AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil

Aller en bas 
AuteurMessage
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mar 10 Mai 2011 - 21:41




Quelques heures après le briefing, Roberta avait invité les élèves à se rendre devant l'Institut. Là, un bus les attendait. Les participants au briefing purent remarquer la présence d'Anjali, qui avait été appelée en dernière minute en renfort.

"Bon courage à toutes et à tous" lança Mademoiselle Shenzie en remettant une enveloppe nominative à chacun des élèves présents.

Installés dans le bus qui prit immédiatement la direction de l'aéroport de New-York, les élèves purent étudier le contenu de l'enveloppe. Celles de Gregoire, Elisabeth et Jason contenaient outre les plans du centre (consistant grosso modo en une section administrative, 3 sections pour les pensionnaires séparées les unes des autres par des grilles métalliques, des dépendances communes - douches, réfectoire, salle de vie - et les vestiaires du personnel), quelques éléments sur le Dr. Beck.

Ce médecin psychiatre avait suivi des études en Allemagne, pays où il retournait à l'heure actuelle assez fréquemment et en tout état de cause toujours à la fin du mois d'avril et au début du mois de mai, avant d'émigrer aux États-Unis où il mena une carrière sans éclats, répartie entre des consultations en milieu hospitalier et un cabinet privé assez peu florissant. Ce n'est qu'il y a quelques temps, avec l'apparition du phénomène mutant, que Beck ouvrit la fondation Tobie Nathan dont il n'est pas le dirigeant statutaire (à en croire les extraits du registre des sociétés, il s'agirait d'un certain Dr. Dietrich Sievers). Plus troublant encore, les revenus qu'il déclare au titre de son activité de praticien semblent nettement inférieurs à son niveau de vie : résidence privée et luxueuse qu'il loue auprès d'une société immobilière "Le Glaive et la Paix, résidence secondaire en Argentine ainsi qu'une belle collection d'œuvres d'art inestimables... Le rapport sur Beck a été fait dans l'urgence visiblement, mais son dossier a d'ores et déjà été transmis aux services fiscaux...

Enfin, de manière à parfaire leur couverture de journalistes, les trois mutants trouvèrent à l'arrière du bus une caméra, une perche son, un micro et un ordinateur contenant entre autres fonctionnalités un logiciel de mixage.

Sans oublier trois cartes de presse aux noms de Gunther Massenet, Ethel Idaho et Jonas Rider (respectivement pour Grégoire, Elisabeth et Jason) et une autorisation de tourner délivrée par le Ministère de la Santé.

Une fois arrivés à l'aéroport de New-York, les élèves s'envolèrent pour Philadelphie. Là, des individus attendaient les mutants avec des pancartes comportant leurs noms, selon le groupe d'infiltration auquel ils appartenaient.

Le contact de Grégoire, Elisabeth et Jason était un simple chauffeur de taxi...


Ils arrivèrent de nuit dans les beaux jardins d'une grande bâtisse. Une fois à l'intérieur, ils se retrouvèrent devant une hôtesse d'accueil.

Cette dernière prit un air pincé et lança tout de go, fortement énervée :

"Que faites-vous avec tout ce matériel ? C'est une blague ou bien ?"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Idakis
LeX
LeX
avatar

Age : 27
Equipe : Lex
Nom de code : Clotho
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mer 11 Mai 2011 - 15:22

Elisabeth se retrouvait devant l'Institut, en compagnie de ses camarades, parés pour prendre le bus qui les emmènerait à l'aéroport de New York. Ils avaient eu quelques heures de temps libre après la fin du briefing et Lise en avait profité pour fouiller sa garde robe et emprunter quelques petits accessoires, afin de se créer une tenue parfaite pour incarner une journaliste. Elle avait même tenté une coiffure, assez stricte en chignon, rehaussée par une tresse cernant son crâne. Coté vêtements, elle avait opté pour un grand manteau noir dont la taille était soulignée par une ravissante ceinture. Pour parfaire le tout, elle avait prit des lunettes qu'elle glissa pour le moment dans la poche de son manteau. La Crétoise avait aussi prit une sacoche qui pouvait contenir un ordinateur entre autre mais aussi des papiers et un calepin avec quelques crayons.
La tenue était sobre, la coupe élégante tout en gardant un coté très rigoureux. *Digne d'une journaliste de la Sentinelle!* Songea Elisabeth alors qu'elle descendait les marches du perron de l'Institut. En plus des gens présents au briefing, se trouvait Anjali, renfort de dernière minute. Ce ne serait certainement pas un mal.

La Crétoise s'empara de son enveloppe, résistant pour le moment à l'envie de l'ouvrir sous les yeux de Roberta. Cette dernière leur souhaita bon courage et ils montèrent dans le bus et Lise s'assit aussitôt pour ouvrir l'enveloppe fébrilement. Le contenu détaillait la profession et l'identité du Dr Beck (ça sentait la corruption et le mec aux coups foireux à plein nez), mais aussi le plan des lieux qu'Elisabeth tenta de mémoriser par cœur. Elle trouva aussi son identité secrète: Ethel Idaho qui n'était pas sans rappeler son propre patronyme. Lise sourit devant la charmante attention. Après tout, elle aurait pu s'appeler Béatrice, Gislaine, ou pire encore: Pamela!
Enfin, au fond du car se trouvait divers instrument dignes des meilleurs journalistes qui leur permettraient à elle et ses coéquipiers, Jason et Grégoire, de parachever leurs rôles. Elisabeth était bien contente de ne pas avoir à tenir la perche ou la caméra, cet encombrants matériels lui semblait bien lourds. Elle s'empara de l'ordinateur en expliquant à ses coéquipiers qu'elle avait amené une sacoche pour en transporter un, et prit le micro. Elle tapota sur la paume de sa main avec, puis fit mine d'interroger Jason et Grégoire avec. Avec ça, si elle ne collait pas à son rôle!

La Crétoise embêta donc son monde en simulant des interviews, qui avait bien évidemment pour objets les ragots de l'Institut et autres sujets particulièrement indisposant pour la personne interrogée et entre autre les histoires de cœur des élèves. De même, dans l'avion, l'entrain et la spontanéité de la Grecque ne la quittèrent pas non plus, il fallut attendre que Lise se sépare des autres élèves pour se retrouver seule avec Grégoire et Jason pour qu'elle prenne la mesure de la mission. Il fallait faire en sorte d'en savoir le plus possible sur le centre Tobie Nathan, afin de le saper et de sauver ses pensionnaires... Lise expira plusieurs fois lentement, fermant les yeux comme pour s'imprégner de son rôle...

**
*

Le groupuscule descendit du taxi en direction du centre qui, en apparence n'avait rien de la maison des horreurs: c'était sobre et élégant, éclairé par des spots par le dessous. Premier contact architectural positif donc... Mais les apparences étaient trompeuses, Elisabeth en savait quelque chose. Elle s'empara de ses lunettes et les chaussa sur le bout de son nez. *Ah, les apparences...*
Avec Grégoire et Jason, elle n'avait pas établit de stratégie prédéfinie, ce serait du free-style, dans le genre: nous venons faire un reportage sur ce centre, dont nous avons eu des échos. Ce centre, nous intéresse grandement en tant que journalistes de la Sentinelle... Elisabeth avait déjà toute une liste d'arguments dans sa tête. Elle jeta un coup d'œil confiant à ses coéquipiers puis ils entrèrent, matériels en mains, dans le hall du centre.

L'hôtesse d'accueil put donc voir Elisabeth, savamment déguisée en journaliste:

Spoiler:
 

Prenant nonchalamment appui sur le comptoir, la Crétoise fixa l'hôtesse droit dans les yeux après avoir écouté ses questions scandalisées.

"Je me présente: Ethel Idaho, journaliste au Sentinelle." Déclara Lise en tendant machinalement sa main comme une vrai pro. Puis elle laissa à ses compères le temps de la saluer et enchaîna sans attendre:"Nous avons entendu parler de ce centre qui traite des individus s'affirmant comme mutants... ou en étant peut-être. La sentinelle est très intéressée pour écrire un article ou plus à ce sujet... Nous avons obtenu l'accord du Ministère de la Santé." Elisabeth marqua une pause et montra l'autorisation à l'hôtesse ainsi que sa carte de journaliste. Consciente qu'elle ne pouvait pas tout expliquer à une subalterne, Lise proposa: "Nous voudrions avoir un entretien avec le directeur de l'établissement pour lui expliquer nos motivations et les avantages que pourrait conférer notre reportage au centre Tobie Nathan. Pouvons-nous le rencontrer?"

Le ton était confiant et exprimait une certaine habitude. Lise fixait toujours l'hôtesse du regard, derrière ses lunettes rectangulaires à l'air sévère. Son visage n'exprimait aucune sympathie, simplement le désir de faire son travail le plus efficacement possible...


Dernière édition par Elisabeth Idakis le Jeu 12 Mai 2011 - 17:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mer 11 Mai 2011 - 18:43

Cette mission prenait des allures d'expédition tant l'organisation était minutieuse et réfléchie. Grégoire se laissa donc entrainé jusqu'aux abords de l'Institut, après avoir préparé quelques affaires qu'il avait regroupées dans un sac de sport qu'il portait à l'épaule. Devant son armoire, il avait hésité quelques minutes avant de finalement opter pour une tenue décontractée sans trop, histoire de ne pas dénoter avec l'ambiance tenue et stricte de leur destination.

Spoiler:
 

Une enveloppe plus tard, Grégoire avait plus d'informations sur les tenants et aboutissants de la situation : quelques mots sur le Dr Beck et sur son institution leur donnaient quelques armes afin de débuter leur mission et de savoir dans quelle directions ils allaient. Lorsque Grégoire découvrit son nom de code, Gunther Massenet, il ne put réfréner un éclat de rire. Il se demandait bien d'où la consonance germanique de ce choix pouvait bien venir...

Une fois dans le bus, Grégoire passa son temps à plaisanter avec Elisabeth qui prenait son rôle très à cœur, simulant quelques interview afin de mieux préparer son personnage. Arrivés à l'aéroport, les mutants se calmèrent et tâchèrent tant bien que mal de rentrer dans leur rôle et de réfléchir aux enjeux – si sérieux – de cette mission.

---
Lorsqu'ils furent déposés par le taxi devant l'immense bâtisse, la mâchoire inférieure de Grégoire se détacha quelque peu du reste de son crâne. Impressionnant. On ne lésinait pas sur les effets ni sur l'aspect extérieur d'un endroit qui faisaient des choses aussi moches ! Grégoire fut dégouté à l'idée de penser que des mécènes richissimes pouvaient participer à cette pratique infâme envers d'autres mutants.

Grégoire prit sa perche, enfila son casque autour de son cou et pris le sac en bandoulière qui contenait une mini-console de contrôle. Il prit une allure qu'il cru appropriée sur le moment : mélange de négligence, de cool-attitude et de je-m'en-foutisme. Ah bon ? Tous les ingés-son n'étaient pas comme ça ?

Il suivit Elisabeth à l'intérieur du bâtiment, qui guidait la marche, en vraie reporter. L'hôtesse d'accueil ne manqua pas de les rabrouer dès le premier contact visuel. La grecque prit la parole. Une fois qu'elle s'était présentée, Grégoire fit un signe de la main et lança un « Gunther » tout en levant sa perche pour matérialiser le rôle qu'il tenait dans le petit groupe qui venait de pénétrer le hall d'accueil. Le français resta donc en retrait, préférant trifouiller deux trois boutons de sa console, avec un air de lassitude qui pouvait laisser croire qu'il avait entendu les discours de la reporter un nombre de fois incalculable.

Et en plus, Elisabeth jouait son rôle à merveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Redclif
OnyX
OnyX
avatar

Age : 28
Nom de code : Tatoo
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 12 Mai 2011 - 11:17

Comme à chaque fois, il ressentait un mélange d’excitation et d’appréhension alors que le bus les emmenait tous à destination. Anjali s’était joint à leur groupe, et Jason lui fit un sourire d’encouragement. Fidèle à son habitude, et, bien qu’il était de plus en plus enclin à penser que chaque fois qu’ils avaient prévu un plan bien ficelé, ce dernier ne se déroulait pas du tout comme prévu, Jason étudiait les documents qu’on leur avait remis.

Ce docteur Beck, par exemple, n’était pas ce qu’on pouvait appeler un parangon de réussite. Et il avait visiblement l’habitude de « peter plus haut que son cul », vivant largement au dessus des moyens qu’il était censé avoir de part son activité professionnelle. Bref, ça sentait pas bon du tout…

Préférant se donner le temps d’entre dans son rôle, Jason observa le matériel qu’on leur avait fournit. Camera, cartes d’accréditation et touti quanti. Il mit la caméra au poing, fit quelques réglages de base, et regretta de ne pas en avoir une pour lui tout seul, en dehors de la mission. Ceci dit, il avait l’habitude de manier ce genre d’appareil, ses études lui ayant fournit de nombreuses occasions de travailler avec le support vidéo. IL se préta avec amusement au jeu de Lise, et vérifia également, en companie de gregoire, que l’entrée son de la camera était bien reliée, par onde, à la sortie des micros… Autant être le plus pro possible.
IL faudrait bien sur faire la balance des blancs une fois arrivé. Il avait donc pensé aussi à amener quelques morceaux de cartons blancs, avec de légères variations de teinte (blanc crème, blanc froid, blanc chaud etc)…

Ainsi donc, il s’appellerai, le temps de la mission, Jonas Rider.
Dans l’avion, il retourna plusieurs fois ce prénom dans sa bouche, comme pour en tester la saveur… Arrivé à destination, il mis bien en évidence sa carte, épinglée sur le devant de sa veste, afin d’avoir l’air le plus officiel possible.

L’hôtesse d’accueil, visiblement croisée avec un bouledogue allemand, et aimable comme une porte de prison, donna tout de suite le ton. Jason se retint de justesse de répondre, il n’était qu’un technicien vidéo, et donc son job était de filmer, et de la boucler. Il se figea donc, regardant Elisabeth, comme un type habitué à lui obéir. Il ne fut pas déçu, elle était parfaite dans son rôle.

Pendant son explication, Jason salua leur bouledogue, et fit quelques réglages de base, sans pour autant allumer la caméra.
« faudra refaire la balance des blancs, on aura pas un éclairage suffisant ici… » se contenta t il de dire à Elisabeth, ignorant ostensiblement l’hôtesse, histoire de donner une importance à la journaliste qu’était devenu Elisabeth, et de bien faire comprendre à leur hôtesse d’accueil, qu’elle n’était rien du tout par rapport à elle. Il commençait à en connaitre un rayon sur le rabaissement des gens, et si on voulait être pris au sérieux, il fallait être pédant au possible, et ignorer « les petites gens » (dont il faisait partit, d’ailleurs, y compris dans son rôle de cameraman).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 12 Mai 2011 - 20:02

L'hôtesse d'accueil examina les documents présentés par Elisabeth, puis répliqua d'un air un peu plus détendu :

"J'aime bien votre journal mais je ne suis pas sure qu'il soit du gout du Dr. Beck. De toutes manières, il ne peut pas s'entretenir avec vous pour le moment. Il a demandé à n'être dérangé sous aucun prétexte. Mais bon, comme c'est officiel et que c'est le Ministère de la Santé..."

Elle parut cogiter un instant puis elle décrocha son téléphone :

"Monsieur. J'ai des journalistes avec une accréditation du Ministère de la Santé qui veulent faire un reportage ici. Comme le Dr. Beck ne peut être dérangé, j'ai pensé que vous pourriez vous entretenir avec eux"

Puis, elle raccrocha et précisa à l'attention du trio :

"Le chef de la sécurité arrive"

Quelques instants plus tard, un homme à l'allure militaire et au regard glaçant débarqua dans la pièce.


Il examina les cartes de journaliste de tout le monde et l'accréditation. Puis, il lança d'un ton neutre :

"Je suis Conrad Remer. Chef de la Sécurité de la Fondation Tobie Nathan. J'ai bien compris la raison de votre présence ici mais j'aimerai savoir ce que vous comptez tourner exactement, qui vous voulez interroger, ce genre de choses... Et ce, avant de vous autoriser à faire quoi que ce soit ici. Par ailleurs, si vous avez besoin de quelque chose ce sera à moi qu'il faudra vous adresser"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Idakis
LeX
LeX
avatar

Age : 27
Equipe : Lex
Nom de code : Clotho
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 12 Mai 2011 - 21:56

Lise ne pouvait le montrer, mais elle était très impressionnée par les performances d'acteurs de ses deux compagnons ; Grégoire et Jason épousaient parfaitement leurs rôles, que ce soit pour les mimiques de Grégoire ou pour l'attitude condescendante de Jason. La Crétoise ne pouvait espérer meilleurs coéquipiers! Elle se devait donc d'être à la hauteur.
A la remarque de Jason sur la balance des blancs, Lise répondit avec détachement faisant un signe de la main, comme pour lui signifier de passer outre:

"Oui, sans aucun doute Jonas... Sans aucun doute..."

Elisabeth posa à nouveau sa main sur le comptoir, balayant du regard le bureau de l'hôtesse, en bonne "journaliste" qu'elle était. L'hôtesse d'abord mal aimable, se fit plus cordiale en affirmant qu'elle appréciait la Sentinelle, ce à quoi Lise répondit par un sourire forcé. Elle ajouta que le journal n'était peut-être pas du goût du Dr Beck.... Ce n'était pas un anti-mutant, celui-la?
La Crétoise garda un visage impassible, laissant la subalterne poursuivre ses explications et adressa un nouveau sourire, froidement polie avant qu'elle ne décroche son téléphone. Manifestement, elle contactait quelqu'un d'autre, susceptible de les accueillir à la place du Docteur. Et lorsque l'employé précisa que le chef de la sécurité venait les voir, Elisabeth étendit son bras sur le comptoir avec assurance:

"Parfait." Lâcha-t-elle, avec un sourire satisfait.

L'homme en question ne tarda pas et la Crétoise délaissa totalement l'hôtesse pour s'orienter vers le chef de la sécurité. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'avait pas l'air commode et mieux valait ne pas lui chercher des noises à celui-la...
Mais la "journaliste" garda un visage neutre et montra docilement sa carte tout comme ses compères. Le responsable vérifia en outre l'accréditation du ministère de la Santé et la mutante croisa les doigts pour que les papiers de Roberta soient des faux suffisamment convaincants...
C'était visiblement le cas puisque le dénommé Conrad Remer déclina son identité à son tour, posant quelques questions qui révélaient son inquiétude quant à la venue du trio. Il termina en précisant que l'on devait toujours s'adresser à lui si les journalistes avaient besoin de quoi que ce soit...

"Bonsoir Mr.Remer, je suis Ethel Idaho, journaliste au Sentinelle." Commença la Crétoise qui préférait tout de même se présenter clairement. Elle tendit sa main avec politesse puis reprit: "Permettez-moi d'abord de vous exposer notre projet. Nous souhaiterions tourner un reportage au sein de la fondation Tobie Nathan afin d'en faire la promotion. Nous trouvons que cet institut répond tout à fait aux attentes de la société actuelle et nous sommes certains que nos lecteurs seront très intéressés par ce sujet..." Précisa Lise, consciente que ce que désirait un journal, c'était avant tout de se vendre le plus possible."Nous souhaitons pour cela, vous interroger tout d'abord. Au mieux, nous aurions aimer rencontrer le directeur qui semble être le Dr Beck... A cela, nous aurions trouvé très intéressant d'avoir quelques témoignages d'un ou deux pensionnaires, parmi les plus à l'aise et les plus intégrés au centre. Comprenons-nous bien: pas de rebelles, ni de détracteurs, nous voulons donner à nos lecteurs, l'occasion de voir ce centre comme une alternative au phénomène mutant, voir même comme une solution à ce qu'ils considèrent comme un fléau... Nous voulons que le centre Tobie Nathan dégage une image positive... Il serait aussi appréciable d'interroger quelques personnes travaillant ici, ils auront ainsi l'occasion de nous parler de l'évolution de l'institut et des progrès qu'il constatent chez ses pensionnaires... Au mieux, nous aimerions avoir accès aux dossiers des résidents pour pouvoir étudier anonymement leur cas... Quelques dossiers suffiront." Ajouta Elisabeth avec douceur. "Et puis, si nous pouvions filmer quelques parties du bâtiment pour montrer comment les mutants sont pris en charge et soigner, cela plairait à nos lecteurs qui seraient, sans aucun doute, très enthousiasmés par un support visuel en plus. Que ce soit des photos ou des vidéos bien entendus..."

Lise tâchait de mesurer et d'expliquer à chaque fois ses motivations. Cette démarche était certainement plus efficace que de demander de but en blanc ce que l'on désire. En outre, les explications avaient de quoi susciter l'intérêt de Conrad: redorer le blason du centre et se sentir soutenu, ce n'était pas rien... Cet "hôpital pour mutants" devait rencontrer bien des difficultés et un bon coup de pub avec un soutien financier à la clé, ne devait pas être du luxe...
Il fallait que cet homme se sente en confiance, qu'il ne craigne pas les journalistes, qu'il se croît toujours maître de la situation... Et qu'il soit assuré, que dans tous les cas, accorder son autorisation aux journalistes ne lui serait que bénéfique. Pour bien rassurer, le chef de la sécurité, la Crétoise insista:

"Soyez assurez, que votre fondation obtiendra notre soutien et un très bon rapport de notre part à l'intention du Ministère de la Santé. Nul doute qu'après la parution de notre dossier, vous obtiendrez de précieuses aides financières... Quant à nos besoins éventuels... Nous nous adresserons à vous: je ne le voyais pas autrement Mr Remer... " Conclut Lise avec un sourire entendu. La jeune femme tentait ainsi de conforter Conrad dans, ce qu'elle devinait chez lui, comme étant un désir de tout maîtriser.

Elisabeth rehaussa ses lunettes du bout de son index et raffermit d'un geste machinal, qu'on ferait par habitude, la prise de sa bandoulière sur son épaule. Elle garda son attention, fixée sur Conrad pendant un instant, jusqu'à ce qu'elle capte son regard puis elle baissa légèrement les yeux pour lui signifier implicitement qu'elle lui était soumise. Il devait se croire supérieur à elle, toujours, il fallait qu'il la sous-estime...
Nul doute... Avec Jason et Grégoire à ses cotés, Lise se sentait pousser des ailes, ces deux-là la boostaient et l'aidaient par leurs attitudes à se sentir la plus à l'aise possible dans son rôle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Redclif
OnyX
OnyX
avatar

Age : 28
Nom de code : Tatoo
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Dim 15 Mai 2011 - 20:55

Impressionnant ! Pas d’autre mots ne pouvaient décrire la performance d’Elisabeth. Si ils s’en sortaient, Jason sentait qu’il allait bien pouvoir s’amuser avec elle à l’avenir. D’ailleurs il faudrait qu’il lui touche deux mots sur son projet de cinéma ou spectacle vivant. Non seulement c’était une mutante, mais elle jouait très bien la comédie. Que demander de plus ?.

Leur petit manège ne les mena pas vraiment au sein du sein, mais un agent de sécurité fit son apparition. Et, au vu de son intonation et de son attitude, ils avaient affaire à un mal dominant. Non sans une certaine fierté, du à un enseignement qui portait ses fruits, Jason se remémora une simulation à l’institut dans la salle des dangers. Le prof Esther avait programmé une situation ou les élèves devaient décrypter les attitudes de chacun, et empêcher qu’une manifestation pro et anti mutante ne dégénère. Il avait fallut repérer les dominants, les dominés, les neutres, et tenter de faire levier sur les différents intervenants pour orienter la suite des événements de façon concluante.

Seulement, la, tout de suite, il n’avait affaire qu’a une personne, et pas spécialement zen, d’après ce que pouvait constater Jason. De son point de vue, Lise faisait exactement ce qu’il fallait. Soumission, teintée d’un peu de séduction. A son tour de jouer son rôle. Il fallait qu’il soit concis, professionnel, et lui aussi totalement soumis, mais non pas à ce Remer, mais à Lise. Ainsi, s’il dominait la journaliste, il dominait le cameraman. Et ce ne serait pas trop suspicieux de voir le dit cameraman continuer à travailler « comme à l’habituée » plutôt que, à son tour, s’aplatir devant un inconnu.

Il salua donc Conrad, et attendit que sa « chef » ait finit son intervention pour s’y mettre lui aussi. « camera standard. Besoin de faire une balance, la, tout de suite, pour avoir une bonne lumière. Besoin de plans de coupe, aussi, en plus de ce que vous à dit Miss Idaho. C’est pour faire un montage sympa, pas un truc au rabais. C’est de la pub, kekpart, faut vendre quoi… » il arriva à rougir en pensant à charles quand il posait pour lui, il y a bien longtemps… « scusez, miss Idaho… j’voulais pas dire.. euh… c’est un super travail de reportage.. j’veux dire… pardon », ce dernier mot dit d’une toute petite voix tremblante. Elle était vacharde, la chef, et il fallait lui obéir, pas vrai ? Du coup, ce n’en fut que plus facile pour la suite. Il farfouilla dans son sac, de façon un peu frénétique, et laissa même échapper un carnet et stylo, avant de trouver « par miracle » ses nuanciers de blancs… Il en choisit un légèrement crème, et le montra à Conrad, puis l’approcha d’un des murs. Bingo ! IL lui fit un signe « super » avec le pouce, et ajouta.

« impec.. C’est parceque c’est un peu jaunatre, comme éclairage…. Si on veut pas que les gens soient rouges comme des pochtrons, faut calibrer le matos sur le carton, la….. euh… fin bref. » ptit regard contrit à Lise. IL ramassa son carnet…
« j’peux faire quelques croquis aussi, les lecteurs aiment bien avoir des dessins… Un jour, j’aurai ptete le droit de les signer… » Encore un regard en biais à Lise…

Compte la dessus et bois de l’eau, semblait dire son attitude.
Il se tourna alors vers gregoire, son fidèle preneur de son, et qui l’avait, lui aussi, impressionné par son sang froid. Belle gueule, des capacités d’acteur… hmmm… cette mission était riche en promesses

"ça vous dérange si je cadre ici, pour faire la balance des blancs ?" il comptait en profiter pour, avant de ressérer le plan, vérifier si il y avait des cameras de sécurité, ce qui serait bien plus discret en regardant dans sa propre caméra, plutôt qu'en levant le museau à la recherche de ce genre d'appareils... Il attendrait bien sur le feu vert de Conrad pour ne pas s'attirer de suite ses foudres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Lun 16 Mai 2011 - 1:36

Grégoire n'accorda que peu d'attention à la réponse de la secrétaire. D'une part, il se doutait bien qu'elle n'avait pas d'autre choix que de référer à ses supérieurs la présence de journalistes, et d'autre part, il faisait entièrement confiance à son équipe de choc pour faire comprendre à la réceptionniste qu'ils n'étaient pas là pour rigoler. Visiblement, les mots d'Elisabeth firent leur effet puisqu'elle décrocha son téléphone et appela un responsable.

L'homme faisait froid dans le dos. Il s'approcha et se présenta. Grégoire répondit par un simple signe de tête, se doutant que Conrad n'avait cure de son nom. La pseudo-journaliste prit alors la situation en main et fit comprendre au responsable que leur reportage ne serait qu'une mise en lumière élogieuse de leur travail. Grégoire approuva les propos de la reporter avec des signes de tête entendus.

Le plus délicat restait à faire : convaincre ce roquet de les laisser, seuls si possible, à l'intérieur de l'édifice. Il ne fallait que les reporters soient cantonnés à rester dans le hall d'accueil, ou pire, à l'extérieur du bâtiment.

« Vous n'auriez pas une salle où l'on pourrait faire quelques essais son ? Parce que dans cette pièce, la sonorisation c'est pas évident », dit Grégoire tout en levant les yeux au plafond, puis sur les murs comme s'il y cherchait quelque chose.

Sans leur attribuer une salle particulière, peut-être leur permettra t-il d'entrer davantage dans le cœur de l'institut.

Aux demandes de son collègues caméraman, Grégoire répondit par un regard en coin, las et mécanique.

« Tu veux un coup de main ? Faudrait qu'on retrouve le mixage de Chicago... », lança le français, sans finir sa phrase comme si la référence était connue de tous et ne méritait pas d'être mentionnée à nouveau. Il s'approcha de son collègue afin de se mettre à sa disposition s'il avait besoin d'aide. Autant montrer à ce Conrad que leur objectif était avant tout de faire un bon boulot technique plutôt que de chercher le scoop dans son établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Lun 16 Mai 2011 - 23:31

Remer écoutait avec un désintérêt non feint let un agacement grandissant es explications d'Elisabeth. Néanmoins, le petit speech semblait avoir fait son effet : le chef de la sécurité ne formula aucune objection aux demandes de la crétoise. Il se contenta seulement de faire remarquer :

"La Fondation ne souhaite nullement bénéficier d'un quelconque soutien financier. Nos ressources actuelles nous permettent amplement de fonctionner. Néanmoins, si vous souhaitez faire ce reportage, nous ferons en sorte que vous puissiez le réaliser, sous la stricte réserve de respecter le bien-être des pensionnaires et la sécurité de l'établissement... A ce titre..."

Conrad Remer allait ajouter quelque chose mais fut stoppé par un bourdonnement provenant de sa poche. Il s'agissait de son bipper. Il le décrocha, écouta quelques instants puis lança :

"Jones ? JONES ! C'EST QUOI CE BRUIT ?"

Il avait l'air préoccupé. Avant de raccrocher, il ajouta :

"J'ARRIVE !"

Visiblement et à moins qu'il y ait un autre Jones dans l'établissement, il avait été en communication avec leur Alexander à eux, de l'Institut, infiltré dans l'établissement sous l'identité d'un agent de sécurité.

Le chef de la sécurité regarda à nouveau rapidement Elisabeth et les deux techniciens et lança :

"Je... Je ne peux vous laisser ici. Je..."

Il semblait pour le coup un peu débordé. Heureusement pour le trio, une blonde en blouse de docteur déboula à ce moment dans le hall d'accueil.


"Que se passe-t-il ?" lança-t-elle.

Remer l'observa une seconde puis lui ordonna d'un ton peu aimable :

"Occupez-vous d'eux. Ce sont des journalistes. Veillez à ce qu'ils obtiennent ce qu'ils veulent. Dans la limite du raisonnable..."

Et le chef de la sécurité quitta la pièce en courant comme un dératé, matraque électrique au poing. Jason avait remarqué pour sa part qu'il y avait effectivement des caméras fixes de sécurité un peu partout.

La blonde leur sourit, un peu gênée, puis se présenta :

"Je suis le Docteur Julie Wree. Je... Bon c'était pas prévu mais on sera plus tranquille pour parler dans mon bureau. J'imagine que vous voulez - avec tout ce matériel - faire un reportage sur la Fondation. Je suis prête à répondre à vos questions et à vous aider dans TOUT ce que vous voulez"

La voix était sincère, le ton léger. Elisabeth remarqua, tandis que la blonde les menait dans l'aile administrative sous le regard suspicieux de l'hôtesse d'accueil, que la jeune femme avançait comme si elle était à un défilé de mode.

Finalement, ils se retrouvèrent dans un bureau plutôt mal rangé. Il y avait aux murs bon nombre de photographies du Docteur Wree. Cette dernière demanda, une fois assise sur sa chaise :

"Bon, en quoi je peux vous être utile ?"

Elle faisait des petits sourires en coin à Grégoire et Jason.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Idakis
LeX
LeX
avatar

Age : 27
Equipe : Lex
Nom de code : Clotho
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 19 Mai 2011 - 20:19

Elisabeth se contenta de hocher la tête suite à la réponse de Remer, ignorant son apparent agacement. Le centre avait manifestement les moyens financiers de subvenir à ses besoins... Qui le finançait? Beck? Il devait avoir une sacrée fortune personnelle, et au vue de son CV, il ne devait pas être à l'origine du financement du centre... Ce serait une question de plus à poser. Remer indiqua enfin qu'il s'assurerait que les journalistes puissent faire leur travail. Lise était presque surprise que ce soit si facile. Elle sourit en guise de réponse et se tourna vers Jason pour répondre à ces questions techniques alors que Remer paniquait... Elle garda son attention sur les propos de Conrad tout en lâchant:

"Nous verrons ça tout à l'heure, quand nous visiteront le centre..."

Lise ne releva pas les propos troublés de Jason, faisant mine d'être indifférente (ou habituée) à ses palabres.
Jones alias Alexander, avait quelques problèmes et Lise mordit sa lèvre inférieure. Pourvu que sa couverture ne soit pas compromise et surtout, pourvu qu'il n'ait rien!

Le chef de la sécurité se tourna de nouveau vers eux et sembla hésiter un instant, il devait partir et il n'avait guère envie de les laisser là... Fort heureusement un Dr. dans le genre blondasse au sourire colgate déboula dans le hall. Leur bouée de secours! Remer lui ordonna sèchement de s'occuper des journalistes et Lise lança un sourire amicale au Docteur. Cette dernière leur indiqua qu'elle était prête à tout dire: le scoop! Décidément, cette femme était une aubaine! Elle les conduisit ensuite à son bureau et la Crétoise s'amusa de la démarche chaloupée du Docteur Wree. Elle aurait dû faire mannequin, elle avait la beauté et la démarche! Peut-être n'avait-elle pas été Docteur toute sa vie?

Lise replaca sa bandoulière et suivit Wree dans son bureau, elle s'installa sur l'un des sièges libres alors que la blonde demandait en quoi elle pouvait se révéler utile. *En beaucoup de choses!* Songea Lise qui observait les sourires en coin de Wree à l'intention de Jason et Grégoire. Elle les draguait ou quoi? Lise ne releva pas et répondit:

"La Sentinelle souhaite faire un reportage sur le centre Tobie Nathan... Dans cet objectif, je souhaiterais vous poser quelques questions, sur votre vie ici, les pensionnaires, les objectifs du centre... Jonas, filme donc les réponses du Dr Wree, Gunther, enregistre l'entretien de ton coté." Termina la journaliste d'une voix sèche.

Lise s'empara de son calepin, prête à noter les réponses de Wree. Elle avait opté pour un calepin traditionnelle et non une tablette électronique... Ça collait bien avec une journaliste de la Sentinelle, selon le point de vue de la Crétoise...

"Bien, commençons. Je voudrais savoir pourquoi ce centre s'appelle Tobie Nathan? Est-ce son fondateur? Son mécène?"

Lise attendit quelques instants puis enchaîna:

"Parlez-moi du centre? Depuis quand à t-il ouvert? Quels sont ses objectifs? Qui sont ses pensionnaires? Dites-m'en le plus possible!" Ajouta Lise, avide de réponses, tout en observant Wree comme si elle était une énorme friandise.

Elle préférait commencer doucement pour le moment, elle poserait les questions les plus subversives ensuite. Il fallait mettre en confiance la Docteur et peut-être qu'elle allait se confier d'elle même... Elle évoquerait peut-être les problèmes du centre et Lise pourrait enchaîne là-dessus. La Crétoise se tourna machinalement vers ses compères, vérifiant qu'il enregistraient bien tout. Très bientôt, ce matériel deviendrait des preuves, permettant de détruire ce centre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Sam 21 Mai 2011 - 13:06

Grégoire écouta Remer informer la reporter de son désintéressement pour l'argent ou quelconque retombées financières pour sa fondation. Cible ratée, ça ne serait pas par là que les trois jeunes gens arriveront à leur fin. La français tiqua un peu face à la réaction de Remer : visiblement, l'aspect financier n'était absolument pas dans ses considérations : est-ce que la Fondation recevait des subventions débloqués par le gouvernement ? Est-ce tout ceci était relié au plus hautes instances des Etats-Unis ?

Remer fit revenir Grégoire sur Terre très rapidement. Il se passait quelques chose et Alexander y était pour quelque chose. Grégoire regarda Jason en coin, que pouvaient-ils faire dans leur situation ? Pas grand chose : attendre et se faire une place plus choisie au sein de l'établissement avant de passer à l'action.

Remer quitta la pièce d'un pas pressé après les avoir refourgué à une jeune femme très élégante qui semblait appartenir au corps médical de la fondation.

*Flûte*, se dit Grégoire. Il était déçu que Remer ne reste pas avec eux. Il était forcément le sésame vers des informations croustillantes qui leur serviraient sûrement à un moment ou à un autre. Il posa alors son regard sur la jeune femme, un peu déçu qu'on ne leur accorde que le droit de parler aux subalternes.

La jeune femme se présenta et les emmena dans son bureau où elle promettait de tout leur dire. Et bien, beau programme : cela tombait bien, c'est pour ça que les mutants étaient là. Ils s'installèrent dans son bureau et commencèrent immédiatement une interview du docteur. La situation n'était pas facile pour Grégoire. Il ne pouvait pas être à l'initiative dans cette mission de part son rôle de technicien. Et puis après tout, qu'aurait-il fait de plus qu’Élisabeth ? Il pouvait mêler l'utile à l'agréable et se servir de perche afin d’assommer le docteur Wree. Il se demandait s'il aurait assez de force pour blesser quelqu'un avec son matériel sans l'abîmer. Roberta serait capable de lui reprocher son manque d'attention au matériel fourni...

Grégoire préféra donc mettre son casque, brancher sa régie portable et se mettre en position afin de ne rien rater de tout ce que le docteur allait leur dévoiler. Il mit quelques minutes à comprendre les œillades de la jeune femme. Une fois son petit jeu remarqué, Grégoire se mit à lui sourire ostensiblement en retour, avec un aplomb non dissimulé. Il était caché derrière Lise, hors champs et pouvait donc tout se permettre. S'il fallait donner de sa personne afin de changer le destin de quelques enfants, alors ma foi, il était prêt à se sacrifier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Redclif
OnyX
OnyX
avatar

Age : 28
Nom de code : Tatoo
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mar 24 Mai 2011 - 15:27

Alors que gregoire continuait à jouer le jeu, et mentionnait même le fameux « mixage de chicago », Jason eut bien du mal à garder son sérieux. Mais la perspective d’avoir affaire à un interrogatoire avec ce Remmer l’aida beaucoup à ne pas se dévoiler.

Il y avait pas mal de caméras de sécurité. Il allait falloir jouer fin, si ils voulaient parcourir un peu plus que ce que pourraient voir de simples journalistes. Encore plus interessant, la fondation était suffisament autonome pour ne pas se soucier d’une quelconque aide financière.
Où trouvaient ils de tels moyens ?

Mais alors que Conrad leur donnait ses directives, Il appostropha Jones, c'est-à-dire Alexander, et se précipita pour le rejoindre. Merde ! La tuile ! Mais son équipe ne pouvait rien faire pour alelr aider leur camarade de l’institut. Pas pour l’instant du moins. Ses muscles tendus, Jason observa le chef de la sécurité s’éloigner, remplacé fortuitement par une sorte de mannequin déguisé en infirmière.

Le docteur Wree… Qui minaudait comme pas deux. Jason eut vite fait de remarquer son manège, ainsi que les œillades qu’elle lançait à son camarade gregoire, et lui-même. Bon… autant jouer le jeur, après tout, ça permettrait à Lise de la cuisiner plus facilement.
Les photos au mur en disaient assez long aussi. Bref, dans l’esprit de l’irlandais, si elle était ici, ce n’était pas vraiment pour ses compétences thérapeutiques. Mais après tout, il avait subit lui-même des préjugés équivalents. Sauf qu’il ne s’amusait pas, lui, à mettre des photos de lui et à minauder devant les autres…

A l’ordre de sa chef, Jason brancha la caméra, et, cadrant la blonde, en profita pour lui sourire effrontément à son tour, plissant légèrement les yeux, genre « regard sexy à la Luther », avant de regarder l’écran de contrôle, plutôt que directement le viseur. Une fois la caméra stabilisé, il en profita pour se déplacer afin de placer un carton sur le bureau, devant le docteur Wree.

« C’est pour sublimer l’éclat de la peau, la lumière se réfléchit et vous êtes encore plus lumineuse… » Précisa t il, frôlant par inadvertance un doigt de la blonde. « Euh. Pardon.. » réussit il à dire, l’air troublé, non sans regarder au passage le bureau, voir si il n’y avait pas un ou deux docs en cours, laissé à la vue de son regard indiscret. N’insistant pas trop non plus, il retourna à sa camera, toujours l’air le plus professionnel possible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 26 Mai 2011 - 9:52

"Gunther et Jonas" marmonna le Dr. Wree en souriant comme une demeurée. Elle ne put même pas s'empêcher de faire un petit signe de la main aux deux techniciens.

Puis, elle reprit une expression neutre, au moment de commencer à répondre aux questions d'Elisabeth.

"Ni l'un, ni l'autre. Le Professeur Nathan était une figure célèbre de la psychothérapie du début du 21ème siècle. Aux dires du Dr. Beck, c'est le propriétaire de la fondation, le Dr. Sievers qui a trouvé le nom lors de son ouverture, il y a à peu près un an..."

Le Dr. Wree sourit comme une andouille et attrapant un document posé sur son bureau l'exhiba fièrement. Il s'agissait d'un bulletin de paye.

"J'imagine que tout le pognon qui sert à faire fonctionner le centre vient de la même société qui me verse mon salaire. Une société appelée "Le Glaive et la Paix". Ça appartient au Dr. Sievers"

Elle reposa le document et soupira. Trop de questions s'enchaînaient trop vite dans sa petite caboche.

"Mon travail à la Fondation est de réaliser le suivi psy de la plupart des pensionnaires. Avec le Dr. Vonnegut, nous nous occupons, à quelques exceptions près, des internés des sections 2 - c'est à dire les syndromes X - et 3 qui est composée de mutants qui ont un peu de mal avec l'apparition de leurs pouvoirs. Le travail en section 1 est assuré exclusivement par le Dr. Beck, en présence d'agents de sécurité. Pour tout vous dire, la section 1 est réservée aux internés mutants présentant de graves troubles du comportement. Comme des mutants violents, pervers, psychopathes, schizophrènes, ce genre de choses... Je suis bien contente de pas avoir à m'occuper des cas dangereux ! Il y a aussi la section spéciale, mais ça j'en sais rien..."

Le Dr. Wree sourit à nouveau et agita avec une joie certaine le pass magnétique qu'elle portait autour de son cou.

"Et en plus ça me laisse plein de temps libre pour faire autre chose. Avec ça, je peux me balader à peu près partout, sauf en section 1 et en section spéciale. Mais..."

Elle rougit puis sourit de plus belle à Gunther et Jonas.

"Mais ça me permet de déverrouiller plein de portes si j'ai besoin de me trouver un endroit un peu plus intime"

Wree toussota, comme honteuse de sa propre témérité. Elle se prit le visage entre les mains quand Jason la complimenta. Et le remercia d'une petite voix de midinette.

Jason, en examinant le bureau du Dr. ne remarqua la présence de papiers en tout sens, démontrant s'il en était besoin un sens aiguë du bordel chez la praticienne.

Il y avait également un courrier du Dr. Beck modifiant les plannings du Dr. Wree : elle allait devoir faire un certain nombre d'heures supplémentaires, selon ce papier. En remplacement du Dr. Vonnegut, à l'occasion de toutes ses consultations. Par ailleurs, une note manuscrite rappelait au Dr. Wree de ne pas se préoccuper d'un certain nombre de patients dont ceux intégrés en section 1 et en section spéciale, ainsi qu'une certaine Kodachi...

Enfin, un dernier document attira l'attention de Jason. Il était frappé d'une drôle d'en-tête et était signé par le Dr. Dietrich Sievers.


Le texte y figurant était le suivant :

Citation :
Cher Docteur Wree,

Mon ami, le Docteur Joseph T. Beck, m'ayant informé de votre investissement au sein de notre Fondation, je me permets de vous écrire aux fins de vous proposer de rejoindre notre société scientifique.

En effet, vos états de service sont prometteurs et votre profil parfaitement adapté à ce que nous cherchons chez nos collaborateurs. Si vous acceptez de rejoindre notre société savante, "Héritage des Ancêtres - Société pour l'étude des des idées premières", vous serez engagée es qualité d'infirmière dans un premier temps et vous pourrez participez à des recherches et expériences capitales pour la connaissance humaine. Vous serez également maintenue à votre poste de psychothérapeute au sein de la Fondation Tobie Nathan mais bénéficierez d'horaires allégés avec maintien de la rémunération actuelle. Par ailleurs, la discussion autour de votre rémunération à venir pour votre travail au sein de l'Héritage des Ancêtres demeure ouverte.

Votre bien dévoué,

Dr. Dietrich Sievers

Le courrier était daté de la semaine dernière.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Idakis
LeX
LeX
avatar

Age : 27
Equipe : Lex
Nom de code : Clotho
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 26 Mai 2011 - 21:05

Faisant mine de rien remarquer du manège de Wree, Elisabeth notait scrupuleusement les informations obtenues, et souligna notamment le nom du Docteur Sievers à plusieurs reprises.
Lise aurait dû se renseigner sur ce "Tobie Nathan" avec une recherche par internet au lieu de poser cette question qui laissait transparaître son ignorance sur le sujet alors même qu'elle devait être au courant de ce genre de chose... Ils apprirent en outre, que le financement provenait d'une société nommé "Le glaive et la paix"... Cela faisait écho à des paroles du Christ, songea Lise qui se souvint des paraboles apprises au catéchisme en Grèce.

Et alors que Wree exhibait son pass magnétique avec une fierté non dissimulée, Lise sourit légèrement jusqu'à ce que le Docteur explique l'usage peu commun et pour le coup pas très catholique de son pass. Lise releva la tête, un peu surprise par l'indécence du Docteur. Elle était vraiment en manque celle-la! C'était peut-être une piste à exploiter... Lise jeta un coup d’œil à Jason puis Grégoire moitié amusée-moitié inquiète. Peut-être que l'un d'eux pouvait s'arranger pour rester avec elle et soutirer dans l'intimité un maximum d'informations...

Elisabeth dû prendre sur elle pour ne pas rire devant les mimiques de Wree suite aux compliments de Jason. Ce dernier avait jeté un coup d'oeil sur le bureau et Lise fit rapidement de même alors que la plan drague se poursuivait. Elle ne prit pas le temps de tout lire et reporta rapidement son attention sur Wree. Désormais, il leur fallait de plus amples informations et la journaliste interrogea:

"Que savez vous du Docteur Sievers? Réside t-il ici? Est-il joignable? Nous aimerions beaucoup l’interviewé. Son nom n'a pas l'air américain, vous savez pourquoi il est venu installer son centre au Etats-Unis?"

La Crétoise marqua une pause pour laisser le temps à Wree de répondre. Elle se pencha un peu plus vers elle et poursuivit:

"Docteur Wree, j'ai cru comprendre que les objectifs de ce centre était de soigner les mutants, de leur donner des repères, un cadre de vie où ils ne puissent pas être un danger pour les autres... Et les relâcher par la suite s'ils étaient "mieux". Trouvez-vous que ces objectifs sont remplis?"

Lise s'apprêta à noter la réponse du Docteur puis elle se tourna vers Grégoire, consciente qu'avec son physique avantageux et sa qualité de régisseur son, il était le plus à même de poursuivre l'entretien seul. Lise avait besoin de Jason, le caméraman, pour filmer la suite.

"Gunther, je me demandais si vous ne pouviez pas poursuivre l'entretien seul avec le Docteur Wree... Vous connaissez les questions... Je pense que ça ne posera aucun problème..." Lise jeta un regard à Wree, par-dessus ses lunettes et ajouta:"A vous non plus, j'imagine?"

Adressant un nouveau sourire un peu froid, Elisabeth enchaîna:

"Durant ce temps là, Jonas et moi-même, aimerions collecter quelques informations pour étoffer un peu notre reportage... Existe-il une salle où vous stockez les dossiers des patients? Une salle des archives en somme? Le chef de la sécurité nous a donné l'autorisation pour nous y rendre..."

Affirma Elisabeth avec sincérité. Après tout, Remer n'avait donné aucune réserve à ce sujet. Écrivant machinalement sur son calepin, la Crétoise espérait que Wree ne poserait pas de problème, mais avec tout le charme qu'elle faisait aux jeunes hommes, elle ne refuserait pas un tête avec l'un d'eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Lun 30 Mai 2011 - 20:15

Ça allait finir par être gênant cette situation. Cette bonne femme se prenait décidément au jeu et n'hésitait à faire savoir aux deux jeunes gens qu'ils lui plaisaient. Et Jason qui en rajoutait une couche avec ses compliments de latin-lover ! Grégoire ne put contenir un petit rire discret.

Le docteur répondit au mieux aux questions d'Elisabeth, en expliquant son travail et sa position au sein de l'Institut et en répétant aussi des choses que les mutants savaient déjà tout comme la division des sections et la mise en quarantaine de certains éléments dangereux. Wree n'était pas informée de tout ou du moins, c'est ce qu'elle leur laissait croire, vu que la section spéciale lui était étrangère et que son pass ne lui permettait pas d'accéder à n'importe quelle pièce. Grégoire fixait le précieux sésame des yeux. C'était leur porte d'entrée ! Et la blonde comptait bien s'en servir afin de visiter les coins les plus reculés de l'établissement, en compagnie d'un des deux techniciens. Grégoire déglutit. Il ne savait pas pourquoi pas il sentait que ça allait être pour lui...

« Vous avez déjà été confronté à des jeunes gens qui ont refusé les soins ? Comment vous organisez-vous ? Il y a un suivi psychologique des mutants ? », demanda t-il alors que ses yeux parcourraient la pièce.

Ses yeux se posèrent sur le bureau où il put voir une lettre comportant un symbole étrange. Cela ne lui donna pas spécialement d'indice mais le conforta dans l'idée que la blonde en savait peut-être plus qu'elle ne le disait et qu'il fallait aller au bout de cet interrogatoire, de manière cordiale ou non.

Étrange coïncidence, Lise proposa au Dr Wree de rester seule avec Grégoire afin de poursuivre l'entrevue. Grégoire sentit une goutte de sueur perler au sommet de son crane. Il aurait voulu dire « Non, non, merci. Ça va aller. Continuez sans moi » en posant son micro et en quittant la salle l'air de rien. Mais il n'en fit rien. Il resta impassible et força à un sourire charmeur en direction du docteur. Mais pourquoi diable Lise provoquait-elle cette configuration ?

Grégoire eut sa réponse quelques secondes après lorsqu'elle informa l'assemblée qu'elle souhaitait se retirer avec Jason afin de farfouiller quelques dossiers. Idée brillante ! Bien qu'ils ne resteraient pas longtemps à lire des charabias inintéressants et qu'ils chercheraient à se renseigner plus en profondeur, sans avoir sur leur dos Remer ou même Wree.

C'était à lui de jouer.

« Avec plaisir », répondit-il à sa coéquipière sans lâcher le docteur des yeux. « Il a encore un ou deux points que l'on pourrait aborder, non ? » demanda t-il directement au praticien.

Il se devait de la retenir assez longtemps pour laisser le champs libre à ses comparses. Et puis pourquoi pas réussir à subtiliser le pass afin de se doter d'une capacité de mouvement non négligeable à l'intérieur de l'établissement. S'il le fallait, il était prêt à utiliser la force, pensa t-il, alors qu'il raffermissait sa prise autour du micro-perche qu'il tenait et qui était assez massif pour envoyer quiconque faire un petit somme au moment opportun.

Il espérait juste que le Docteur ne lui sauterait pas dessus telle une panthère dès que ses deux acolytes auraient quitter la pièce. Il devrait user de ses charmes mais pas trop...

*Michael va me tuer...* pensa t-il soudain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Redclif
OnyX
OnyX
avatar

Age : 28
Nom de code : Tatoo
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mar 31 Mai 2011 - 19:04

Jason eut presque pitié de la jeune femme lorsqu’il commença à additionner toutes les informations qui lui étaient relatives dans sa tête. Elle se faisait manipuler, et de façon très simple. D’ailleurs, le jeu auquel ils jouaient, Grégoire et lui-même, était pas franchement reluisant non plus, mais c’était pour la bonne cause.

La pauvre fille… Mais il n’avait pas vraiment une totale sympathie pour elle. Elle ne pouvait pas être cruche au point de ne pas savoir pour qui elle bossait, si ? Lorsqu’il vit le papier sur le bureau, et surtout ce sigle, son sang se glaça. Si il y avait bien un cour qu’il ne loupait pas, c’était l’histoire de l’art, et leur prof était suffisamment intelligent pour parler de l’histoire ET de l’art…. L’héritage ancestral, ça faisait froid dans le dos… et ce nom, Sievers, surement un descendant de cet enfoiré….

Ce docteur Wree était la purement et simplement car elle représentait « la race pure »… Mais les expériences qu’ils faisaient ici étaient en rapport avec les surhommes. Ils tentaient à tous les coups par des moyens biologiques de créer un mutant « pur »… Rien que d’y penser, ça l’écoeurait…

Ainsi donc, le glaive et la paix versait le salaire de cette chère docteur Wree… L’allusion à peine voilée qu’elle fit de l’utilisation de son pass n’arriva même plus à lui décocher un sourire forcé… Il fut heureux, à cet instant, de « devoir » replonger son nez sur l’écran de contrôle de la caméra…

Visiblement, le cerveau de Lise marchait encore à plein régime, car elle enchaîna sur de multiples questions autour du docteur sievers… IL faillit éclater de rire lorsqu’elle proposa carrément à Grégoire de rester avec elle pour … l’interviewer… Mais par solidarité, il se retint au dernier moment. De tous les mecs de l’institut, dont certains auraient été ravis de l’opportunité, il avait fallu que Lise s’entoure de deux homos. La situation était assez amusante…

Il fallait qu’il fasse part de ses réminiscences de cours à Lise, et trouver un moyen de le dire aux autres. Alors qu’elle proposait cet « isolement », il fit comme si ça allait de soit, et, avec un sourire charmeur, débrancha la caméra. Il s’offrit même le luxe de pousser un « soupir de déception », alors que, encore une fois, Gunther allait profiter et pas lui… Pas juste… Il appuya encore la démarche en regardant le docteur des pieds à la tête, comme si il regardait Luther ou un autre beau mec, puis Gregoire, en plissant un peu les yeux, genre « ça va se payer »…Et tout ça sans rigoler, il était plutôt fier de lui.
Attendant donc de se retirer avec Lise, afin de l’aider à farfouiller un peu plus, il lui fit part de ses reflections.

« merde, ça craint, Lise… On a affaire à un groupe nazi.. et pas n’importe lequel. Ahnenerbe. L’heritage ancestral. Créé par Himler lui-même. Ils cherchaient des trucs mystiques à l’époque, doivent chercher des trucs « mutants » maintenant, c’est assez logique…Et ce docteur, la , Sievers, ça doit être le descendant de celui qui à été condamné à mort par l’ordre des médecins dans les années 50. Ils veulent surement créer un mutant « pur ». Un surhomme. Ils doivent détester tous ceux qui ne sont pas blanc, tous ceux qui sont homos et j’en passe et des meilleur. Je suis presque sur qu’ils font des manipulations biologiques « naturelles » en utilisant les mutants ici. Quelle meilleure couverture ? ça craint…. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Ven 3 Juin 2011 - 13:20

"C'est un médecin allemand... Je l'ai jamais vu, en revanche. La plupart du temps, il réside en Allemagne mais il a un pied-à-terre, là où le Dr. Beck habite. J'y suis jamais allée non plus..."

Elle fit à nouveau un grand sourire aux garçons. Puis joua avec ses cheveux et reprit :

"C'est aux États-Unis qu'il y a le plus de mutants, c'est bien connu. Alors, pour un médecin qui veut travailler sur les mutants, je pense que c'est le meilleur endroit de la planète pour installer un centre ! Enfin, y a Génosha, mais je crois pas que ce soit de tout repos..."

Au fur et à mesure que la conversation avançait, le Dr. Wree paraissait plus stupide. Visiblement, les garçons lui faisaient tourner la tête.

"Ouais, ouais c'est les objectifs du centre... Et je fais de mon mieux avec le Dr. Vonnegut. Sauf que... Enfin, elle doit pas être très douée car à chaque fois qu'elle dit qu'un patient va mieux, que ce soit un des miens ou un des siens, le Dr. Beck refuse de signer le bon de sortie. Après tout, on est super jeunes et lui, il a plein d'expériences... Enfin, je crois..."

Faisant quelques pas autour de son bureau, elle fit glisser son doigt le long de ce dernier. Un sourire mystérieux aux lèvres.

"Mais bon, moi j'ai eu une promotion de boulot et pas elle. Et puis... Le Dr. Beck m'a filé tous les patients de Maureen à compter de demain. Preuve s'il en est qu'elle est pas douée... Enfin, ça va me faire plein de travail ! Je vais devoir bâcler..."

Le Dr. Wree gloussa quand Elisabeth lui proposa de lui laisser Grégoire. Elle cligna ostensiblement de l'oeil puis lança :

"Oh, non pas du tout. Jonas peut rester aussi..."

Elle se mordilla les lèvres et ajouta :

"Y a pas de salle d'archives, juste le bureau du Dr. Beck. Je peux vous indiquer où il est, mais j'ai pas la clé..."

Passant à nouveau sa main dans les cheveux, elle répondit à Grégoire :

"Oh, en cas de refus de soins, c'est la sécurité qui s'occupe de leur faire prendre leur traitement de force... Pour les irréductibles, ils partent soit en section 1 pour les mutants, soit ils sont foutus à la porte et on les revoit plus pour les syndromes X... Mais parlons d'autre chose..."

Elisabeth et Jason venaient de quitter la pièce. Aussitôt, le Dr. Wree commença à dégrafer son chemisier.

"Excusez-moi, je crois qu'il fait un peu chaud ici... Vous aviez d'autres "points" à aborder ?"

Le Dr. Wree était entièrement tombée sous la coupe de Grégoire.

*
**

Elisabeth et Jason arrivèrent rapidement devant le bureau de Beck. Le planton de faction fut vivement impressionné par leurs cartes de presse et il décida de leur ouvrir le lieu.


Ce dernier était bien plus luxueux que celui de Wree. Visiblement, Beck aimait l'art et les choses anciennes. Il était attenant avec un bureau de consultation, plus modestement meublé. Cétait dans cette pièce magnifique, contenant de nombreux tableaux et livres anciens, que Beck travaillait et gardait tous ses dossiers. Il y avait également divers papiers et un téléphone.

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Idakis
LeX
LeX
avatar

Age : 27
Equipe : Lex
Nom de code : Clotho
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Lun 6 Juin 2011 - 1:47

Lise fit montre de professionnalisme alors qu'elle écoutait les réponses du Docteur Wree, elle les notait uniquement dans les grandes lignes sur son calepin, soulignant les idées importantes. Après tout, cet entretien était censé être enregistré... A mesure que que la Crétoise écoutait le Docteur, elle lui apparaissait de plus en plus antipathique. Non seulement, elle critiquait Vonnegut mais en plus, elle semblait assez satisfaite de répondre aux attentes de ses patrons. Vonnegut était virée, ça ne faisait aucun doute à présent.
Selon toute vraisemblance, Wree ne connaissait pas les véritables enjeux du centre et l'ancienne serveuse en conclut donc que cette femme était quelque peu [i]mentalement limité[.i]. Elle ne se posait aucune question sur le Dr Beck qui refusait de relâcher les patients et puis c'était sans compter son attitude digne d'une catin. Elle n'avait pas l'air d'avoir conscience que ce centre était vraiment bizarre. Il fallait savoir ce qu'elle pouvait en penser, peut-être Grégoire aurait-il l'occasion de le lui demander, songea Lise en se tournant imperceptiblement vers l'ingénieur son. La mutante n'avait pas appris grand chose non plus sur le Dr Sievers, juste sa nationalité... Allemande. Beaucoup de choses semblaient liées à ce pays mais Lise, hormis ses préjugés souvent erronés, ne connaissait rien sur les différents pays et ne put donc pas relier celui-ci aux activités du centre de quelques manières que ce soit.

Elisabeth s'était levée alors que le Dr Wree évoquait le bureau du Dr Beck qui faisait office de salle des archives. La Crétoise avait soigneusement ignorée l'invitation dépourvue de toute subtilité de Wree à l'adresse de Jonas. Elle fit mine qu'elle n'avait pas entendue, puis elle sortit de la pièce pour suivre les indications du Docteur pour accéder au bureau de Beck. Lise regrettait de laisser Grégoire livrer à cette groupie mais elle savait qu'il s'en sortirait. Elle était certaine qu'il avait de quoi décourager les avances de Wree et peut-être même qu'il s'en amuserait tout en extirpant le maximum d'informations au passage...

A la sortie de la pièce, une fois la porte du bureau refermée, Jason exposa les clés de compréhension qui manquait à la Crétoise. Cette dernière l'écouta sans l’interrompre, quelque peu sciée par les révélations de son camarade. Il fallut quelques secondes à Elisabeth pour assimiler le flot d'informations puis elle répondit avec détermination:

"Quel bande de cinglés..." Puis sur un ton plus bas de peur qu'on les entende mais toujours avec la même férocité, Lise poursuivit: "Il faut qu'on découvre exactement ce qu'ils veulent faire, s'ils veulent vraiment créer une super race... J'aurai plutôt pensé que les nazis étaient du genre à cataloguer les mutants dans le groupe des gens à exterminer mais il est fort possible qu'il essaie de crée une super race à l'image des Aryens... Mais j'avoue qu'on en sait pas assez pour le moment... J’espère que la fouille du bureau de Beck nous en dira plus..."

Partant en direction du bureau de Beck, Lise lâcha comme pour détendre l'atmosphère:

"Au fait... T'as vue cette chaudasse? J'ai l'impression que Grégoire va devoir se montrer très vigilant, s'il n'veut pas se faire bouffer tout cru..." La Crétoise sourit mais pas comme à son habitude, les livres s'étirèrent dans une moue crispée. En vérité, elle craignait pour tous ces camarades. Maintenant elle savaient qu'elle et ses coéquipiers se retrouvaient dans un centre dirigé par des nazis fous à lier. Ainsi sa remarque sur Wree ne la détendit pas tellement. "Au fait, t'es bon comédien Jason. Je m'y croyais vraiment... Continuons comme ça: le ver est dans la pomme et j'nai pas envie d'en sortir tant qu'on la pas dévorée..."

Lise n'avait plus qu'une envie: libérer tous les mutants du centre. Elle se tut alors qu'elle approchait du bureau de Beck, où elle présenta sa carte de journaliste tout en déclinant son identité assez froidement aux agents de sécurité. Heureusement, ils parurent impressionnés par les faux papiers et la mutante pénétra dans le bureau sans dire un mot de plus.

Très classe le bureau... Plus que celui de Wree, en tout cas. Boiseries et fauteuils de cuir côtoyaient des rangées de livres et de belles peintures. Elisabeth balaya la pièce du regard à la recherche des diverses sources potentielles d'indices: le téléphone, le bureau jonchés de papiers, les rangées de livres, les placards et autre lieux où pouvaient se trouver des archives. Étrangement, il n'y avait pas d'ordinateur. Était-ce encore possible? Songea Lise. Après tout, il se pouvait que Beck ait une tablette portable en guise d'ordinateur.

La Crétoise observa les angles de la pièce, à la recherche des caméras de sécurité éventuelles, doutant néanmoins que Beck fasse surveiller son propre bureau mais mieux valait être prudents. Elle jeta un rapide coup d’œil au téléphone et aux papiers du bureau sans chercher ou lire quoi que ce soit pour le moment, puis elle souffla au caméraman:

"Fouillons, le maximum de choses, j'suis sûre qu'on devrait trouver des renseignements sur les objectifs du centre. Je vais chercher les éventuelles archives et les dossiers des patients..."

La jeune femme entreprit donc de fouiller du coté des étagères, lisant d'abord les reliures des différents livres... Prête à ouvrir l'un d'eux s'il pouvait sembler utile. Elle chercha en outre, le tiroir, la caisse ou toute autre chose pouvant contenir les archives sur les patients, sur les éventuels tests qu'ils avaient subis, ou même sur les observations de Beck. Elle voulait surtout savoir quels étaient les objectifs du centre et elle trierait donc les informations en ce sens, relevant les indices qu'elle trouverait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Redclif
OnyX
OnyX
avatar

Age : 28
Nom de code : Tatoo
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Lun 6 Juin 2011 - 22:27

Cette fille était un prédateur déguisé en caniche. Pauvre Grégoire. Il faudra peut être l’assommer après tout, son appétit n’avait d’égal que les profondeurs insondables de sa naïveté… pour être gentil…

Le truc qui était pas spécialement rassurant, c’était l’histoire avec vonnegut. Il donnait pas cher de la peau de cette dernière, et ce sentait particulièrement démunis contre ça… Visiblement, Lise semblait aussi impatiente que lui d’accéder à la fameuse salle aux archives, qui s’avéra être le bureau de Beck.

Adressant une prière compatissante à Greg, Jason suivit bien vite Lise, trop content de se débarasser de cette sangsue lubrique qu’était le docteur Wree. IL était parfaitement d’accord avec ce que proposait Lise, à savoir en apprendre le maximum dans le bureau de Beck, mais il commençait à avoir des fourmillements… Nazis, c’était forcément homophobe. Rien que pour ça, il avait déjà en tête différentes recettes à base de face de nazis écrasés, avec touffe de cheveux blonds dépassant ou pas du résultat…
« tu m’etonnes » répondit il à Lise, heureux de la diversion. « un peu plus, et on dirait moi quand j’ai pas vu Luther pendant trop longtemps » ajouta il, effrontément. Il rougit légèrement suite au compliment de sa camarade . « oh ? tu sais que je voudrai faire acteur en fait ? j’adore les arts visuels, mais.. chepa… j’ai envie d’être dans le 7eme art aussi.. je sais c’est prétentieux et tout mais bon… »Ils arrivèrent devant le bureau, et leur carte de presse fut un sésame suffisant pour qu’ils pénètrent au saint du saint…

Puisqu’il avait une caméra en main, autant en profiter. Il trifouilla les réglages, espérant trouver dans les manipulations de filtre inclus dans le modèle une sorte de « rayon x au rabais », en jouant avec les contrastes, negatifs, lumière linéaire et autres manipulations usuelles… Il ne s’attendait pas forcément à un résultat immédiat, mais qui sait. Il s’interessait plus particulièrement aux tableaux. Il en profita, alors qu’il balayait les lieux, pour tocquer à intervales réguliers, voir si ça « sonnait creux »…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mar 7 Juin 2011 - 2:22

Le piège était lancé. Mais sur qui ? Sur le Docteur Wree, qui semblait déjà se pourlécher les babines, ou bien sur le pauvre Grégoire qui ne savait pas vraiment dans quoi il s'était lancé ? Wree avait acceptée de rester seule avec le français, sans pour autant oublier de proposer à Jason de rester également. Ce qui avait d'ailleurs fait perdre le fil de la conversation à Grégoire durant quelques secondes. Secondes où son esprit vagabonda à ce qu'aurait pu devenir la situation s'il était effectivement resté.

Le praticien leur indiqua la possibilité de pousser leurs recherches vers le bureau du Dr Beck. Et c'est ainsi que ses deux coéquipiers quittèrent la pièce, le laissant face à cette harpie qui semblait avoir aussi chaud qu'une braise dans un âtre.

« C'est vrai qu'il fait chaud, ici... », dit-il en jouant le jeu et en déboutonnant le seul bouton de sa veste cintrée. Il posa le micro sur le bord du bureau et fit mine de couper l'enregistrement de l'audition à la source en triturant quelques boutons de sa console. « Voilà, je coupe ça, que l'on soit tranquilles, juste entre nous ». Il avait appuyé les derniers mots de sa phrase en regardant le docteur bien dans les yeux afin de détourner son attention et de régler convenablement son matériel afin qu'il enregistre tout ce qui allait se dire.

« Je suis content qu'elle soit partie, celle-là », dit-il, en pointant de la tête la porte par laquelle la journaliste était partie. « Elle me fait vivre un enfer en ce moment, je suis sûr le point d'être mis à la porte, tout ça parce que ma tête ne lui revient pas... Si seulement je dégotais une info, un scoop, ou quelque chose... Ca pourrait lui faire fermer son clapet pour un petit moment... » Il prit un temps, l'air perdu. « Enfin, ce n'est pas votre problème, excusez-moi... Revenons à notre petit entretien. »

Il se leva fit le tour du bureau et se posta derrière la chaise du Docteur.

« Vous devez avoir de très lourdes responsabilités à ce que j'ai pu comprendre... Et en même temps, on ne semble pas tout vous dire et vous empêcher d'accéder à certaines parties de l'établissement. Ce n'est pas un peu frustrant ? », lui demanda t-il en lui posant les mains sur les épaules pour y exercer une pression qui s'apparentait beaucoup à un massage. « C'est presque comme s'il se passait des choses qui devait être cachées, même des gens les plus compétents... Ca paraît dingue quand même ! ». Il avait approcher son visage de l'oreille de la jeune femme comme pour lui susurrer les mots directement à l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Mer 8 Juin 2011 - 10:08

La bibliothèque était constituée pour l'essentiel d'ouvrages anciens de chirurgie et de médecine. Pourtant quelques rayons étaient consacrés à deux sujets un peu plus étonnants : d'une part le mysticisme et l'ésotérisme et de l'autre l'histoire du nazisme depuis sa création jusqu'à nos jours.

Par ailleurs, de ce qu'Elisabeth put feuilleter dans les dossiers, elle se rendit compte qu'un certain nombre de patients (notamment des sections 2 et 3) avaient fait l'objet de rapports rédigés par Vonnegut et / ou Wree préconisant leur départ de la fondation dans les plus brefs délais... A chaque fois, le Dr. Beck avait refusé de signé le bon de sortie, prétextant que leur maintien dans les lieux était indispensable pour obtenir leur guérison. Pour le reste, les dossiers semblaient - à première vue - corroborer le fait qu'il y avait un traitement psy des pensionnaires. Il y avait, néanmoins, un recours presque systématique aux anti-antidépresseurs. Enfin, il n'était nullement fait mention d'expériences douteuses que les mutants et syndromes X auraient pu subir...

Le répertoire d'appel de Beck ne fut pas non plus d'une grande utilité : la plupart des appels étaient internes. Tout au plus, il s'avéra que Beck communiquait beaucoup plus avec Remer qu'avec les deux psychiatres. Les numéros pré-enregistrés externes semblaient être plus rarement utilisés. Elisabeth put en obtenir, néanmoins, la liste.

Citation :
Maison
O.D.E.S.S.A.
Portable Otto
RF-SS Sievers
RM Vilsmaier

Jason, en jouant sur les filtres de la caméra, se rendit compte qu'il y avait quelque chose de bizarre en fond de pièce... non loin du petit buste blanc. En toquant contre le mur, il se rendit compte que cela sonnait creux. Un passage secret devait se trouver derrière ! En revanche, il n'y avait aucune caméra de vidéo-surveillance...

A ce moment, la porte du bureau s'ouvrit : Remer. Et il avait l'air passablement énervé. Il lança sans autre forme de procès :

"Que foutez-vous ici ?"

Puis, sans même laisser le temps aux deux mutants de répondre, il trancha :

"Veuillez me suivre pendant que je vous escorte hors de l'établissement. Le Dr. Beck ne croit absolument pas à la validité de votre accréditation. Par ailleurs, cette dernière ne vous autorise nullement à fouiller son bureau... Bref, vous serez gentils de quitter les lieux sans faire d'incident..."

Le ton était sans appel.

*
**

Julie rejeta la tête en arrière, les yeux mi-clos pendant que Grégoire entreprenait de lui masser les épaules. Elle feula de plaisir et répliqua au bout de quelques instants, d'une voix toute molle :

"Hum... Oui, je suis frustrée, très frustrée. Jusqu'à présent le Dr. Beck ne semblait pas faire grand cas de mon avis... D'ailleurs, il n'en fait qu'à sa tête ici. On peut pas parler à certains patients comme Billy ou tous ceux de la section 1 ou de la section spéciale. On ne peut même pas y aller... C'est frustrant..."

Elle enleva son chemisier.

"Plus bas le massage, oui plus bas" ajouta-t-elle sans gène aucune. "Bref, j'ai l'impression qu'à part les agents de sécurité et Beck personne n'est au courant de rien ici. Certains soirs, comme demain soir par exemple, on me consigne même dans mon bureau avec ordre impératif de ne pas sortir. On croirait que je suis une petite fille alors que je suis une vraie femme !"


Julie se retourna dans l'intention avouée d'embrasser à pleine bouche Grégoire. (Mal)Heureusement pour ce dernier, la porte du bureau du Dr. Wree s'ouvrit sur un homme en blouse blanche et à l'air bien peu sympathique. Il était accompagné de deux gardes tenant chacun une matraque électrique.

"Un peu de tenue, Mademoiselle Wree" lança-t-il froidement. "Cet homme ne devrait pas être ici. Cet homme n'a aucune accréditation valable. Par ailleurs, ses complices ont été vus dans mon bureau, certainement pour fouiller..."

Julie sursauta et entreprit de boutonner en urgence son chemisier. Elle bredouilla quelques mots incompréhensibles et s'enfuit en quatrième vitesse de son propre bureau. Le médecin reprit à l'attention de Grégoire :

"Veuillez suivre mon service de sécurité sans faire d'esclandre. Cela vaudrait mieux pour vous. Votre présence ne sera plus tolérée une seconde de plus ici..."

*
**

Au bout de quelques minutes, Grégoire se retrouva devant les grilles de l'établissement en compagnie d'Elisabeth et de Jason. On leur avait confisqué leur matériel vidéo, sonore et même le carnet de la crétoise. Les gardes avaient été très clairs : s'ils venaient à pénétrer à nouveau dans la Fondation, leur évacuation serait plus radicale.

Tandis que le trio pouvait cogiter sur les raisons de ce qui avait pu foirer, une petite voix les appela en chuchotant :

"Hey, vous ! Venez un peu par ici !"


Une jeune femme sortit d'une ruelle sombre. Elle leur fit signe de venir.

Ceci étant fait, le trio se retrouva en compagnie de la jeune fille ainsi que d'une drôle d'animorphe.


Cette dernière prit la parole :

"Je sais pas qui vous êtes, mais vous avez pu découvrir des choses à l'intérieur ?"

L'autre fille lui donna un coup de coude et ajouta :

"Nous c'est Geraldine et Erika. On enquête sur ce centre. On pense que pour avoir été jeté comme ça, c'est que vous devez pas être de mèche avec Sievers, Beck ou les autres nazis de la Fondation. On sait deux trois trucs mais pas suffisamment pour les faire tomber. Vous êtes prêts à aller jusqu'où pour connaître la vérité ?"

Erika se massa les côtes, un peu fâchée d'avoir été rabrouée par sa collègue et précisa :

"On allait faire une petite excursion aux domiciles de Sievers et de Beck, ça vous dit de venir avec nous ? Mais attention ! Pas d'embrouilles ! Geraldine fait du karaté et moi aussi !"

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Redclif
OnyX
OnyX
avatar

Age : 28
Nom de code : Tatoo
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Jeu 9 Juin 2011 - 17:42

Alors qu’il se disait au moins pour la troisième fois de la journée qu’il faisait décidément une bonne équipe avec Lise, jason continuait son manège dans la pièce. D’après les commentaires de Lise sur ses trouvailles, Beck refusait systématiquement de signer les bons de sorties. Ce qui n’augurait rien de bon pour les pensionnaires en question.

Mais, alors qu’il commençait à se demander si ils finiraient par trouver quelquechose, notant au passage que Beck s’offrait le luxe, c’est le cas de le dire, de se payer des toiles hors de prix, il arriva près de la statue et découvrit ce qui sans doute devait être un passage secret. Tout à son excitation, il oublia la plus élémentaire des précautions : condamner la porte derrière lui. Ce qui leur fut fatal, au sens figuré, dans la mesure ou l’antipathique Remer refit son apparition.

Ce qui démangea Jason à l’instant aurait sans doute pu signer leur arrêt de mort, puisqu’ils étaient en quelque sorte « dans la gueule du lion ». N’empêche, pendant quelques instants, donc, il se vit en train de le découper comme un cochon avec des filins psychiques. S’étonnant lui-même d’une telle violence de pensée, il se félicita par la suite d’avoir su garder son self contrôle. Mais pas d’avoir oublié de condamner la porte derrière eux…

Se retrouvant dehors, « son » matériel confisqué, avec ses deux camarades, il fut assez intrigué par la fille qui les aborda, et encore plus par sa camarade.
Jetant un coup d’œil à Grégoire et Lise avant de parler, il hocha la tête en guise d’assentiment, et déclara.

« On est pas avec eux, effectivement… On est la pour enquêter sur leurs histoires louches et pour les faire tomber si possible. On sait que ce sont des nazis et ça ne peut pas être un hasard, ce nom, Sievers, associé à anherbe. L’héritage ancestral. Le docteur condamné à mort par l’ordre des médecins dans les années 50. Surement un descendant. Ils tentent, pense t on, de réaliser le nouvel aryen, mutant… Il y a une pièce secrète dans le bureau de Beck, mais on s’est fait jeter par ce connard de Remer avant d’avoir pu la visiter… »… Il fit une pause, rageant contre lui-même d’un tel manque de précaution…

« les pensionnaires qui sont censé pouvoir partir ne le font pas. Beck refuse tout bon de sortie… Je sais pas ce qu’il fait, mais c’est sur qu’il veut piocher dans un pool génétique mutant pour… allez savoir quoi… Oui on est prêt a aller jusqu’au bout… et on est loin d’être sans défense non plus… Si jamais on peut pas se la jouer "discret", c'est pas un problème, j'ai quelques envies d'écraser ces faces de raies... »

Voulant garder quelques atouts en réserve, il ne fit pour autant pas la démonstration de son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Idakis
LeX
LeX
avatar

Age : 27
Equipe : Lex
Nom de code : Clotho
Date d'inscription : 23/02/2011

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Sam 11 Juin 2011 - 12:29

Ce n'était pas le genre de bibliothèque qu'Elisabeth aurait aimé avoir dans son salon, du moins pas le contenu. Il y avait plusieurs livres qui traitaient de l'histoire du nazisme, confirmant l'hypothèse de Jason et d'autres plus naturellement concernaient la chirurgie. Plus étrange néanmoins, la bibliothèque contenait aussi des livres ésotériques. Les dossiers quant à eux, n'indiquaient rien de bien nouveau: les patients n'étaient jamais relâchés malgré les avis favorables de Vonnegut et Wree. Beaucoup de résidents étaient sous anti-antidépresseurs et ce malgré leur jeune âge... Elisabeth n'en avait jamais prit et concevait difficilement que des personnes de son âge et plus jeunes en consomment régulièrement. Ca devait les empêcher de péter un câble sans aucun doute. Enfin et c'était rassurant dans un sens, les dossiers ne faisaient pas mention d'opérations sur les patients ou de choses dans ce genre. Lise consulta enfin les appels récents du téléphone de Beck et elle nota mentalement les noms qui revenaient le plus souvent. O.D.E.S.S.A devait être la fondation à l'origine du centre Tobie Nathan. Beck conversait beaucoup avec Remer, c'était très logique dans un centre psychiatrique de parler avec le chef de la sécurité et pas les psychiatres...

Après que Jason et Lise se soient échangés leurs informations, où la Crétoise apprit qu'il y avait un passage secret dans le bureau de Beck, Remer entra dans la pièce, faisant sursauter la jeune femme au passage. Les faux papiers semblaient découverts et Beck avait ordonné à ce qu'on les vire. Elisabeth se laissa faire, et sortit en compagnie de Josh à l'extérieur du centre, le coeur battant la chamade. Ils avaient échoués et avait été découverts... Néanmoins, Remer n'avait pas tenté de leur tirer une balle entre les deux yeux et Lise songeait qu'il ne devait pas être certains que le trio soient des espions.

Ils retrouvèrent Grégoire en dehors du centre, tout leur matériel avaient été confisqués! Les preuves s'étaient volatilisés et leur infiltration avait été un échec. Mais alors que tout semblait perdu et que Lise s'affirmait dégoutée, une voix les appela. Il s'agissait d'une fille qui souhaitait que le trio mutant les rejoigne. En plus de cette fille se trouvait une animorphe, et elles demandèrent quelques précisions au trio et Lise laissa Jason leur répondre. Elles s'étaient aussi présentés et l'une affirmait faire du karaté et savoir se défendre contre eux... Une fois la situation résumée et la réponse positive donnée, la Crétoise posa à son tour:

"Vous étiez des anciennes résidentes du centre? Ou des amis à vous ont-il été embarqués dedans?" Lise voulait comprendre leurs motivations avant d'agir. "Moi c'est Ethel au fait. Sachez juste que nous ne sommes pas avec ces nazis et qu'on est des ennemis du centre." La Crétoise ne voulait pas donner sa véritable identité à des inconnus même si elles devaient être inoffensives, on était jamais trop prudent."Des amis à nous enquêtent déjà au domicile de Beck, peut-être serait-il préférable que nous fassions de même à celui de Sievers en priorité."

Elisabeth se débarrassa alors de ses fausses lunettes qu'elle rangea dans son manteau. Leur couverture était grillée alors il n'était plus utile de jouer encore leur rôle de composition. Comme Jason l'avait suggéré, peut-être que tout ceci n'allait plus se résumer à de l'infiltration mais à de la castagne et ce ne serait pas plus mal. Car, a vrai dire, les poings de Lise la démangeait aussi...


Dernière édition par Elisabeth Idakis le Dim 12 Juin 2011 - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégoire Delibes
X-Rays
X-Rays
avatar

Age : 26
Nom de code : Njord
Date d'inscription : 15/08/2010

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Sam 11 Juin 2011 - 14:57

Le docteur était à sa botte. Elle lui lâcha au passage quelques infos supplémentaires sur l'organisation des activités pas catholiques de l'établissement. Elle se laissait complètement aller sous les doigts du français et commençait presque à devenir libidineuse. En même temps, il l'avait bien cherché ! Cette dernière amorça un mouvement destiné à embrasser le jeune homme mais son action fut rapidement coupé par l'entrée fracassante d'un autre médecin, beaucoup moins agréable à regarder qui lui fit comprendre que le mutant n'était plus le bienvenue à l'intérieur du bâtiment. Mais qu'avait-il fait ? Il n'avait pourtant pas encore fait goûter son micro à la blonde... Très déçu, Grégoire n'opposa aucune résistance et suivi les molosses vers la sortie.

A l'extérieur, Grégoire retrouva ses comparses. Soulagé, il ne manqua pas de leur raconter ses dernières minutes avec la nymphomane.

« J'ai cru qu'elle allait me bouffer tout cru ! Bon, j'ai pas réussi à avoir grand chose comme infos mais apparemment demain soir il va se passer quelque chose car le Dr Wree sera confinée dans son bureau pour éviter qu'elle gêne. Il va y avoir une réunion ou... un transfert ?  Et vous, vous avez réussi à avoir des infos ? »

Avant qu'ils ne puissent répondre, deux femmes les interpella. Grégoire resta silencieux, en réserve. Jason répondit à leur deux nouvelles alliées en profita ainsi pour répondre à la question initiale de Grégoire.

« Un passage secret ? Ca ne pourrait pas être lié au confinement du personnel de demain soir ? »

Il ne voulait pas trop en dire car ceux deux jeunes femmes sortaient de nulle part et il n'avait pas confiance.

Lise testa leur motivation : première chose qu'il avait également envie de faire. Ainsi, il renchérit :

« Qu'est-ce que vous faisiez dans le coin ? Vous comptiez entrer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le courtier temporel
Conscience collective
Conscience collective
avatar

Age : 107
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   Dim 26 Juin 2011 - 14:47

En compagnie de Geraldine et d'Erika, le trio mutant se rendit au domicile du Dr. Sievers. Il habitait dans un bel immeuble mais le portier de nuit indiqua que Sievers venait de quitter en toute hâte son domicile. Il ne voulut pas laisser passer les jeunes gens mais Geraldine maîtrisa rapidement l'homme.

Une fois à l'intérieur, ils se rendirent au domicile de Beck - vivant un peu plus haut - là, en toquant à la porte, ils tombèrent sur Jin, Michael et Kanata.

Ils avaient appris des choses inquiétantes : des néo-nazis seraient impliqués là dedans et ils auraient pour but de créer, via la Fondation Tobie Nathan, de super-aryens.

Arrow Section Spéciale

_________________
Personne et à la fois tout le monde, je guide les âmes perdues.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Surveiller et punir] Tobie Nathan - Hall d'accueil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nouvelle interprétation des rêves, Tobie Nathan
» [Nathan, Tobie] Saraka Bô
» Vos rêves
» Contes et Légendes Nathan
» The Tenant of Wildfell Hall (Anne Brontë)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Academy X :: Reste du monde :: Amérique-
Sauter vers: