suite de le rembourser. Grégoire lui posa la main sur le bras afin de l’empêcher d’atteindre son porte-feuille.

« Certainement pas ! C’est pour moi, aujourd’hui. Ça te donnera l’occasion de me rendre la pareille un de ces jours. Enfin, y’a pas d’obligation, hein ? ».

Grégoire n’avait pas lu le manuel du « Faire comprendre à quelqu’un qu’il lui plait sans s’exposer à se prendre une tasse de chocolat chaud en plein visage ». Dommage. En cette situation, c’eut pu être très utile. Grégoire tenta de changer de sujet et revint sur la première question de Michael concernant sa boucle d’oreille.

« Oh, c’est une longue histoire. Je pensais l’enlever ce matin et puis je n’ai pas eu le temps », ce qui n’était que trop vrai vu la façon dont Grégoire avait quitté sa chambre suite à l’appel de Michael. « Je l’ai depuis… quelques temps », dit-il en riant. « Je devais avoir quinze ou seize ans quand j’ai fait l’affront à ma mère de porter cette chose à mon oreille. Je ne sais si elle s’en est remit depuis ! ».

Soudain, Grégoire eut un doute : Michael sous-entendait peut-être que cet accessoire ne lui plaisait pas, qu’il faisait trop… enfin pas assez… Il le regarda dans les yeux afin de déceler un quelconque avis sur la question. Il prit sa tasse et la leva comme pour trinquer, en attendant que Michael le rejoigne.

«A la tienne, et à ce magnifique temps ! »

Il en était à parler du temps qu’il faisait… Pitoyable.

« Tu es issu d’une grande famille ?», lança t-il à brûle-pourpoint. Il espérait en apprendre plus que Michael, qui semblait quelqu’un de très intéressant à découvrir, mais pas forcément enclin à se livrer. Il tentait sa chance…


Dernière édition par Grégoire Delibes le Sam 30 Avr 2011 - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Sam 30 Avr 2011 - 16:35

Lorsque Grégoire lui mit la main sur le bras, pour l'arrêter dans son mouvement et insisté sur le fait que c'était lui qui invitait, Michael fixa son coéquipier du regard, les joues aussi rouges qu'à son entrée dans la boutique, mais dorénavant pour une autre raison. Il songea que si l'aérokinésiste voulait payer, si il lui posait la main sur le bras et s'il apparaissait aussi épanoui aux yeux de Michael, c'était peut-être qu'il flirtait. L'Autrichien eut l'impression que quelque chose fondait, ou sublimait, à quelque part entre ses côtes et son diaphragme. Au bout d'une seconde ou deux, jugeant que son sourire niais tirait probablement vers l'indécence, Michael reporta le regard sur sa tasse et déclara :

-Merci pour les guimauwes, Grégoire. Je me sens comme un Kaiser!

Il trempa la première dans le chocolat, la laissant s'imbiber quelques instants de l'onctueux breuvage, puis la porta dans sa bouche, tout concentré sur le petit morceau de gélatine blanche qu'il était en train de déguster. Michael faisait bien attention de ne pas bouger le bras sur lequel Grégoire avait posé la main, pour ne pas lui rappeler de la retirer : à quelque part, ce contact lui faisait un grand bien. Il reprit ensuite le fil de la conversation :

-Cool! Tu es un rebelle alors! Il souligna le compliment d'un clin d'oeil. Tu devrais le garder plus souwent, sauf en missions.

Mieux valait éviter les bijoux et les objets qui risquaient de s'empêtrer, durant les missions. Un peu comme pour ses parents, en laboratoires. C'était certainement très terre-à-terre et utilitaire comme commentaire, mais Michael était ainsi fait : il pensait pratique. Il leva ensuite sa tasse en faisant un timide "Santé!", prit une gorgée, puis recommença le même manège avec sa deuxième guimauve. Sauf qu'il n'eut pas le temps de la rendre à sa bouche que Grégoire le relançait.

-Nous sommes trois. Astrid, Martin et moi! Astrid est la plus wieille, et Martin le plus jeune.

Il ne songea pas que Martin, en Allemand, se prononçait comme le Martine français, ni que l'anglais effaçait toute distinction de genre dans sa phrase.

-J'ai aussi une panoplie de cousins. Et chez toi, mis à part ta jolie cousine, vous êtes nombreux?

À ce moment, il avait le beau rôle dans la conversation : aucun besoin de faire d'efforts de réflexion, il n'avait qu'à répondre et renvoyer la balle. Aussi bien mettre ses énergies ailleurs et encourager le Français à répondre. En collant son genou contre le sien, par exemple. En fait, le geste n'était pas si réfléchi que cela... La rotation de sa jambe était juste arrivée, inconsciemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Sam 30 Avr 2011 - 23:32

Michael commença à lui parler de sa famille et en l’occurrence, de son frère et se sa sœur, puis de ses cousins. Il trouvait bienheureux qu’il lui fallut aller jusqu’en Amérique pour finalement rencontrer un autrichien ! Comme quoi, le destin avait son propre chemin et qu’il valait mieux ne pas essayer de le comprendre. Michael lui retourna la question, tout naturellement, ce que Grégoire n’avait absolument pas vu venir. Son visage se ferma quelque peu. Il tenta de prendre sur lui afin de ne pas laisser transparaître la souffrance que ce sujet pouvait faire resurgir en lui.

« Oui, je… j’avais une petite sœur mais elle est décédée, quand elle avait cinq ans », dit-il les yeux plongés dans son cappuccino, presque intact. « Ça me fait toujours quelque chose d’y repenser. »

Toujours tête baissée, Grégoire sentit le genou de Michael contre le sien. Le timing était parfait, même si Grégoire doutait que ce déplacement soit fait intentionnellement.

« C’est un peu compliqué de parler de ça. On va dire que ça toujours été quelque chose d’un peu tabou chez moi, d’en reparler, tu vois… »

Grégoire prit une gorgée brulante et regarda par la fenêtre. Il ne pensait vraiment pas que son arrivée à l’Institut lui permettrait de vivre des instants tels que celui qu’il était en train de vivre. Même s’il était vrai qu’il ne s’attendait à rien en débarquant aux Etats-Unis, si on lui avait dit qu’il serait délibérément en train de flirter avec un beau jeune homme quelques mois plus tard, il aurait sûrement bien ri. Et pourtant il était là, en compagnie de se garçon qui lui donnait envie de se comporter comme une midinette de quinze ans.

Il posa sa tasse et se passa la main dans les cheveux. Puis, l’air de rien, il s’enfonça de nouveau dans le canapé, en se collant contre Michael, épaule contre épaule. S’il n’avait pas compris, cette fois-ci, Grégoire n’y pouvait plus rien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Dim 1 Mai 2011 - 21:12

"Heiliges Scheisse" songea Michael, intérieurement. Il ne se félicitait plus du tout d'avoir eu la partie facile de la conversation : ça venait de se retourner contre lui!
Situation inconfortable.
Malaise.
Silence.
L'Autrichien avait croqué dans la guimauve, laissé tomber la deuxième moitié dans le chocolat, posé la tasse sur la petite table devant lui et, comme il s'était recalé contre le dossier du meuble, l'épaule de Grégoire s'était collée sur la sienne. Il s'aperçut également que leurs genoux se touchaient, ainsi que leur hanche. Bref, ils étaient à proximité l'un de l'autre.

-Je suis désolé. commença-t-il en rougissant de nouveau. Nous ne sommes pas obligés d'en parler si tu ne veux pas... Je ne voulais pas te faire de peine.

Il se trémoussa un peu, créant un peu plus d'espace entre son corps et celui de Grégoire. Il retira le bras sur lequel le Français avait posé plutôt sa main et le recula. Par le coude, il le fit entrer dans le matériel du canapé et, par les doigts, il le fit ressortir derrière les épaules de l'aérokinésiste -le poussant légèrement vers l'avant par le fait même-, qu'il prit en signe de réconfort et de compassion. Rien que ça. Certainement pas pour placer le français un peu plus près de lui.

Avant qu'un nouveau silence maladroit ne s'installe, Michael reprit, sur un ton beaucoup plus bas et doux, comme s'il tentait d'apaiser un animal blessé :
-Tu as des tatouages, aussi?
La plupart des allemands en avaient, les autrichiens étaient beaucoup plus conservateurs sur le sujet, mais qu'en était-il de son ami? La question n'était certes pas terrible, mais au moins elle ne risquait pas de bouleverser Grégoire. L'autrichien se mordit tout de même les lèvres, songeant qu'il aurait peut-être dû poser une question plus personnelle, quelque chose du genre :
-Tu... tu as déjà eu une copine? La question lui avait échappé. Il détestait les moments où il était stressé exactement pour cela : il perdait le contrôle de son mâche-patates. À quelque part, il ne le regrettait pas tellement et espérait avoir une réponse plus complète que ce que la question demandait.
Le pouce de sa main libre lissait de plus en plus fermement un petit rectangle de dix centimètres carrés de son jogging, à la hauteur du genou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Dim 1 Mai 2011 - 22:29

« Ne t'inquiète pas, tu n'étais pas sensé savoir. Et puis, comme le dit ma mère, il ne faut pas être triste pour elle mais y penser en ne gardant que les bons côtés... Mais tu as raison, changeons de sujet. Même pour toi, ça ne doit pas être très drôle. »

Alors qu'il tentait de se persuader lui-même que sa petite sœur était mieux là où elle était, il senti l'étreinte de Michael à travers le canapé. Sa présence la surprit un peu de prime abord, le français se contracta, comme s'il avait touché quelque chose de brûlant. Et puis, il releva la tête en direction de Micheal et le remercia de son attention à travers un regard qui voulait en dire long.

A la question de savoir s'il avait oui ou non un tatouage, Grégoire resta un instant interrogateur. Etrange question ! Il sourit et répondit que non, même s'il y avait déjà pensé pendant son adolescence.

Il voyait Michael se tendre encore davantage au fur et à mesure de la discussion, et gratter frénétiquement de son pouce la toile de son jogging. Grégoire regarda aux alentours: personne ne regardait et ce garçon lui plaisait vraiment : pourquoi attendre ? Il commença à sentir son cœur battre dans sa poitrine alors qu'il amorçait déjà dans sa tête le chemin qui séparait ses lèvres à celles de Michael. L'intensité de l'instant était à son paroxysme tant Grégoire se laissait envahir par ses sens sans vraiment prendre en considération sa raison qui lui hurlait de se contenir.

« Tu... tu as déjà eu une copine? »

Patatra. Grégoire se figea alors qu'il n'avait, pour le moment, presque pas bougé. Est-ce que cela signifiait qu'il valait mieux ne pas croire que tout ceci n'était plus qu'un jeu entre amis ? Qu'une fois revenu à l'Institut, tout ceci n'aurait jamais eu lieu. Et puis après tout, qu'est-ce que Grégoire souhaitait réellement ? Il n'avait jamais cru vouloir vivre une histoire avec un autre garçon, et voilà qu'il se sentait comme le marshmallow de Michael : en liquéfaction.

La question de Michael eut l'effet d'un seau d'eau froide sur Grégoire qui se raidit de nouveau et baissa les yeux au sol avant de rechercher sa tasse sur la table.

« Non, pas vraiment... J'ai bien connu une fille, Alice mais je ne sais pas si c'est moi qui n'ait pas compris comment les filles fonctionnaient ou si elle s'est fichue de moi mais... en fin de course, je me suis de nouveau retrouvé célibataire. J'ai jamais réussi à trouver quelqu'un qui me donne envie de me poser. J'ai toujours cru que c'était ma musique qui me coupait un peu trop du monde, c'est pour ça que j'essaie de moins composer ces derniers temps afin de m'ouvrir un peu aux autres et de me faire des amis à l'Institut. Et toi ? Tu as eu des relations... ou tu fais de la musique ? », conclu Grégoire en se forçant un sourire qui devait sûrement trahir sa déception et son malaise de l'instant.


Dernière édition par Grégoire Delibes le Dim 1 Mai 2011 - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Dim 1 Mai 2011 - 23:27

Tout allait bien, ils avaient pu reprendre une discussion plus normale. Tout allait bien, alors pourquoi diantre avait-il dû poser une question stupide. Tout allait bien, et il venait de ruiner le momentum, car il avait bien senti poindre un instant de tension sexuelle. Ou était-ce seulement ce qu'il désirait?

Michael, honteux, avait compris à la réaction physique tendue et crispé de Grégoire, qu'il avait commis une bourde. Un bien plus grosse bourde qu'auparavant, surement. Il se mordit la lèvre inférieure en s'efforçant de ne pas fermer les yeux -il aurait l'air de quoi- ni de les lever au ciel.

Alors qu'il écoutait la réponse du français avec intérêt et, il l'espérait, empathie, il sentit sa jambe, celle qui était toute contre la chaleur Grégorienne, disparaître dans le tissu du canapé. Il ouvrit de grands yeux ronds, vaguement paniqué à l'idée de s'attirer les foudres d'un anti-mutant, mais fit autrement comme si de rien n'était. Il écoutait toujours l'aérokinésiste, mais une partie de son esprit se concentrait également à faire réapparaître sa jambe. Peut-être son pouvoir s'était-il déclenchait parce qu'il était mal à l'aise vis-à-vis du malaise de Grégoire?

Quelques secondes après que le joli Français lui eut renvoyé la balle, secondes qu'il mit à profit pour songer à la formulation de sa réponse, Michael détendit la pression qu'il exerçait sur l'épaule de Grégoire et lui répondit.

-J'ai eu quelques fréquentations, mais une seule sérieuse. En fait, je ne sais pas si elles-mêmes se comprennent... Ca s'est quand même terminé en bons termes. Je pense que je plaisais aussi à mon ami Johan, mais...

Il soupira pour se redonner du courage et poursuivit, en un souffle :

-Mais je ne pense pas que j'étais prêt à... je n'étais pas encore prêt pour avoir un copain.

Il leva les yeux vers ceux de Grégoire, qu'il trouva joli, et rougit probablement. Il n'avait même plus conscience qu'une jambe lui manquait... Il rebaissa les yeux en demandant, sur un ton naïf :

-Tu me ferais écouter ta musique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 2 Mai 2011 - 2:09

Pendant que Grégoire brodait un tantinet sur ses expériences amoureuses passées, il vit la jambe de Michael disparaître dans le canapé. Quel étrange pouvoir que pouvoir se fondre dans n'importe quoi. Et en même temps, quelles incroyables capacités il offrait ! Grégoire se demanda tout d'un coup quel effet cela aurait sur lui s'il tentait, lui aussi, de fondre dans le mobilier à travers le pouvoir de Grégoire. Dans un but expérimental, Grégoire lui aurait bien agrippé la main, juste pour voir.

« A ton ami Johan ? Qui était-ce ? », Grégoire se reprit rapidement. « Enfin, ça ne me regarde pas, excuse-moi si je suis un peu trop curieux. »

Grégoire avait très vaillamment éludé la deuxième partie de la réponse de son ami. Il savait qu'il allait devoir aborder le sujet mais... c'était délicat et puis, il ne voulait mettre Michael mal à l'aise. Lui l'était totalement. Enfin... presque. L'utilisation du passé dans la phrase de Michael résonna pour Grégoire comme une petite victoire. On ne disait pas ça l'air de rien. Il y avait forcément un sens cacher ou une perche tendue. Du moins, c'est que Grégoire espérait fortement.

« Avoir un copain... Oui, je comprends. A vrai dire, je... je ne pensais pas être prêt non plus être prêt il y a encore une semaine et puis... » Grégoire leva légèrement les bras comme pour qu'il ne pouvait pas grand chose à la situation dans laquelle il se trouvait actuellement. Grégoire leva les yeux pour voir si Michael avait compris son allusion et resta quelques instants comme ça, silencieux, souriant légèrement, ses yeux dans ceux de Michael.

Lorsque Michael lui demanda s'il comptait lui faire écouter sa musique, Grégoire sourit encore davantage. Cela lui faisait vraiment plaisir qu'il s'y intéresse.

« Bien sûr, avec plaisir. Je pourrais même te jouer quelque chose, un jour, si ça te dit. »

Grégoire reporta son attention sur la demie jambe qu'il restait à Michael.

« Tu peux transférer tes pouvoirs sur quelqu'un en la touchant ? Ça pourrait me faire quelque chose ? », dit Grégoire en prenant la main de Michael et en la posant sur le canapé, afin d'allier le plaisir de ce contact à la discrétion qui s'imposait dans un lieu public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 2 Mai 2011 - 6:01

Michael se mordit de nouveau la lèvre inférieure. Cette fois, cependant, il sourit du coin des lèvres : avait-il perçu une pointe de jalousie dans l'empressement de la question de Grégoire?

-Ça va, ne t'en fais pas. C'était mon coloc en Espagne, et mon meilleur ami. On a fait un woyage humanitaire au Pérou et... Il détourna quelque peu le regard, cherchant comment dire, puis reprit.
-Il est awec ta soeur, depuis. Nous nous sommes faits attaquer.

Alors que le Français haussait les sourcils, suite à son explication, leurs regards se croisèrent et Michael ne put que continuer de sourire, lui aussi, en réprimant une envie de serrer Grégoire tout contre lui. Peut-être même de l'embrasser. Mais il n'en fit rien. Il hocha simplement de la tête, avec intérêt, lorsque Grégoire lui promit de lui faire écouter sa musique. Il haussa ensuite les sourcils -plus haut encore qu'un clown-, à la question de son coéquipier, en souriant.

Alors que sa main, qui venait de cesser de triturer son pantalon, se retrouvait dans celle de Grégoire, il lui répondit avec franchise :

-Je ne sais pas, je n'ai pas wraiment essayé. Une petite voix à l'intérieur de lui-même lui disait que ca ne fonctionnerait pas, mais il ne le dit pas, ne voulant pas paraitre pessimiste. Il déplaça tout de même leur deux mains au-dessus du canapé, là où aurait dû se trouver sa jambe manquante, et y plongea la main comme s'il s'agissait d'un simple fluide. Par contre, la main de Grégoire resta sur le tissu, faisant apparaître une moue d'excuse au visage du germanophone. Il fit ensuite réapparaitre et sa main et sa jambe.

Sans songer aux breuvages qui refroidissaient, Michael déplaça le bras qu'il avait passé autour de l'épaule de Grégoire, le plia légèrement, et vint positionner sa main dans son cou, son pouce et la base de sa paume comme en support de la nuque de l'aérokinésiste, l'index et le majeur jouant avec le lobe et la boucle d'oreille de Grégoire.

Et il continuait, en silence, de scruter le visage à la fois familier et redécouvert de Grégoire. Il n'était pas charmant, il était séduisant. Il n'avait pas zappé les informations sur les "copains" de Grégoire, mais préférait ne pas en parler pour l'instant. En fait, il préférait ne pas parler du tout, ou plutôt il ne voulait pas forcer une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 2 Mai 2011 - 13:26

Un partout. Décidément la vie des deux jeunes gens avait des similitudes dans les côtés les plus noirs de l’existence. Grégoire eut une mine de sincère compassion lorsque Michael lui confia la perte de son ami. Il ne savait que trop bien ce que pouvait provoquer la mort d'un être cher, surtout que Michael semblait être très proche de ce Johan.

La scène qui suivit était des plus originales, à voir les deux jeunes gens tenter de se fondre dans le canapé. Malheureusement, la main de Grégoire resta à la surface. Michael semblait désolé mais Grégoire lui dit rapidement, afin de le rassurer:

« Ne t'inquiète pas, c'était un peu bête comme question, de toutes façons. Et puis, si Mr Zachary nous voyait faire ça, il nous ferait sûrement les gros yeux. » Bien sûr, cette dernière phrase ne concernait pas uniquement l'utilisation des pouvoirs en public. Les deux garçons étaient en train de flirter, et Grégoire espérait bien que cela ne se finirait pas aussi rapidement que cette aventure avait commencé. Et pour le coup, il se demandait bien quelle opinion le directeur de l'Institut aurait sur le flirt de deux garçons qui, par la même occasion, étaient coéquipiers.

Dans le dos de Greg, Michael déplaça son bras afin de lui permettre de caresser tendrement la base de son cou jusqu'à son oreille. Un frisson parcourut le dos du français alors qu'une vague de chaleur semblait l'envahir. Il ferma les yeux afin de profiter de cet instant. Il ne les rouvrit que pour admirer le visage si tendre de ce bel autrichien qui le faisait décidément craquer.

Grégoire prit alors le parti de dire ce qui lui passait par la tête d'une manière quelque peu directe.

« J'ai envie de t'embrasser », dit-il en français, afin de déguiser encore un peu ses pulsions. La langue de Molière ne dissimulait en rien l'élan romanesque qui semblait assiéger l'aérokinésiste. Il n'avait jamais embrassé un garçon, même s'il devait avouer l'avoir imaginé une paire de fois. L'idée que cette première fois arrivait à grands pas l'angoissait un peu. La seule chose qui le rassurait était le fait qu'il était persuadé que Michael n'était pas plus rassuré que lui et qu'en un sens, ils s'étaient bien trouvés. « Tu comprends le français ? »


Dernière édition par Grégoire Delibes le Lun 2 Mai 2011 - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 2 Mai 2011 - 14:35

Michael aimait bien les réactions de Grégoire. Il parvenait à se montrer beaucoup plus détaché que lui, et à prendre les choses un peu plus à la légère que lui. Ca n'était peut-être qu'une impression aussi, mais la vie semblait plus simple, en quelque sorte. Et à l'instant même, Michael se fichait bien de savoir ce qu'Adam Zachary penserait. Encore, si Grégoire avait parlé de Roberta...

Alors qu'il chatouillait le cou et l'oreille de son coéquipier, celui-ci ferma les yeux avec douceur et Michael en profita pour l'observer avec plus d'avidité. Il sentait son coeur battre du bout de ses doigts jusqu'à ses oreilles. Il avait envie de demander futilement ce qui avait bien pu changer depuis une semaine, alors qu'il connaissait bien la réponse : la même chose que pour lui, probablement. Il aurait voulu avoir le pouvoir d'arrêter le temps et la guerre, la faim et la maladie, pour ne pas être dérangés et restés suspendus dans le temps, que ce moment privilégié ne prenne jamais fin. Que ce silence magique perdure pour toujours.

Il y eu un petit claquement. Grégoire ouvrait les lèvres. Il parlait. Michael plissa les yeux, s'apercevant qu'il s'agissait probablement de français. S'il ne comprenait pas les mots, l'intention lui semblait évidente. À moins qu'il ne se fasse des idées, mais dans la position dans laquelle ils se trouvaient, c'était peu probable. Michael sourit. C'était vrai ce qu'on disait : le français est sexy. La langue. Le garçon. Les deux. Le garçon en question posa alors une question, encore en français, et Michael ne fut cette fois vraiment pas certain de comprendre. Il répondit sur un ton joueur :

-You'll get to teach me how to french...

Une déclaration à double-sens, alors qu'il regrettait instantanément de ne pas avoir suivi de cours de français à l'école -sous prétexte que c'était une langue trop complexe et moins jolie que l'espagnol ou l'italien- et que son corps entier ne songeait plus qu'à embrasser l'aérokinésiste.

L'Autrichien se tourna légèrement sur le canapé, pour avoir Grégoire en face de lui, puis il se pencha à son oreille.

-Dann... Küss mich!
Et la similarité avec l'anglais devrait faire passer la barrière des langues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 2 Mai 2011 - 19:33

L’œil amusé de Michael en dit assez à Grégoire pour qu'il sache que son ami avait compris. Ainsi, il n'en trembla que davantage malgré la réponse de Michael en guise de clin d’œil. Il souhaitait apprendre le français ? Grégoire se ferait un plaisir de lui apprendre sa langue. Et comptait bien sa première leçon de civilisation français par le baiser, mondialement connu.

Michael se tourna légèrement vers lui et ainsi être bien en face du français. Les deux hommes étaient donc les yeux dans les yeux, l'un devant l'autre. Craignant peut-être qu'il ne se ravise, Micheal vînt lui susurrer quelques mots à l'oreille. Des décharges électriques lui parcourent le bas du dos pour remonter et finir au bout de ses doigts. Grégoire avait de la famille germanophone et même s'il n'était pas capable d'aligner trois mots d'allemand correct, il pouvait le comprendre sommairement. D'autant plus qu'ici, le message était clair.

Grégoire ne laissa pas le temps à Michael de se redresser et profita de sa légère inclinaison pour coller ses lèvres contre les siennes, uniquement en tournant la tête sur le côté. Le temps se mit en pause et plus personne ne semblait exister aux yeux du français. Ce fut comme une révélation, une deuxième naissance. Son âme était enfin en adéquation avec son corps qui avait longtemps tenté de se distancer de ce désir si virulent pour les hommes. Il l'embrassa une première fois très timidement, en apposant ses lèvres aussi légèrement qu'une caresse. Il prit un tout petit peu de distance afin de croiser le regard de Michael et être sûr qu'il ne regrettait pas son choix, mais il ne lui laissa pas le temps de dire quoi que se soit et l'embrassa à nouveau, plus longuement, plus intensément que la première fois.

« Du bist shön... », s'essaya Grégoire dans un allemand improbable.

Grégoire avança sa main pour la poser sur la jambe de Michael. Ils étaient dans un lieu public et même s'il avait très envie de pouvoir le serrer dans ses bras, il devait se contenir, et faire profil bas afin de ne pas passer pour de jeunes gens effarouchés qui s'exhibent en public.

Ainsi, Grégoire se redressa pour rester à quelques centimètres de l'autrichien. Il ne le regardait plus dans les yeux, trop gêné. Qu'avait-il fait ? Est-ce ce baiser allait changer, un peu aussi comme il l'espérait, sa vie à l'Institut ?

Grégoire sourit à son ami, depuis peut-être quelques instants son « petit-ami », et lui dit :

« Je ne m'attendais pas à ça en te rencontrant... mais tu me plais, vraiment, tu sais et... je ne sais pas si c'est un grand cadeau que je t'ai fait en t'embrassant... je suis pas très doué pour tout ça. Les relations humaines, je pense être un petit-ami déplorable. » dit-il en riant et en lovant sa main dans celle de l'autrichien.

Au moins, il avait fait cartes sur table. Michael ne pourrait pas dire qu'il n'avait pas été prévenu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Mer 4 Mai 2011 - 2:49

L'estomac qui implose et tire tous les organes avec lui dans son minuscule trou noir. Les odeurs qui s'emmêlent. Les idées qui se brouillent. Les paupières qui papillonnent en se demandant "Ouvertes ou fermées?", autant de flashs sur les iris bleutés de l'aérokinésiste.

Un baiser. Doux. Délicat. Divin?
Différent...

D'abord, il sentit l'odeur de Grégoire envahir ses narines -et heureusement qu'ils avaient couru sous la pluie, ça limitait la sueur. Puis la contraction de l'air. Michael humait à présent directement son souffle. La tension électrique de la microcouche d'air qui séparait leur désir labial. Enfin, le contact. La chaleur, d'abord, puis la texture. Vient ensuite le goût, timide et unique.
La séparation. Combler le vide en se rentrant lès lèvres un instant sur la langue, les yeux à demi clos. Le retour du pendule, le corps qui se met en branle : une main assure sa poigne sur la nuque, l'autre court sur la cuisse, contourne la fesse -quand même!- et caresse le dos. Le genou s'échoue doucement contre celui de l'autre. Une nouvelle personne, un nouveau corps, une nouvelle expérience, une nouvelle découverte.

Différent...
C'était vraiment le meilleur mot pour décrire l'expérience. C'était d'ailleurs le mot que Michael avait en tête. Et pourtant, si différent que pouvait être un homme d'une femme, la sensation qu'éprouvait Michael à cet instant n'était pas plus ni moins désagréable qu'avec une femme. Et si c'était différent d'embrasser son ex, ca ne l'était pas vraiment plus que d'embrasser son ex l'avait été par rapport à son premier baiser.
Différent, certes, mais similaire. Le sentiment qu'il ressentait était aussi pur. La plus importance était simplement un détail, mais un détail qui poussa Michael à rigoler, mettant fin à la magie de leur premier baiser.

Il retira sa main du dos de Grégoire, la posa devant son visage, honteux de rigoler dans une telle situation.

-Je suis désolé, ca m'a chatouillé, je... Il n'eut pas le temps de lui expliquer qu'il n'était pas habitué au contact d'une peau aussi rugueuse quand Grégoire lui fit un compliment, en Allemand.

Ses deux mains désormais entre le Français et lui, Michael rougit et baissa le regard. En face à face avec la fermeture éclair du pull de Grégoire, il y porta deux doigts et se mit à jouer avec.

-Tu n'es pas à plaindre non plus. Pas du tout, même. répondit-il, un oeil sur ce qu'il pouvait entrevoir du poitrail de son ami, l'autre signant la petite moquerie.

Michael massait du pouce la main qu'il venait de recevoir dans la sienne, profitant du silence pour apprécier le moment, reléguant la remise en place de ses pensées à plus tard. Sauf que plus tard vint rapidement.

Grégoire venait de lui déclarer sa flamme, ou il rêvait? Michael leva imperceptiblement, une micro-seconde, le sourcil droit, en se disant qu'il avait été bien bête de ne pas penser que c'était peut-être un minimum sérieux, avant de froncer les deux sourcils légèrement. Grégoire était quand même vite en affaires. Michael avait besoin de temps pour réfléchir, en général... Grégoire était beau, gentil, plaisant... les adjectifs commencèrent à défiler dans la tête de Michael, à une vitesse folle. Par contre, tout cela était si nouveau pour le germanophone. Ca avait commencé par une simple farce, et voilà qu'il s'était pris au jeu et ne savait plus si la farce était la réalité. L'Autrichien ne savait pas, non plus, si il se sentait prêt, si rapidement, à s'afficher avec un autre garçon.

Il se pencha légèrement, embrassa Grégoire sur la joue, et se recula. Alors que sa main avait pris appui sur le côté de la tête du Français, Michael déglutit. Il avait le regard fuyant. Il soupira.

-Nous serons un couple déplorable, dans ce cas.

Il sourit. L'envie de se jeter sur Grégoire, de l'embrasser, d'être dans ses bras ne lui manquait pas, mais il préféra fixer son regard océan, comme on regarde l'avenir dans une boule de cristal.


Dernière édition par Michael Käferböck le Ven 6 Mai 2011 - 0:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Jeu 5 Mai 2011 - 0:20

Main dans la main et yeux dans les yeux, Grégoire et Michael devaient affronter la terrible épreuve du silence de l'après premier baiser. Le moment où l'on se sent si proche et à la fois encore bien étranger à la personne que l'on vient d'accepter dans sa vie. Grégoire baissa les yeux sur la main de Michael, entrelacée dans la sienne. Lorsqu'il prit enfin le parti de dire à Michael ce qu'il pensait de la situation, l'autrichien sembla embarrassé sinon quelque peu déconcerté. La franchise du français et sa tendance à s'emballer s'était sûrement heurtée à la circonspection du jeune homme, bien plus réservé de nature.

En guise de réaction, Michael lui fit une bise et se rassit correctement dans le canapé, tout en se dégageant de l'étreinte du français par la même occasion. Afin de compenser le message corporel qu'il renvoyait, Michael rajouta quelques mots qui réchauffèrent le cœur de Grégoire. Michael avait dit « nous ». Ce « nous » résonna en Grégoire quelques instants, et il ne put s'empêcher de sourire aux anges. Michael l'avait accepté dans sa bulle affective. C'était une première pour lui. Et par la force des choses, il n'était pas au bout de ses découvertes.

Michael le regardait, fixement. A tel point que le français avait l'impression qu'il regardait à travers lui, directement dans son esprit, là où tout était emmêle pour le moment. Grégoire n'était pas très habile pour cacher ses intentions et ses sentiments comme son ami avait pu le remarquer quelques instants plus tôt. Grégoire se sentait comme un gamin à la période de Noël, non pas qu'il considérait Michael comme un cadeau – quoi que – mais parce qu'en cette période, dans la famille de Grégoire, l'air était empli d'une magie imperceptible, qui rendait chaque moment unique et magique.

Grégoire dégagea sa main et se tourna pour être face à la table, de côté par rapport à son petit-ami. Il pris son café en main, il était toujours chaud. Ou bien, peut-être que c'était la température corporelle de Grégoire qui faussait la donne. Quoi qu'il en soit, Grégoire souffla légèrement sur sa boisson, les yeux loin devant, dans le vide. Tout lui passait par la tête : ses parents, l'Institut, et ce garçon qui faisait désormais partie intégrante de sa vie. Il se connaissait et il le savait : plus le temps allait passer et plus il allait s'attacher à Michael. Il ferait de son mieux, dès le départ pour se protéger et ne pas mettre la charrue avant les bœufs, pour ne pas précipiter les choses, pour avancer doucement. Et cela commençait tout de suite.

« Ca va pas être simple à l'Institut maintenant », dit-il, toujours le regard dans le vague.

Il tourna la tête à 45° et regarda Michael. Voilà, quinze secondes de distance et de réflexion sur la situation, c'est tout ce dont il était capable pour l'instant. Il se félicita intérieurement et sourit à Michael, sans pouvoir se contenir plus longtemps. Il était évident que les deux jeunes gens apprendraient beaucoup l'un de l'autre.

« Tu es resté proche de tes parents ? »

Grégoire était gêné et avait trouvé le premier sujet qui lui était passé par la tête, de peur de transmettre son malaise à Michael.

« Enfin... Excuse-moi, c'est un peu perso comme question, ça... C'est juste que ça m'intéresse, alors... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Ven 6 Mai 2011 - 1:18

Ces yeux! Si pétillants, si vibrants! On aurait dit qu'ils avaient la puissance d'une bombe atomique et la douceur d'un papillon à la fois. Michael était prêt à y tomber comme un certain Gaulois dans un chaudron de potion magique. Mais le globe détourna le regard, pour replonger dans un cappuccino. Pour le coup, Michael avait également repris sa tasse de chocolat, mais il ne but pas. Il était incapable de dire s'il était affamé ou se sentait à satiété, tant son ventre était crispé!

La tête dans les nuages, il repensait à tout. Le jogging, le chocolat, le baiser, les Andes, l'Espagne, les Alpes, l'Italie, la Bavière, sa famille, ses amis. Tout ce qui signifiait réellement quelque chose à ses yeux. Il rêvassait, sans se rendre compte du temps qui passait. Puis Grégoire le tira de son paradis psychologique pour le ramener sur son paradis terrestre.

-Ca n'est jamais simple à l'institut! Ca ne fera pas très différent... Tu veux le restant de ma guimauwe? Loin de se douter de ce qui se passait simultanément à l'institut, il venait de plonger les doigts dans sa boisson. Il avait le visage crispé et émit un léger sifflement, juste pour le style. Il sourit ensuite à Grégoire, avec tendresse, comme s'il était son reflet dans le miroir.

-Ahah! Le demi mashmallow entre les doigts, la main au-dessus de la tasse en signe de victoire, Michael était fier de ce qu'il venait de pêché. Il se défigura un instant, à force de courber ses sourcils, en constatant que les pensées de son copain n'étaient pas au même endroit que les siennes, et finit par en rire. Donnant à Grégoire juste le temps de s'excuser pour sa question.

Michael posa alors sa main libre sur l'avant-bras de Grégoire, pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas à s'excuser.
-Tu peux tout me demander, surtout si ca t'intéresse. Ca me fera plaisir de me mettre à nu pour toi! Il souligna son jeu de mot d'un clin d'oeil coquin, avant de poursuivre.
-Ça fait longtemps que je n'habite plus chez eux. On s'écrit fréquemment, mais pas trop non plus, et je suis toujours wague dans ce que je leur dis, même si je les aime bien. À wrai dire, ils ne savent même pas... pour moi.
-Et toi?
Il se doutait que Grégoire n'avait pas plus envie de parler de sa famille que de sa soeur, aussi avait-il choisi d'approcher un autre sujet. Tu crois que c'est wrai, finalement, ce qu'on a dit à Anjali... Le lien entre... Un petit sourire en coin, pas besoin de préciser davantage, il comprendrait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Sam 7 Mai 2011 - 18:35

La question de l'Institut fut rapidement éludée par Michael qui y préféra sa guimauve. Grégoire le regarda faire et acquiesça lorsque Michael lui proposa le dernier morceau de sa guimauve. Un sourire en coin, il souhaitait voir comment l'autrichien allait se débrouiller avec ce morceau de sucre mou entre les doigts. Il posa la tête sur sa main, et regarda faire son ami.

Le français écouta Michael lui parler de sa famille et il était rassuré de savoir que lui non plus n'avait beaucoup plus de contact avec eux. Considérant sa dernière phrase, Grégoire ne sut pas si Michael parlait de son état de mutant ou de son attirance pour les français. Il n'osa pas poser directement la question.

« Bah moi... On va dire que je suis parti bien vite de chez moi et d'une façon un peu brutale. Du coup, maintenant c'est dur de revenir. Je n'ai rien expliqué, je suis parti et j'ai suivi le Ganymède qui est venu me chercher. Mes parents ont pris ça pour un enlèvement et on a eu droit à un bel article dans La Sentinelle. »

Grégoire sentit sa gorge se serrer. Il força un sourire. Michael, sentant peut-être le malaise du français, changea de sujet. Grégoire éclata alors de rire.

« Et bien, je ne sais pas, je t'avoue que je n'y avais jamais réellement réfléchit avant d'en plaisanter avec toi. Faudrait faire le tour de l'Institut et dresser une liste ! », plaisanta le blondinet. Il commença à cataloguer les informations dans sa tête. « C'est sur que si on prend Luther comme exemple... », dit-il l’œil pétillant alors qu'il tendait la main afin d'attraper sa tasse, tout en regardant son ami. « Et d'un autre côté y'a bien Jeremiah ou Josh ! Eux, ils collent pas dans la règle», dit-il avec un air songeur qui laissait penser qu'il continuait son listing.

« Tu sais que depuis que tu es à l'Institut, on s'est jamais vraiment parlé. Mais depuis le début, je t'avais remarqué. Toi et tes carnets pendant les briefings, ta façon toujours impeccable de te tenir en cours...  Je trouvais ça mignon, en fait...», dit le français en rougissant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Mer 11 Mai 2011 - 2:40

La guimauve mouillée dans la main, Michael n'attendait que le signal de Grégoire. Il lui lança un regard mystérieux dès qu'il acquiesça, lui demanda "Prêt?", mis la partie dure du marshmallow, celle qui était restée émergée, entre se ses lèvres pour la tenir, mis sa main propre derrière la tête de Grégoire, approcha leurs deux caboches et effectua la transaction.

Assis et satisfait, il se pourlécha un instant les lèvres. Pour chasser le goût de sucre et garder celui du mutant. Il s'exclama ensuite :

-Waou! Jeremiah m'a dit qu'il n'y a que les meilleurs qui parwiennent à s'y tailler une place. Ceci dit, je ne suis pas surpris que tu y sois! Il avait ajouté cette phrase en boutade, pour faire semblant que son excitation était feinte. Il écouta ensuite avec amusement la réponse à sa dernière question, éclatant de rire lorsque Luther fut nommé : Grégoire semblait avoir délibérément choisi l'exemple le moins contestable. Il leva les sourcils, surpris d'entendre le geek ami être nommé, mais les fronça bien rapidement, en les décorant d'une jolie moue agacée : Grégoire venait-il de mettre le meilleur ami de Michael et l'homme-loup dans le même panier? Il allait avoir besoin d'une leçon de bon sens! On ne comparait pas Jeremiah, aussi sauvage et reclus qu'il fut, avec un mutant à manifestation physique. Le geek était terriblement plus mignon. Non, ce n'était pas ce qu'il voulait dire, il voulait dire sympathique. Et peut-être mignon... trouvait-il vraiment le geek mignon? C'était impossible!
Vaguement effrayé à la pensée qu'il pourrait éprouver de l'attirance pour son ami, l'Autrichien repassa dans sa tête la plupart des garçons de l'institut pour se rendre compte que, comme pour les filles, il avait déjà plus ou moins évaluer leur charme.
Reprenant le fil de ses pensées, Michael se dit que Jeremiah était bien plus sympathique et amical que Josh. Pas que Josh ne l'était pas. Enfin, Michael n'en avait aucune idée... le canin ne lui avait jamais donné une très bonne impression. Il faut dire qu'il avait toujours quelques préjugés contre les mutants difformes. Honte à lui. Il y avait peut-être Mateo, avec ses pirouettes linguistiques, qui le mettait moins mal à l'aise.

Reprenant le fil de la discussion autour du mot carnet, Michael écarquilla les yeux. Son subconscient lui ordonna également de rougir un peu, pour rester en harmonie avec les teintes que prenait Grégoire. C'était mignon? Pour lui c'était normal...

-Merzi balança-t-il dans un français maladroit. Il s'agissait probablement du seul mot qu'il connaissait de la langue de molière, avec baguette, non et sì.

Et, pour se débarrasser de son embarras, il revint sur l'histoire de Jeremiah et Josh qui n'avaient, à ses yeux, que les premières et dernières lettres de leur prénom en commun.

-Comment ils ne collent pas à la règle? Ils ne sont pas intéressés par les garçons ni les filles, tu veux dire? car, pour ce qu'il en savait, Jeremiah n'avait jamais manifesté d'intérêt pour la gente féminine. Même au mur d'escalade, il ne l'avait jamais surpris en train d'observer quelqu'un par en dessous. Remarque, avec son pouvoir, il n'aurait peut-être pas été pris sur le coup non plus...

Un sourcil haussé derrière sa tasse, Michael cala son chocolat désormais tiède et posa la tasse sur la petite table avec un soupir satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Ven 13 Mai 2011 - 15:46

Lorsque Grégoire eut mentionné Jeremiah, l'expression de Michael se figea, à l'image de ses sourcils surélevés et de son visage renfrogné. La gorge de Grégoire se serra. Avait-il dit une bêtise ? Comme pour rapidement passer à autre chose, il embraya sur Michael et ses petites manies, ce qui n'empêcha pas l'autrichien de revenir sur le sujet initial, qui l'avait visiblement marqué.

Grégoire ne connaissait personnellement aucun des deux hommes, ainsi sont jugement était bien superficiel. Michael lui demanda de se justifier, ce qui mit Grégoire dans une posture très désagréable, ne sachant sur quel pied danser. Michael était-il en train de lui faire comprendre que son association était maladroite et infondée ?

« Non, mais je ne sais pas, j'ai pris deux exemples comme ça. Ils ne me semblent pas être les plus... efféminés de l'Institut, c'est tout », la voix de Grégoire s'était éteinte au fur et à mesure de sa phrase, tant est si bien qu'on ne put qu'on entendit presque pas ses derniers mots. Il baissa les yeux. Une flopée d'idées lui passèrent par la tête. Jeremiah pourrait être autre chose que ce qu'il avait imaginé ? Mais... il était très proche de Michael. Grégoire le va les yeux vers son ami pour les rebaisser instantanément. Non, il ne valait mieux pas qu'il aille dans ce sens. Il était en « couple » depuis à peu près dix minutes et commençait déjà à avoir des pulsions de jalousie. Cela ne présageait rien de bon. 

Grégoire ne savait plus quoi répondre, un peu prisonnier de ses pensées de l'instant. Il prit sa respiration et se lança :

« Jeremiah et toi... ? », dit lâchement sans oser terminer sa phrase qui pouvait tout dire et rien dire en même temps. Autant que l'autrichien le sache tout de suite : le français était un peu possessif, même s'il en avait entièrement pris conscience, ce qui limitait les réactions impulsives.

Le français attendit d'avoir terminé sa phrase pour de nouveau regarder l'autrichien. En même temps qu'il était suspendu à ses lèvres pour écouter sa réponse, il tendit le bras machinalement pour attraper sa tasse sans détourner le regard de celui qui lui faisait toujours cet effet incroyable tout le long de son dos. Peut-être aurait-il dû redescendre un peu de son nuage et faire davantage attention à ce qu'il faisait : le français, maladroit au possible, avait mal saisit sa tasse en main et la lâcha sur le trajet de la table à sa bouche. Celle-ci se renversa se renversa au sol, sans se briser, en éclaboussant intégralement le pull de Grégoire ainsi qu'une partie de son pantalon.

« Ah ! C'est pas vrai ! », dit Grégoire en français, en essayant d'attraper quelque chose sur la table qui pourrait l'aider à s'éponger. Il se reprit en anglais. « Excuse-moi, je suis tellement maladroit. Je... Quel imbécile ! ».

C'était bien la dernière chose qu'il souhaitait : faire autant de mauvaises impressions que possible. Jaloux, maladroit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremiah Harnolds
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Equipe : X-Rays
Nom de code : Spy
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 16 Mai 2011 - 9:30

Par le communicateur de Michael, la voix basse et plutôt stressée de Jeremiah a écrit:

"Rachel, Micha’ ? Vous êtes où ? "

...

"Si vous êtes dehors ou aveugles, l’amiral et ses copains militaires ont… heu… pris le contrôle de l’institut ? Enfin, ils sont partout quoi…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Ven 20 Mai 2011 - 1:12

-Ca veut dire que tu me trouves efféminé, ça? Je ne suis pas wiril?

C'était bien la première fois qu'on lui disait une chose de la sorte, et il le prenait avec un grain de sel. Après tout, ce n'était pas comme si il n'était jamais parvenu à séduire personne durant sa courte existence. Aussi, virilité ou non, il devait être ... attrayant?

Michael posa de nouveau sa main sur le genou de Grégoire, en souhaitant un peu que, par ce geste, ils pourraient se vider l'un l'autre toutes leurs mémoires, comme des vases communicants. Grégoire choisit ce moment pour débuter un semblant de question. Ne voyant ni le jaune jalousie derrière celle-ci, ni quoi que ce soit d'autre, il crut que son copain voulait simplement lui rappeler qu'il avait un rendez-vous. Il ouvrit grand les yeux en souriant paisiblement.

-Oh! Tu as raison! On devait aller faire de l'escalade ensemble, mais j'imagine que ça ne lui dérangera pas si j'annule. Il ne vient que pour se faire des points d'expérience en social. Ou un truc du genre...

Il avait les sourcils vaguement froncés, perplexe face à la clarté de son explication sur les points d'XP de Miah. Sans trop savoir comment ça c'était passé, Grégoire s'était retrouvé avec le contenu de sa tasse sur lui plutôt que dans sa tasse.

-Tu sais, ça s'absorbe mieux par la bouche que la peau... lança l'Autrichien, moqueur, avant de s'étirer lui aussi pour prendre une petite serviette et commencer à éponger le pull de Grégoire.

-Ne t'en fais pas, c'est pas grave. C'est juste dommage qu'on ait pas le droit d'enlewer ton pull dans un lieu public...

Il s'approchait doucement de Grégoire, pour lui donner un baiser sur la joue, et un peu de courage, quand Jeremiah retentit à ses oreilles. Croyant que la téléporteuse s'était découvert une passion pour l'escalade, il ne fut pas surpris outre mesure d'entendre Jeremiah l'appeler également. Il lui répondit immédiatement, en se redressant.

-Je suis en wille, mais je ne t'ai pas oublié. Si tu veux, on se rejoint directement au m... comment?

Inquiet, Michael ne savait pas trop ce qu'il devait faire. Il se rapprocha de nouveau de Grégoire et, prenant sa tête pour l'appuyer près de la sienne, il lui murmura à l'oreille :

-Il y a un amiral et des soldats qui ont pris le contrôle de l'école. Qu'est-ce qu'on doit faire?

Il garda sa tête appuyée contre celle de Grégoire, profitant de la proximité du beau garçon. Il ferma aussi les yeux, comme pour chasser le message qui venait de faire éclater leur idylle en un fracas qui bourdonnait à ses oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Jeu 26 Mai 2011 - 0:17

Grégoire donna le bâton pour se faire battre. Il fit un rapide signe de tête en guise de « non », afin de rassurer Michael sur sa virilité ô combien suffisante pour lui donner l'envie de se soumettre lui-même tel une midinette.

« Ce n'est pas du tout ce que j'ai voulu dire. Je ne parlais pas de toi. Des autres, enfin. Je sais pas, je ne parlais de personne en fait, et surtout pas de toi. » lui dit-il dans un très large sourire.

Lorsque Michael enchaîna sur son rendez-vous sportif, Grégoire ne l'écoutait presque plus. Avait-il vraiment laissé croire qu'il était efféminé ? Non, non, il devait sûrement y avoir une erreur. On ne saurait jamais si c'est ce questionnement qui amena la catastrophe qui allait suivre ou bien juste le manque d'attention de Grégoire. Quoi qu'il en soit, les habits imbibés de café, Grégoire leva des yeux dépités vers son petit-ami qui ne manqua pas l'occasion de se moquer de lui

Rouge de honte, Grégoire ne répondit rien. Il tenta tant bien que mal d’essuyer ce qu'il pouvait même si le tissu éponge de son sweat-shirt avait déjà imbibé la majorité du liquide. Lors que l'autrichien blagua sur l'impossibilité d'enlever le pull de Grégoire, ce dernier le fixa dans les yeux, songeur. Celui-là ne perdait rien pour attendre. Et en guise d’amuse-gueule, Grégoire attrapa la main de Michael qui l'aidait à se débarbouiller et la colla contre lui. C'est le moment que choisit son ami pour l'embrasser tendrement.

Soudain, le germanophone se figea. Grégoire comprit qu'il recevait une communication. Lorsqu'il comprit que c'était Jeremiah qui appelait Michael, il eut un petit mouvement de recul. Un peu jaloux, il se contenait pour ne pas montrer son agacement. C'était ridicule et il le savait, donc il faisait de son mieux pour ne pas le laisser paraître. Mais cette idée fut très rapidement chassée de son esprit lorsque le ton de la conversation devint plus sérieux, presque grave.

Michael lui exposa la situation. Il songea d'abord à une blague mais face à la réaction de Michael, Grégoire du se rendre à l'évidence que quelque chose de terrible était en train de se passer.

Que faire ?

« Tu penses qu'on devrait y aller ? Ou peut-être prévenir quelqu'un pour qu'on puisse nous aider », cette dernière idée énoncée, le français secoua la tête comme pour montrer qu'il n'était pas convaincu lui-même. Qui viendrait leur porter secours ?

Grégoire était sur le point de proposer à Michael d'attendre un peu et de demander des infos à Jeremiah quand une voix résonna dans leur communicateur :

"FILHO DA PUTA DOS TERRORISTAS! Eux sont dans hangar et sous sol! Ça canarde sur nous! Cerebra en danger! ALERTE!"

Il s'agissait de Mattéo et visiblement, les choses tournaient mal. Grégoire bondit hors du canapé.

« Il faut qu'on y aille. Je ne sais pas ce que l'on pourra faire de plus mais il faut au moins qu'on soit sur place pour voir ce qu'il se passe, non ? » demanda Grégoire, inquiet.

Il se dirigea vers la sortie, poussa la porte et réajusta son pull humide.

« Qu'est-ce qu'on fait ? »

Avant même que Michael ne puisse répondre, il le plaqua contre le mur du café et l'embrassa fougueusement. La main sur sa joue, les yeux fermés, il souhaitait le temps s'arrête maintenant. Peu importe les EXZ, les terroriste et la fin du monde, il vivait son moment de bonheur et ne souhaitait plus qu'il s'arrête.

«Excuse-moi. Je... je voulais être sûr que je n'avais pas rêvé... que le café ne m'était pas monté à la tête... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Ven 27 Mai 2011 - 4:43

Toujours sa tempe contre celle de Grégoire, Michael écoutait le commentaire qu'il venait de lancer. Demander du soutien, d'accord, mais à qui? Comme si Grégoire lisait ses pensées, il secoua la tête, faisant sourire Michael.

Puis, avec un effet d'écho dû à la proximité du communicateur et de l'oreille de Michael, l'Autrichien entendit Matéo, et son anglais bâtard, hurler en portugais. Il donnait l'alerte? Michael ne savait même pas que c'était possible... Cerebra était attaquée? Perdu dans ses pensées, Michael failli tomber à la renverse lorsque Grégoire, sous l'activation de son gêne superhéroïque, se leva tout d'un coup. Pour se resaisir, Michael fit une succession rapides de gestes disgracieux et posa finalement son menton dans son coude, sur la banquette du canapé, en cachant un soupir. Déjà qu'ils avaient rarement le temps de profiter des bons moments à l'institut, pourquoi fallait-il que son premier très bon moment soit ainsi gâché? S'il ne s'en était fallu que du germanophone, les amoureux seraient restés bien là où ils étaient, à profiter des rires et de leur présence l'un l'autre et... Grégoire ne voyait pas la situation de cette façon. Et, rationnellement, il avait raison.

Et si ils s'enfuyaient, prétendaient ne jamais avoir mis les pieds dans ce pays, s'être rencontrés en Suisse ou au Canada. Personne ne vivait au Canada, alors aucun témoin ne pourrait jurer de ne pas les avoir vus! C'était le plan parfait. Ils laisseraient leur vie de mutant de côté! Ils laisseraient tomber l'institut. Plus de mutants, plus de missions, plus de X-Rays... plus de Jeremiah? Cette pensée le saisi comme le froid sibérien : si il abandonnait son ami, celui-ci risquait de perdre complètement foi en l'humanité et de tenter de saboter sa vie en se transformant en cyborg ou Michael ne savait quoi...

Alors que Grégoire avait presque passé la porte, Michael se leva à son tour et activa son communicateur à l'intention de Jeremiah et Matéo.

-Je suis avec Grég... oire, nous arriwons.

Une fois sorti, Grégoire lui demanda ce qu'ils faisaient. Michael songea lui répondre que c'était son initiative et que c'était bien à lui de prendre les rênes et de les guider. Sauf que Grégoire prit une nouvelle initiative, qui surprit Michael.

Le pauvre homme n'était déjà plus en mode "amourette", mais en mode "sauver l'institut" et il fut surpris par l'attaque furtive du Français. Raide comme une poutre, il fallu quelques secondes à Michael pour réaliser ce qui se passait. Ça ressemblait étrangement à un baiser de rupture, désespéré. Mais c'était mieux. Il n'y avait pas de larmes, ni de rupture. Et le désespoir était un mélange d'appréhension et d'adrénaline. Michael se reprit alors et rendit son baiser à Grégoire, environ au moment où Grégoire y mettait fin.

L'autrichien attira son copain vers lui, par le bassin, et dans cette intime proximité il lui souffla :

-Non, c'est toi qui me monte à la tête.

Et pas seulement à la tête, manifestement. Un baiser sur le bout des lèvres plus tard, Michael défit son étreinte en semblant peiner autant que si on lui demandait de soulever la charge d'Atlas. En regardant ses pieds, il bafouilla:

-On devrait y aller... si on veut terminer notre jogging un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 30 Mai 2011 - 0:10

Grégoire ferma les yeux et se laissa emporter par l'étreinte de Michael. Les quelques mots qu'il prononça lui donnèrent un frisson qui lui parcouru le dos. Mais le moment n'était plus à la mièvrerie même si Grégoire devait lutter très fort contre lui-même pour se forcer à penser à l'Institut et à ses camarades, bien qu'ils étaient sûrement en très mauvaise posture. Quelle honte !

« Oui, tu as raison, il faut y aller. On court jusque là bas ? »

Grégoire laissa l'autrichien partir devant, histoire de profiter encore un peu de la vue. Il se demandait comment la Vie allait les rattraper et comment ils pourraient vivre leur idylle à l'Institut. Et puis, il pourrait peut-être parler à Esther afin que les deux garçons soient réunis dans la même chambre. Non, c'était osé. Et puis, ils n'étaient pas encore malgré la fougue de germain.

« Tu m'apprendras à monter ? » demanda Grégoire. Il était nul en escalade.

« Tu... tu veux retrouver Jeremiah? », demanda t-il, l'air de rien.

Arrow Grilles et allée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Käferböck
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 27
Date d'inscription : 27/08/2010

MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    Lun 30 Mai 2011 - 2:49

Aussitôt qu'il avait répondu d'un signe de tête, Michael s'était mis à courir en direction de l'institut, sa capuche rabattue sur sa tête. Au bout d'une vingtaine de mètres, il se retourna pour voir si Grégoire le suivait, l'attendit en lui souriant et se montra pressant :

-Plus on prend de temps pour arriver, plus grawe ça risque d'être!

Déstabiliser par la question de Grégoire -que voulait-il apprendre à monter?-, Michael cligna des yeux en grimaçant, puis répondit à la dernière question, en reprenant un pas de course.

-Pas forcément, on verra une fois arrivés...

Arrow Grilles et allée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [29 mai 2109]    

Revenir en haut Aller en bas
 
[29 mai 2109]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academy X :: Salem Center :: Centre-ville :: Chez Valérie-
Sauter vers: